Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

J-Dahomay-.jpg

 

Jacquy Dahomay et moi nous sommes amis ( de mon côté du moins, la chose est avérée ) depuis longtemps, très longtemps, dirai-je de cette voix un peu tremblante, et chevrotante des récitants tout au long du film Le nom de la rose, ou du fameux Out of Africa ( pure recherche de l'effet, mon cher Jacky, pure coquetterie littéraire, cher lecteur. Le timbre, et la vigueur sont encore bons ! ).

Nous sommes pourtant loin de partager les mêmes idées sur tous les problèmes philosophiques, ou politiques. Mais pourquoi faudrait-il le regretter si selon le célèbre apophtegme d'Antoine Houdar de la Motte « l'ennui naquit de l'uniformité », et qu'une société est riche de ses différences, dès lors qu'elles ne concourent pas à la guerre civile.

Et si je n'insiste pas trop sur les points d'accord, c'est pour ne pas nuire à quelqu'un que j'estime, en le vouant, moi la « bèt a man Hibè » de quelques-uns, à la détestation de ceux d'une certaine intelligentschia, qui, déjà, ont commencé à le honnir pour la courageuse, harassante et désintéressée direction, et synthèse, de l'enquête conduite, auprès des populations locales, durant des mois, plus connue sous l'appellation de « Projet guadeloupéen », et qui ne correspond pas tout à fait à la nature de leurs fantasmes.

Je voudrais seulement, aujourd'hui porter à la connaissance des lecteurs du Scrutateur, l'articulet récemment paru dans le nouveau journal de Pierre-Edouard Picord : Le courrier de la Guadeloupe.

Peu importe certaines divergences. C'est vers le haut qu'il convient d'appeler « les bonnes gens » de la Guadeloupe.

Haut les coeurs !

 

Edouard Boulogne.

 

 

vj Projet guadeloupeen de société

La société civile aux antipodes de ['élite politique et intellectuelle

<S> Pierre-Edouard Picord

La restitution des travaux en vue d'élaborer un projet guadeloupeen de société a montré un décalage énorme entre les préoccupations de la population d'un côté et celles des élites politiques économiques et intellectuelles de l'autre. Jacky Dahomay a reconnu qu'il ne s'attendait pas à un tel décalage. La société guadeloupéenne n'est pas loin du délitement et ses principaux problèmes sont d'ordre économique. L'emploi, comment vivre, comment se nourrir et se vêtir, comment habiter sont les préoccupations majeures des gens. Les problèmes de statut ne les intéressent pas. Ils ne sont pas contre une compétence locale plus large mais en même temps, ils veulent que le contrôle de l'Etat soit renforcé. Une façon aussi de dire que cette société civile ne fait aucune confiance aux élus locaux. Et pan sur le bec!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article