Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

Un ministre du budget, habituel dénonciateur des turpitudes de cet ordre, qui dissimule de l'argent, en ….une certaine quantité. Qui pris en flagrant délit, nie avec superbe. Qui, aujourd'hui ne peut plus nier l'évidence. Voici qui n'aurait surpris personne s'il s'était agi d'un homme de droite, puisqu'un certain usage de la presse aux ordres, a habitué le public a diviser le monde politique en BONS et en MAUVAIS; les bons à gauche et les mauvais à droite.

 

Mais l'homme aujourd'hui concerné est un ministre de gauche. Une étoile du parti du BIEN comme ils disent d'eux-mêmes. De quoi en perdre son créole. Sur les videos on savourera particulièrement les mines des membres du « gouvernement » : l'Hérault, le Sapin, la petite sainte Nitouche Belkacem, encore plus innocente qu'à son habitude. Ils ne savaient pas, c'est certain. LS. 

Voici :  

 


jerome-cahuzac-mis-en-examen-pour-blanchiment-de-fraude-fis.jpg


"Il y a moins de honte à reconnaître ses torts dans la vérité qu'à s'entêter dans l'erreur et le mensonge" (Georges Durand de Chabannes de  La Palice)

 

http://www.liberation.fr/politiques/2013/04/02/jerome-cahuzac-entendu-par-les-juges_893091

 

 

J.Cahuzac devant la représentation nationale : http://www.dailymotion.com/video/xvmrhg_reportages-jerome-cahuzac-a-l-assemblee-je-demens-categoriquement-les-allegations-de-mediapart_news#.UVsXTTeunqQ 

 

birdsdessines_perso.png

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

seo services 19/12/2014 12:34

We have absolutely no phrases that may illustrate the details within this unique best, thank you pertaining to giving, I usually abide by the posts anyone publish on this web site, My spouse and i want I really could uncover this kind of information on various other websites, My spouse and i thank you once more.

Dissident 02/04/2013 23:23


Il est inutile de se faire des illusions, ce sont tous des canailles vereuses et celle-là c'en était qu'une toute petite : Menteurs, voleurs, incapables, traitres, laids, grotesques,
couillons, méchants, ils n'ont rien pour plaire et il convient désormais de renverser sans pitié cette pouillerie sans foi ni loi.


 

Claude HOUËL 02/04/2013 23:08


UN PARI


Fort à parier que les lyncheurs, de gauche, de Cahuzac ne tarderont pas à sortir un argument béton :"Il n'a jamais été un vrai socialiste,pensez un patron,donc voleur dans l'âme,pas étonnant
qu'ils se soit fait payer par un labo pharmaceutique,tous des voleurs !" Au travail les dircoms...

Claude HOUËL 02/04/2013 22:59


ET SI ce n'était que le début de la démonstration ?


On ne va pas tarder à reparler des autres affaires qui montrent la grande probité des socialistes :


Où l'on voit que notre ministre de la culture appointe son petit ami comme "conseiller spécial" au frais du contribuable à qui l'on demande des efforts :  http://pasidupes.blogspot.fr/2013/03/taubira-place-son-compagnon-dans-son.html


Où l'on voit la percutante Najat Belkacem placer son
Vallaud de mari comme conseiller (tiens encore un)auprés d'Arnaud Montbourg aprés avoir assuré ses arriéres par de juteux cumuls de mandats et logement de fonction: 


 http://pasidupes.blogspot.com/2012/07/vallaud-belkacem-dispose-de-150-m2.html


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/783096-najat-vallaud-belkacem-cumul-des-mandats-et-des-revenus-immoral.html


Où l'on voit Anne Hidalgo ne se sentir ni
responsable ni coupable d'avoir couvert sous sa présidence des pratiques révélées par l'inspection du travail et condamnées par un trubunal,mais bizzarement non exécutées. Pour une ancienne
inspectrice du travail,cela la fiche mal:


http://www.lefigaro.fr/politique/2013/03/31/01002-20130331ARTFIG00186-passe-d-armes-entre-nathalie-kosciusko-morizet-et-anne-hidalgo.php


A une époque ou la concurrence impitoyable d'internet et des réseaux sociaux empêchent les autres médias de s'autocensurer par idélogie, ne doutons pas que les prochaines semaines et


leurs révélations seront savoureuses à vivre.









Louis de Poméranie 02/04/2013 21:43


C'est à vomir : les Tartuffe sont déchaînés, à droite comme à gauche. Un véritable concours de veulerie. D'après les connaisseurs, il n'y en a pas un - ou si peu qu'il s'agit de marginaux - qui
n'ait pas planqué ses petites noisettes bien à l'abri des curiosités du fisc, tout en votant les plus sévères confiscations et punitions pour les "délinquants fiscaux". Là où la gauche est
d'autant plus minable qu'elle accable l'un des siens (l'un des seuls capables, soi dit en passant, mais que diable faisait-il chez ces gnes-là ?) et la "droite" est d'autant plus ignoble qu'elle
manque totalement de retenue et qu'il n'entre pas danzzs les "valeurs de droite" de lyncher un homme déjà à terre. C'ets la spécialité de la gauche, ça. Mais il est vrai que notre "droite" est
déjà à gauche depuis si longtemps. En tout cas, voici un petit conseil à l'intention des lecteurs du Scrutateurs : plus le chien aboie fort sur Cahuzac, plus il est galeux. Alors ouvrez bien les
yeux, et les oreilles...

mottet 02/04/2013 21:30


Comment a t'il pu mentir aussi effrontément devant l'assemblée? Quand on voit les visages des deux députés derrière lui qui opinent du chef et cet Belkhacem qui cherche la caméra des yeux. Quelle
honte pour nous Français!!

Maurice Tikitak 02/04/2013 21:11


Les socilaistes sont heureux, ils ont quelqu'un à haïr, à dénoncer, à lyncher. C'est le printemps de Paris. Ils vont pouvoir se régéner sur la dépouille du meilleur d'entre eux (qui n'est plus
socialistes, du reste, comme le dit le dessin des birds du Scrutateur).


Un mal qui répand la terreur, 
Mal que le Ciel en sa fureur 
Inventa pour punir les crimes de la terre, 
Le socialisme (puisqu'il faut l'appeler par son nom)


Capable de plumer jusqu'au moindre oisillon, 
Faisait aux Français (qui l'avaient voulu) la guerre. 


(...)


Que le plus coupable de nous 
Se sacrifie aux traits du fiscal courroux, 
Peut-être il obtiendra la guérison commune. 
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents 
On fait de pareils dévouements : 
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence L'état de notre
conscience. 


(...)


On n'osa trop approfondir 
Du pingouin, ni de la pingouine, ni des autres puissances, 
Les moins pardonnables offenses. 
Tous les gens profiteurs, jusqu'aux simples malins, 
Au dire de chacun, étaient de petits saints. 


(...)


Cahuzac vint à son tour et dit : J'ai souvenance 
Que près d'une banque suisse passant, 
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense 
Quelque diable aussi me poussant, 
J'ouvris un compte et tint ma langue. 
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. 
A ces mots on cria haro sur le simplet. 
Un de ses potes quelque peu clerc prouva par sa harangue 
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, 
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. 
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

Loulou de Banlieue 02/04/2013 21:06


Hé oui ! C'est l'arroseur arrosé. Ou plus explcitement, le manneken-piss qui pissa si haut qu'il se pissa dessus, au point que ce fut une vraie cascade Pardonnez la trivialité de l'image, mais
que font les socialistes d'autres que de se soulager de leurs turpitudes sur le reste de leurs congénères ? Hein ?

Raoul Dheste 02/04/2013 21:03





Eh bien, c'est tout à l’honneur de Jérôme Cahuzac d'avoir fini par reconnaître la vérité. Il y a moins de honte à reconnaître ses fautes dans la vérité qu'à persister dans le mensonge et dans
l'erreur (comme le font malheureusement 150 % de nos politiques de tous bords). Le voici, en quelque sorte, détartuffé. Et quand certains klaxonnent la faute morale impardonnable oubliant (je
pense notamment à un haut fonctionnaire coupable d'une énorme imposture couverte par deux autres personnages réponsant aux patronymes de Mitterrand et Attali) leurs propres turpitudes, je
comprends que les petits intérêts de boutiquiers ds politiques valent plus que tous les principes, mais il y a franchement de quoi rigoler. Parmi les accusateurs-lyncheurs de Cahuzac, il y a bien
plus tricheur que lui, j'en fais le pari. Seulement, maintenant que Cahuzac s'est fait pincer, il n'a plus droit à la moindre "p'tite blague". C'est la loi du genre : "dura lex sed lex", comme
disait à Rome, Caton l'ancien. Enfin, quelle que soit l'ooprobre qui couvre aujourd'hui Cahuzac, il était l'un des plus intelligents, et technniquement l'un des seuls comptéents dans ce
gouvernement de sabordage, auquel il a - involontairement - apporté un souffle d'indignation qui ne fait que multiplier son... indignité. Burk ! burk ! burk !