Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Je vous propose, lecteurs, cet article sur un des aspects peu connus de la Campagne de Russie, qui marqua le commencement de la fin pour la grande et tragique aventure napoléonienne. Et aussi, en relation avec ce qui précède, quelques souvenirs de jeunesse. 

LS

Retaite-de-R.jpg

 

Napoléon n'a pas été vaincu par les canons ou l'hiver russes.

http://www.slate.fr/story/66541/napoleon-defaite-typhus-pous-hiver-russe



Sans les poux, les Russes n’auraient pas pu battre l’empereur français lors de la campagne de Russie de 1812.

 

- «La retraite de Moscou», d'Adolph Northen/Wiki Commons. -

Nos livres d’histoire nous ont appris que Napoléon, lors de son invasion de la Russie en 1812, avait marché sur Moscou avec une armée à peu près intacte et n’avait été forcé de battre en retraite que parce que les Moscovites avaient incendié les trois quarts de leur ville, privant ainsi son armée de nourriture et de vivres.

Le rude hiver russe avait alors décimé l’armée en retraite. La victoire russe, commémorée par l'Ouverture 1812 de Tchaïkovski, resta dans les mémoires comme l’un des grands revers de l’histoire militaire.

Mais personne n’a reconnu la véritable grande puissance de cette guerre.

A Vilnius, en Lituanie, à l’hiver 2001, des ouvriers creusèrent des tranchées pour enfouir des lignes téléphoniques et démolirent les vieux baraquements soviétiques qui se dressaient là depuis des décennies. Un jour, un bulldozer déterra un objet blanc. Le conducteur descendit de sa machine et, à sa grande surprise, découvrit un crâne et des os humains. Un autre ouvrier raconta plus tard que «les choses ne cessaient de sortir du sol—il y en avait des milliers».

Huit ans plus tôt, une fosse contenant les dépouilles de 700 personnes assassinées par le Comité pour la sécurité de l’Etat, ou KGB, avait été mise au jour. Etait-ce l’un de ces endroits secrets où le KGB disposait de ses victimes? Ou bien l’une des fosses communes où des Juifs avaient été massacrés en masse par les nazis?

Quand les archéologues de l’université de Vilnius arrivèrent, ils constatèrent que les corps étaient enfouis sur trois rangées dans des tranchées en forme de V, apparemment creusées pour servir de positions défensives. Il apparut que les squelettes étaient les dépouilles de soldats.

Deux mille d’entre eux furent exhumés, ainsi que des boucles de ceinture portant des numéros de régiment. Ils trouvèrent également des pièces de 20 francs datant du début des années 1800. Les scientifiques finirent par comprendre ce sur quoi ils étaient tombés: les vestiges de la Grande Armée. Napoléon avait conduit 600.000 hommes en Russie avec la ferme intention de conquérir le pays; pas plus de 30.000 y survécurent, et parmi eux, on dit que moins d’un millier furent capables de reprendre un jour du service.

L'ennemi microscopique

Quelles incroyables circonstances ont-elles bien pu causer la déroute de l’une des plus grandes armées du continent européen, menée par l’un des plus grands généraux de tous les temps?

Etonnamment, ce ne fut pas les soldats ennemis ou les privations que les soldats subissent d’ordinaire qui décimèrent l’armée de Napoléon. La plupart de ses soldats étaient de jeunes hommes endurcis par la guerre, normalement capables de supporter le froid, les longues marches et l’épuisement.

Non, l’armée de Napoléon et ses grands projets de conquête furent ravagés et annihilés par un organisme microscopique: le microbe du typhus, propagé lors d’une invasion de poux.

Au départ, Napoléon n’avait aucune raison valable d’envahir la Russie. Son armée avait vaincu l’armée russe à la bataille de Friedland en juin 1807, et le 7 juillet de la même année, la France et Alexandre Ier de Russie avaient signé le traité de Tilsit qui faisait des deux pays des alliés (et, entre autres choses, interdisait à la Russie toute relation commerciale avec la Grande-Bretagne). Curieusement, Napoléon ne s’empara d’aucun territoire russe ni ne demanda de réparations de guerre.

Début 1812, la plus grande partie des territoires compris entre l’Espagne et la Russie était sous son contrôle. Cependant, l’Angleterre maîtrisait les mers, et Napoléon voulait l’Inde, colonie anglaise à l’époque. Le seul espoir de s’en emparer était de la prendre par la terre, et donc de contrôler la Russie.

Depuis le traité de Tilsit, la France et la Russie étaient des alliés à couteaux tirés. La Russie avait violé le traité en faisant des affaires avec l’Angleterre, et Napoléon, lassé de cet état de choses, l’utilisa comme prétexte pour l’envahir.

En juin 1812, l’armée napoléonienne se rassembla dans l’est de l’Allemagne. Napoléon passa ses troupes en revue en grandes pompes sur la rive ouest du Niémen le 22 juin 1812. Ses ingénieurs jetèrent un pont flottant sur le fleuve et le lendemain, l’armée pénétra dans la Pologne contrôlée par la Russie.

C'est en Pologne que cela commença à se gâter

Tout se passait bien –l’été, bien que chaud et sec, permit aux soldats de marcher facilement sur les routes. Les colonnes de ravitaillement restaient un peu en avant, assurant ainsi la nourriture nécessaire, et les soldats étaient en bonne santé. Bien que des hôpitaux militaires aient été mis en place sur le chemin de la Pologne à Magdeburg, Erfurt, Poznań et Berlin, ils n’étaient que très peu nécessaires. L’armée rejoignit Vilnius en quatre jours, sans rencontrer de résistance de la part des troupes russes.

C’est en Pologne que les choses ont commencé à se gâter pour Napoléon. Il se retrouva dans une région d’une saleté incroyable. Les paysans étaient crasseux, les cheveux emmêlés, couverts de poux et de puces, et les puits étaient souillés.

Comme l’armée était à présent en territoire ennemi, les voitures de ravitaillement avaient dû se déplacer vers l’arrière. Les routes étaient couvertes d’une poussière molle ou creusées de profondes ornières après les pluies du printemps; les chariots de vivres prenaient de plus en plus de retard par rapport au principal corps de troupes, à qui il devint difficile de fournir eau et nourriture. L’armée était si gigantesque qu’il était presque impossible de garder une formation militaire intacte, et la majorité des soldats s’éparpillèrent, formant des groupes immenses et débandés.

Une forte fièvre, des plaques rouges...

Nombre de soldats pillèrent les maisons, le bétail et les champs des paysans. Presque 20.000 chevaux de l’armée moururent faute d’eau et de fourrage sur le chemin de Vilnius. Les maisons des paysans étaient si répugnantes et grouillantes de cafards qu’elles en semblaient vivantes. Les maladies typiques des champs de bataille, comme la dysenterie et autres pathologies intestinales, firent leur apparition, et bien que de nouveaux hôpitaux fussent établis à Danzig, Königsberg et Toruń, ils s’avérèrent incapables d’absorber les innombrables soldats malades renvoyés vers l’arrière.

Mais les problèmes de Napoléon ne faisaient que commencer.

Plusieurs jours après la traversée du Niémen, plusieurs soldats furent atteints de forte fièvre et virent des plaques rouges apparaître sur leur corps. Certains d’entre eux, dont le visage avait pris une teinte bleue, ne tardèrent pas à mourir. Le typhus venait de faire son apparition.

Le typhus sévissait en Pologne et en Russie depuis de nombreuses années, mais il avait gagné du terrain depuis que l’armée russe avait dévasté la Pologne en battant en retraite devant les forces napoléoniennes. Le manque d’hygiène associé à un été inhabituellement chaud avait créé les conditions idéales pour la propagation des poux.

Le typhus est provoqué par l’organisme Rickettsia prowazekii. Il faudrait attendre un siècle après la campagne de 1812 pour que les scientifiques ne découvrent que le typhus est présent dans les déjections de poux.

Saleté et sueur, l'environnement idéal

Le soldat français moyen était sale et en sueur, et ne changeait pas de linge pendant des jours; l’environnement idéal pour que des poux se nourrissent sur son corps et s’abritent dans les coutures de ses vêtements.

Une fois les habits et la peau du soldat contaminés par les excréments de poux, la plus petite égratignure ou écorchure suffisait pour que le microbe du typhus pénètre dans le corps du soldat.

Circonstance aggravante, pour des raisons de sécurité les soldats dormaient en grands nombres dans des endroits confinés, de peur que les Russes n’attaquent ou que les Polonais ne se vengent. Cette proximité permettait aux poux de contaminer rapidement les soldats encore sains.

Un mois à peine après le début de la campagne, Napoléon avait perdu 80.000 soldats, morts ou invalides, frappés par le typhus. Sous l’autorité du baron Dominique-Jean Larrey, chirurgien militaire, les mesures médicales et sanitaires de l’armée étaient les meilleures du monde mais personne n’aurait pu venir à bout d’une épidémie de cette ampleur. Voici le récit d’un témoin oculaire direct d’une invasion de poux:

«Bourgogne s’endormit sur un matelas de roseaux et ne tarda pas à être réveillé par l’activité des poux. Se découvrant littéralement couvert de bêtes, il enleva sa chemise et son pantalon et les jeta dans le feu. Ils explosèrent comme les tirs de deux rangées de fantassins. Il ne put s’en débarrasser pendant deux mois. Tous ses compagnons grouillaient de poux; beaucoup furent piqués et contractèrent la fièvre tachetée (typhus).»

Le 28 juillet, trois des officiers de Napoléon lui soumirent leur inquiétude à l’idée que la bataille contre les Russes était en train de devenir périlleuse. Les pertes causées par les maladies et les désertions avaient réduit sa force de frappe effective de moitié environ. Pour ajouter à cette difficulté, trouver des provisions en territoire hostile devenait un réel défi. Napoléon écouta leurs arguments et accepta de mettre un terme à la campagne, mais deux jours plus tard, il revint sur sa décision et affirma à ses généraux:

«C’est le danger même qui nous pousse vers Moscou. Les dés sont jetés. La victoire nous justifiera et nous sauvera

Napoléon et ses soldats malades et épuisés continuèrent donc d’avancer. Smolensk tomba le 17 août, rapidement suivi par Valoutina. Les Russes battaient en retraite à mesure que les Français avançaient, attirant Napoléon toujours plus profondément dans le pays. L’empereur avait divisé son armée en trois parties. Le 25 août, Napoléon avait perdu 105.000 hommes de son armée de 265.000, ce qui ne lui laissait plus que 160.000 soldats. En deux semaines, le typhus la réduisit à 103.000 têtes.

Obligé de battre en retraite

Le général russe Mikhaïl Koutouzov adopta une position défensive à Borodino, à environ 110 km à l’ouest de Moscou. Le 7 septembre, les forces françaises affrontèrent les Russes. Les deux camps subirent de lourdes pertes. Napoléon entra ensuite dans Moscou, mais ce fut une victoire à la Pyrrhus; il ne restait qu’environ 90.000 soldats français. L’empereur s’attendait à une reddition des Russes; mais ces derniers se contentèrent de lui abandonner la ville. Les trois-quarts de Moscou avaient brûlé quand la Grande Armée y pénétra, et il n’y avait plus de nourriture ni aucune sorte de provisions.

15.000 hommes en renfort rejoignirent l’empereur à Moscou, dont 10.000 furent décimés par la maladie. Devant l’imminence de l’hiver russe, Napoléon n’eut pas d’autre choix que de battre en retraite et de retourner en France. L’empereur et ce qu’il restait de son armée se réfugièrent à Smolensk, espérant y trouver abri et nourriture. En y arrivant le 8 novembre dans un froid glacial, Napoléon trouva les hôpitaux déjà débordant de malades et de blessés. La discipline se détériorait, et il reçut le coup de grâce en découvrant que les provisions sur lesquelles il comptait avaient été consommées par les troupes de réserve et de communication.

L’armée quitta Smolensk le 13 novembre et arriva à Vilnius le 8 décembre. Il ne restait plus que 20.000 soldats en état de se battre. Ayant eu vent de l’imminence d’un coup d’Etat fomenté en France par le général Claude-François Malet, Napoléon passa le commandement au général Joachim Murat et se hâta de rentrer à Paris.

La fin du grand rêve

Murat refusa de défendre Vilnius –il abandonna ses canons et le butin obtenu à Moscou aux Russes qui progressaient et battit en retraite vers le Niémen, qu’il traversa le 14 décembre avec moins de 40.000 hommes, la plupart invalides. C’est ainsi que s’acheva le grand rêve de Napoléon d’atteindre l’Inde en passant par la Russie.

Beaucoup des soldats morts furent ensevelis dans les tranchées défensives creusées pendant la retraite. C’est dans l’une de ces tranchées que, presque deux siècles plus tard, des ouvriers ont trouvé les vestiges de la Grande Armée de Napoléon.

Didier Raoult, de l’université de la Méditerranée de Marseille, a analysé la pulpe dentaire de 72 dents prélevées sur les corps de 35 des soldats découverts à Vilnius. La pulpe de sept soldats contenait de l’ADN de Bartonella quintana, organisme responsable de la fièvre des tranchées, autre maladie transmise par les poux, très répandue pendant la Première Guerre mondiale.

L’ADN de trois soldats contenait des séquences de R. prowazekiiresponsable des épidémies de typhus. En tout, 29% des dépouilles portaient des preuves d’infection par R. prowazekii ou B. quintana, ce qui témoigne du rôle majeur des poux dans la défaite de Napoléon.

La plupart des Américains connaissent bien le final de L’Ouverture 1812 de Tchaïkovski, commandée par la Russie pour célébrer la défaite de Napoléon.

Le morceau s’achève par le grondement du canon et le carillon des cloches; cependant, si Tchaïkovski avait voulu retranscrire précisément le son de la défaite de Napoléon, on entendrait seulement le son doux et discret du pou qui dévore la chair humaine.

Un organisme trop petit pour l’œil de l’homme, qui a changé le cours de l’histoire humaine.

Joe Knight
Spécialiste de l'histoire médicale

Traduit par Bérengère Viennot

Pour en savoir plus en anglais: The Illustrious Dead: The Terrifying Story of How Typhus Killed Napoleon's Greatest Army de Stephen Talty.

 

( II ) La St-Sylvestre avec Victor Hugo :

 

( Il y a un an, lors de la nuit de le Saint Sylvestre, j'avis médité sur le grand (malgré, aussi, ses petitesses, Victor Hugo.

Ceux qui n'auraient pas lu cet article, et que cela intéresse pourront cliquer ci-contre pour retrouver la « méditation » : http://www.lescrutateur.com/article-31-12-2011-st-sylvestrons-avec-le-pere-hugo-par-edouard-boulogne-95857066.html

 

 

( III ) Et quelques souvenirs de jeunesse, ayant trait aux sujets ci-dessus:

 

Aujourd'hui, 31 décembre 2012, après la lecture très intéressante de l'article de M. Adoph Northen, je vous propose celle, grandiose, épique, tragique, de la retraite de Russie, par Victor Hugo, parue dans son recueil des Châtiments, sous ce titre : L'expiation.

Il s'agit, ici, d'un extrait. L'auteur, dit aimer et admirer Napoléon. Je le soupçonne de l'avoir d'autant plus « aimé » qu'il était mort, et qu'il pouvait être, par lui, instrumentalisé au service de ses intérêts politiques du moment, contre Napoléon le Petit, comme il disait ( c'est-à-dire, Napoléon III dont il s'était fait l'irréconciliable ennemi ). Ainsi la comparaison de l'oncle, génial, et du neveu médiocre ( selon Hugo, et ce point de vue est aujourd'hui largement contesté par les historiens ) ne pouvait que tourner à la confusion de celui qui, président de la seconde République, s'était fait empereur par le coup d'Etat du 2 décembre 1851. C'est ainsi qu'à la fin de l'extrait ci-dessous, quand Napoléon, sous le froid hivernal russe, et sous l'attaque des poux, se pose la question : «  Est-ce le châtiment ...Dieu des armées »?, une voix descend des cieux qui répond négativement. Le châtiment de quoi? Eh bien du coup d'Etat du 18 Brumaire, dont s'était rendu coupable Napoléon le Grand, malgré toutes ses qualités.

La fin du poème apportera cette réponse à la question du grand petit Corse.

Ce poème a pour moi une histoire.

J'en ai appris des passages quand j'étais en classe de septième, il y a bien longtemps, dans cette petite école privée de la rue Bébian, à Pointe-à-Pitre, il y a comme une « éternité ».

Cette petite école était dirigée par trois vieilles demoiselles, trois soeurs Laurence, Alice, et Suzanne.

En septième, j'étais sous la direction de Suzanne, la plus jeune, qui dirigeait tout ce petit monde, d'une main de fer ( et d'amour, soigneusement dissimulé, par pudeur, comme je devais le découvrir bien des années plus tard ) et avec cette pédagogie presque militaire qui était celle de l'époque.

J'en avais une peur bleue, et le matin à l'heure de partir pour l 'école, je me sentais, peut-être un trop souvent très fiévreux. D'une fièvre que mon père, taxinomiste humoriste, avait baptisée la « fièvre Suzanne ».

J'appris donc par coeur des extraits assez copieux de l'Expiation, et les récitait fièrement, mais à la maison, hors du regard de mademoiselle Suzanne, que j'appelais, pour moi, in petto, « madame Mac Miche », du non de la méchante tutrice du « Bon petit diable », livre de la comtesse de Ségur, que j'avais lu à la même époque.

Bien des années passèrent. J'étais devenu professeur et « philosophe ». J'avais aussi découvert les mérites de « mademoiselle ».

Ses soeurs étant mortes, elle restait seule.

Je lui fus fidèle, lui rendant visite assez souvent, l'aidant, et quelques autres anciens élèves aussi, par de menus services, car la vie ne lui était pas toujours facile.

Un soir, peut-être deux mois avant sa mort, c'était en octobre 1979, j'étais à son chevet. Elle était alitée, très amaigrie, très faible.

Nous conversions pourtant, car elle aimait les échanges. Nous en vînmes à évoquer le passé, nos travaux d'autrefois, La chanson de Roland, et Victor Hugo : l'Expiation.

Et Suzanne d'évoquer, le temps très lointain de sa jeunesse, les soirées à Saint-François, parfois des soirées littéraires, où avec des jeunes gens, ses amis, dont Gilbert de Chambertrand, on disait des poèmes, «  avec le ton » me dit-elle, comme elle exigeait, jadis, que nous écrivions «  dans un style perlé ».

Un soir, poursuivit-elle, je déclamai « l'expiation », en sa totalité, je m'en souviens encore.

Et elle me le récita d'un bout à l'autre. La voix était voilée, blessée. Une voix de nonagénaire ( elle avait alors 93 ans ). Mais une voix redevenue soudain ferme, et presque puissante, dans une diction parfaite, émue, émouvante.
C'est très simple, ce 31 décembre 2012, je m'en sens encore bouleversé.

Puissance de d'âme sur le corps, puissance du souvenir juvénile, même dans l'extrême de l'âge, quand le souffle de l'esprit ne se laisse pas éteindre par les défaillances du corps. Devant ma vieille maîtresse d'école, me vint à l'esprit ces vers de Maurras ( qui n'aimait pas Hugo...disait-il ), lui aussi en l'extrême hiver de son âge :

 

«  Cher vêtement qu'il faut que je dépose

Pour ton usure et pour ta vétusté,

En remontant vers le trône des Causes,

L'Âme sourit de voir sa nudité.

(….......)

Veuille le Dieu décerner de longs jours

De solitude aux gloires de cette âme

Qui ne sera que jeunesse et qu'amour ».

( A son corps, de Charles Maurras. Extraits du sonnet cartésien ).

 

 

L'Expiation ( extraits ).

 

 

 Il neigeait. On était vaincu par sa conquête. 
Pour la première fois l'aigle baissait la tête. 
Sombres jours ! l'empereur revenait lentement, 
Laissant derrière lui brûler Moscou fumant. 
Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche. 
Après la plaine blanche une autre plaine blanche. 
On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau. 
Hier la grande armée, et maintenant troupeau. 
On ne distinguait plus les ailes ni le centre. 
Il neigeait. Les blessés s'abritaient dans le ventre 
Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés 
On voyait des clairons à leur poste gelés, 
Restés debout, en selle et muets, blancs de givre, 
Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre. 
Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs, 
Pleuvaient ; les grenadiers, surpris d'être tremblants, 
Marchaient, pensifs, la glace à leur moustache grise. 
Il neigeait, il neigeait toujours ! La froide bise 
Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus, 
On n'avait pas de pain et l'on allait pieds nus. 
Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre, 
C'était un rêve errant dans la brume, un mystère, 
Une procession d'ombres sur le ciel noir. 
La solitude, vaste, épouvantable à voir, 
Partout apparaissait, muette vengeresse. 
Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse 
Pour cette immense armée un immense linceul ; 
Et, chacun se sentant mourir, on était seul. 
- Sortira-t-on jamais de ce funeste empire ? 

Deux ennemis ! Le czar, le nord. Le nord est pire. 
On jetait les canons pour brûler les affûts. 
Qui se couchait, mourait. Groupe morne et confus, 
Ils fuyaient ; le désert dévorait le cortège. 
On pouvait, à des plis qui soulevaient la neige, 
Voir que des régiments s'étaient endormis là. 
O chûtes d'Annibal ! lendemains d'Attila ! 
Fuyards, blessés, mourants, caissons, brancards, civières, 
On s'écrasait aux ponts pour passer les rivières, 
On s'endormait dix mille, on se réveillait cent. 
Ney, que suivait naguère une armée, à présent 
S'évadait, disputant sa montre à trois cosaques. 
Toutes les nuits, qui-vive ! alerte ! assauts ! attaques ! 
Ces fantômes prenaient leur fusil, et sur eux 
Ils voyaient se ruer, effrayants, ténébreux, 
Avec des cris pareils aux voix des vautours chauves, 
D'horribles escadrons, tourbillons d'hommes fauves. 
Toute une armée ainsi dans la nuit se perdait. 
L'empereur était là, debout, qui regardait. 
Il était comme un arbre en proie à la cognée. 

Sur ce géant, grandeur jusqu'alors épargnée, 
Le malheur, bûcheron sinistre, était monté ; 
Et lui, chêne vivant, par la hache insulté, 
Tressaillant sous le spectre aux lugubres revanches, 
Il regardait tomber autour de lui ses branches. 
Chefs, soldats, tous mouraient. Chacun avait son tour. 
Tandis qu'environnant sa tente avec amour, 
Voyant son ombre aller et venir sur la toile, 
Ceux qui restaient, croyant toujours à son étoile, 
Accusaient le destin de lèse-majesté, 
Lui se sentit soudain dans l'âme épouvanté. 
Stupéfait du désastre et ne sachant que croire, 
L'empereur se tourna vers Dieu ; l'homme de gloire 
Trembla ; Napoléon comprit qu'il expiait 
Quelque chose peut-être, et, livide, inquiet, 
Devant ses légions sur la neige semées:
- Est-ce le châtiment, dit-il, Dieu des armées ? -
Alors il s'entendit appeler par son nom 
Et quelqu'un qui parlait dans l'ombre lui dit : Non.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude HOUËL 01/01/2013 15:06


Napoléon a du battre en retraite sur une autre terrain, plus proche de nous, à St Domingue où la fiévre jaune décima 63 % du corps expéditionnaire de son beau-frére Leclerc qui y laissa lui même
la vie.