Pages

Publié par Edouard Boulogne

d-Ormesson.png

 

Jean d'Ormesson récidive. Plus mordant, plus ironique, et libre d'esprit que jamais, l'auteur de La gloire de l'empire, et de tant de chefs-d'oeuvre, s'adresse aux incertains, à ceux qui hésitent à voter pour un homme que la tourbe des faiseurs d'opinion déclare déjà battu, à ceux qui hésitent à se déterminer selon leur opinion, mais sont tentés se retrouver au chaud parmi les moutons de Panurge.

Jean n'est peut-être pas très hugolien dans sa philosophie, mais rejoint sur ce point la déclaration fameuse de Victor Hugo : «  s'il n'en reste que dix, je serai parmi ceux-là. Et s'il n'en reste qu'un je serai celui-là ».

Pour ma part ( avec le petit sourire toutefois qui convient aux déclarations politiques, sourire qui marque l'ironie, et la distance, sans dispenser du devoir d'engagement, contingent parmi les choses contingentes ) je me rallierai plutôt au propos du Cid de Pierre Corneille, racontant la victoire inattendue dans un combat qui paraissait perdu d'avance :( contre les Maures. Horresco referens!!! ).

« Nous partîmes cinq cents, mais nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, tant à nous voir marcher en un tel équipage, les plus infortunés reprenaient de courage ».

A l'attaque!

EB

 

Le défi d'Ormesson.

 

La victoire de François Hollande est à peu près acquise, et elle risque d’être éclatante.
Le moment est idéal pour se déclarer sarkozyste.
La question n’est pas de savoir qui l’emportera en mai 2012.
On a longtemps été convaincu dur comme fer que ce serait M. Strauss-Kahn.
On a pu croire que ce serait Mme Aubry.
On a même pu imaginer que, par un coup du sort, ce serait Mme Le Pen.
Il n’est pas tout à fait exclu que M. Bayrou, M. Mélenchon, M. Montebourg se soient monté le bourrichon jusqu’à se persuader de leur chance de l’emporter. Tout sauf Sarkozy.
N’importe qui sauf Sarkozy. Ce sera M. Hollande. François Hollande est un parfait honnête homme. Il est intelligent, charmant, cultivé, et même spirituel.
Il y a chez cet homme-là un mélange de doux rêveur et de professeur Nimbus égaré dans la politique qui le rend sympathique.
Il est mondialement connu en Corrèze.
Ce n’est pas lui qui irait courir les établissements de luxe sur les Champs-Élysées, ni les suites des grands hôtels à New York ou à Lille, ni les yachts des milliardaires.
Il ferait, je le dis sans affectation et sans crainte, un excellent président de la IVe République. Ou plutôt de la IIIe.
Par temps calme et sans nuages. Il n’est jamais trop bas. Mais pas non plus trop haut.
C’est une espèce d’entre-deux: un pis-aller historique.
Ce n’est pas Mitterrand: ce serait plutôt Guy Mollet. Ce n’est pas Jaurès ni Léon Blum: c’est Albert Lebrun. Ce n’est pas Clemenceau: c’est Deschanel.
Il parle un joli français. Et sa syntaxe est impeccable. On pourrait peut-être l’élire à l’Académie française. Ce serait très bien. Mais en aucun cas à la tête de la Ve République, par gros temps et avis de tempête.
C’est vrai: Sarkozy en a trop fait. Hollande, c’est l’inverse. Car n’avoir rien fait est un immense avantage, mais il ne faut pas en abuser. Il n’est pas exclu, il est même possible ou plus que possible, que M. Hollande soit élu en mai prochain président de la République.
C’est qu’à eux deux, M. Hollande et le PS, qui sont assez loin d’être d’accord entre eux -je ne parle même pas de M. Mélenchon ni de Mme Joly dont ils ont absolument besoin pour gagner et dont les idées sont radicalement opposées à celles de M. Hollande-, ont des arguments de poids : la retraite à 60 ans (quand la durée de vie ne cesse de s’allonger), 60.000 nouveaux fonctionnaires (quand il s’agit surtout de réduire les dépenses publiques), 30% de baisse sur les traitements du président et des ministres (même M. Jean-Marie Le Pen, de glorieuse mémoire, n’a jamais osé aller aussi loin dans le populisme et la démagogie).
Avec des atouts comme ceux-là, on a de bonnes chances de gagner.
Aussi n’est-ce pas dans la perspective de l’élection de 2012 que je me situe.
C’est avec le souci du jugement de l’histoire. M. Sarkozy, autant le reconnaitre, a fait pas mal d’erreurs.
À voir comment se présente la campagne d’un Parti socialiste qui semble n’avoir pas appris grand-chose des leçons de son temps, ce sera bien pire avec lui qu’avec M. Sarkozy. Les déclarations d’intention ne valent rien.
Il faut des exemples vivants.
M. Zapatero, en Espagne, est un homme plus qu’estimable. Il est socialiste. Le chômage en Espagne est plus du double du nôtre.
M. Papandréou en Grèce est socialiste. Est-ce le sort de la Grèce que nous souhaitons pour la France?
M. Sarkozy a été plus attaqué, plus vilipendé, plus trainé dans la boue qu’aucun dirigeant depuis de longues années.
Il a pourtant maintenu le pays hors de l’eau au cours d’une des pires crises que nous ayons jamais connues.
Il n’est même pas impossible que Mme Merkel et lui aient sauvé l’Europe et l’euro.
Pour affronter le jugement de l’histoire, je choisis le camp, à peu près cohérent, Sarkozy-Fillon-Juppé contre le camp, incohérent jusqu’à l’absurde, Hollande (Hollande président ? On croit rêver, disait Fabius) -Aubry-Joly-Mélenchon.
Bonaparte Premier consul prétendait que le seul crime en politique consistait à avoir des ambitions plus hautes que ses capacités.
Je suis sûr que François Hollande lui-même a des cauchemars la nuit à l’idée d’être appelé demain à diriger le pays avec le concours des amis de toutes sortes et étrangement bariolés que lui a réservés le destin.
Je veux bien croire -je n’en suis pas si sûr que pour 2012 les dés sont déjà jetés, que les handicaps du président sortant sont bien lourds pour être surmontés, que le retard est trop rude pour être rattrapé.
J’imagine très bien l’explosion d’enthousiasme sur la place de la Bastille ce soir de mai 2012 où l’élection de M. François Hollande à la magistrature suprême sera enfin annoncée.
Je me demande seulement dans quel état sera la France en 2014 ou en 2015.  

Commenter cet article

cosar 19/04/2012


L'analyse est pertinente et juste.


 Ce matin j'ai rencontré un guadeloupéen qui m'a dit: "je n'y comprends rien dans tous ces programmes, moi je vote pour un homme. On a détruit l'image de SARKOZY que j'aimais bien. Alors
je n'irai pas voter. Avec tout ce que j'entends, le trouble s'est installé en moi".


Tout ceci résume bien le travail de sape des médias, des 9 candidats inscrits face à un homme qui s'est désinterréssé des sondages, de sa popularité mais qui a mené sa politique
annoncée en 2007. S'il n' y avait pas eu la crise, son bilan apparaîtrait réussi. Mais il y a eu la crise et elle va continuer. Il a su conserver le cap et la FRANCE est restée DEBOUT.


Que nous propose HOLLANDE et la GAUCHE pour ceux qui n'ont pas encore compris son programme:


-Augmenter les dépenses, augmenter les fonctionnaires, pour développer l'éducation, la sécurité. La dette? la balance
commerciale? On s'en moque. Une seule solution: augmenter les IMPOTS et faire payer les RICHES. Retour à la lutte des classes. 


-Augmenter la natalité en FRANCE en acceptant le mariage Homo car tout le monde sait que les lois biologiques socialistes donnent le droit à deux hommes ou à deux femmes de procréer, (ovule contre ovule et spermatozoïde contre
spermatozoïde). Eclatement de la famille bien sûr!  Création de nouveaux enfants peut-être hermaphrodites avec deux hémisphères cérébraux à gauche, surtout pas à droite.


-Libération du cannabis et progressivement des drogues dures. Il faudra bien supporter les lois socialistes alors gardons
l'ivresse et les paradis artificiels.


-Donner le droit de vote aux  étrangers pour changer la structure de la FRANCE et sa civilisation.Amener des
conseillers municipaux, des maires puis des députés et pourquoi pas des  ministres plus tard, musulmans.  Ils voteront alors socialistes, ce sera leur récompense et leur salut. 


-Lutter contre la finance et contre l'initiative d'entreprise, lutter contre les gros capitaux. Construire 
des moutons bien sages et soumis à la révolution socialiste  annoncée, qu'on tondra 3, 4 fois par an avec les nouvelles lois socialistes révoltionnant  le développement animal.


-Remettre la retraite à 60 ans et pourquoi pas compte tenu de la pénibilité de l'existence socialiste à 50 ans. 


-De notre drapeau tricolore on ne conservera que la couleur rouge, couleur du sang, de la lutte, du désir, de la passion.  


Voila ce que nous promet le socialisme nouvelle tendance de 2012 qui va nous ramener par la force des choses au communisme de MELENCHON, nouvelle 6ème République.


 Vite aux urnes samedi , et allons voter pour le Président sortant, Nicolas SARKOZY, car "un tiens vaut mieux que tu l'auras".  


 


 

CH.FFRENCH 19/04/2012


La chute n'attendra pas 2014 encore moins 2015!


Début septembre le bateau commencera déjà à s'enfoncer, et l'eau montera très vite...


Nous  arriverons sans doute à la nage en décembre!

Sceptissimo 20/04/2012


Pour une fois je voudrais distiller de l'optimisme et vous dire concitoyens ancrés (j(j'ose pas dire encaillés) à droite . N'ayez crainte. Faites confiance aux institutions de la république.
Hollande président ce n'est pas une imposture c'est le choix d'un seul et meme peuple.


Bon vote a tous , le 6 Mai la France sera toujours un pays tempéré

sceptissimo 20/04/2012


j'ai toujours agit en pensant avoir deux francois au feu. si bayrou ne parviens pas a franchir l'obstacle et bien il me reste mon autre joker

Fautographe 20/04/2012


"j'ai toujours agit".


Normalement çà s'écrit "j'ai toujours agi" mais là ce n'est pas seulement une faute. C'est une déformation, quand le fauteur confond agir et agiter ou s'agiter.


Idem pour le françois Pays-Bas, qui s'agite en mimant le françois de la bourgade de Jarnaque, ces petites gesticulations d'agité populiste. Il va jusqu'à rendre sa voix un peu rauque pour imiter
le pharaon déchu et ne parvient qu'à avoir la voix de la marine. Mais çà n'est pas trop grave, c'est la même maison mère. Quand on se rappelle la Francisque méritée et l'évocation admirative de
tonton (à Elkabbach) sur le beau port de tête de Celte qu'avait Pétain...    " 'mbéchile ! "

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog