Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

harlem-desir-succede-a-martine-aubry_445713_510x255.jpg ( Le sourire contrit d'Harlem Désir, face à sa redoutable " amie", la Martine ).

 

Harlem désir a été élu premier secrétaire du PS. Nous l'avons entendu ce midi dans un discours exalté à la sauce la plus épicée, digne de l'André Malraux des derniers jours  essoufflé et hoquetant ( la vieillesse est un naufrage, disait de Gaulle ). 

Harlem, jouissait de lui-même à l'évidence. Qu'il le fasse vite et bien, car, entouré des amis que nous lui avons vus, à coup sûr, c'est demain que va commencer pour lui le temps des emmerdes. 

Ayrault--Allah-akbar-jpg

 ( Eblouissant de niaiserie, Ayrault salue l'élection de M. Désir : " Harlem akbar ). 

Dans son immortelle bafouille, il n'a ni surpris, ni déçu, les observateurs, même distraits. 

S'en prenant à Fillon, à Copé, à l'UMP, il s'est montré tel qu'en lui-même, à la fois sommaire et frénétique. 

"L'UMP, a t-il, en substance, éructé, se lepénise. Il se droitise. Nous ne lui permettrons pas de nuire à la France, à la fraternité, au grand élan de la diversité". 

Ben Voyons! Se laisseront intimider les imbéciles qui le voudront. 

Pour ma part, jamais inscrit à ce jour, dans un parti, quel qu'il soit, mais votant toujours, jamais jusqu'à présent pour le FN, mais me réservant le droit de le faire, je dis MERDRE! à M. Désir. 

Ultima-ratio-regum.png(La locution latine ultima ratio regum, traduite littéralement, signifie « [la force est] le dernier argument des rois » (du latin ultima : dernier ; ratio : raison, argument et regum : des rois)

Cette locution signifie que, lorsque tous les recours pacifiques et diplomatiques ont été épuisés et qu'il ne reste plus aucune solution raisonnable, on peut se résigner à utiliser la force pour imposer ses vues.

La formule "ultima ratio regum" était l'expression favorite du cardinal de Richelieu. Louis XIV reprit cette formule à son compte et la fit graver sur ses canons.)

Si le Front national fait des propositions qui me paraissent intéressantes pour la France, je voterai pour lui. 

Marine Le Pen a obtenu les suffrages de près de 20% d'électeurs à l'élection présidentielle. Faut-il considérer ces électeurs là comme des non citoyens. Faut-il les exclure de la nation française? 

Mais au nom de quel principe? Ce que nous propose M. Désir n'est rien moins que l'apartheid, contre lequel il prétendait s'insurger quand il avait cours en Afrique du sud. 

Un apartheid moral et politique, mais un appartheid pire encore que l'autre puisqu'il englobe dans le rejet et l'exclusion les gens, non seulement pour leurs idées, mais aussi pour leur race, puisqu'à droite, celle de marine Le Pen, mais aussi celle de Sarkozy, Fillon, Copé, militent des gens de toutes couleurs, blacks, blancs, beurs. 

M. Désir nous prend pour des niais. 

A nous de leur prouver, à lui et ses "amis" qu'ils se trompent. 

A bientôt Harlem ! 

 

Edouard Boulogne. 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tartempion 29/10/2012 16:04


(Jolie coïncidence : le nom "Harlem Désir" évoque poétiquement la célèbre et sociale glissade de DSK à New-York !?!?!)


_____________________________________________________________________________


L'article du jour  http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2012/10/seriez-vous-prets-a-descendre.html


Seriez-vous prêts à descendre dans la rue?




Par Ivan Rioufol le 29 octobre 2012 12h59 | 53 Commentaires




Descendre dans la rue? Chiche! Le sectarisme des socialistes au pouvoir risque fort d’attiser les indignations d’une société qui se droitise. Dimanche,
Jean-François Copé a envisagé d’appeler, s’il est élu à la tête de l’UMP, à une grande manifestation de protestation contre les projets sociétaux ou économiques du
gouvernement. Il a cité en exemple la mobilisation du 24 juin 1984 pour la défense de l’école libre (plus d’un million de personnes dans les rues de Paris), qui avait été
précédée de nombreux défilés dans les régions. Ce mouvement avait conduit François Mitterrand à retirer son projet d’un grand service public unifié et laïc de l’Education
nationale, qui était l’une de ses 110 propositions. Dans mon livre : "De l’urgence d’être réactionnaire" (PUF et, depuis deux semaines, collection J’ai Lu), je soutiens pour
ma part l’éventualité d’une "insurrection civique", en constatant: "Nombreux sont les Français qui en ont plus qu’assez de se faire malmener, ridiculiser, enfumer par des
démocrates qui n’aiment pas le peuple, des humanistes qui n’aiment pas les gens, des journalistes qui n’aiment pas les faits, des antiracistes qui n’aiment pas les Blancs, des progressistes
qui aiment tellement les pauvres qu’ils sont prêts à en faire venir toujours davantage". Si le PS, politiquement omniprésent mais idéologiquement aux abois, devait persister dans son
enfermement, le peuple excédé pourrait bien l’aider à redescendre sur terre.

La brutalité des propos tenus contre la droite par les leaders du PS, ce week-end à Toulouse, révèle la panique qui est en train d’envahir ce parti, justement qualifié d’"astre mort" par
Jean-Luc Mélenchon. Harlem Désir, le nouvel apparatchik du PS désigné après un simulacre de démocratie, s’est surpassé dans la diabolisation de ses adversaires, en dénonçant
la "droite haineuse", l’UMP "en voie de lepénisation", le "duel de réactionnaires" entre Fillon et Copé, etc. Cette même violence dans les propos, signe d’une incapacité à admettre la
contradiction et à argumenter, s’est installée dans la presse de gauche confrontée à la fois à l’amateurisme de son gouvernement et à la perte de crédit de son autre candidat, Barack
Obama. Le manichéisme qui l’habite fait par exemple écrire à l’éditorialiste de Libération, ce lundi à propos des élections américaines, que Mitt
Romney "représente l’aile dure tendance taliban du parti républicain, prête à faire régresser (les Etats-Unis) à l’âge de pierre". Le recours aux outrances, caricatures, intolérances
et autre fanatismes qui parcourent la gauche désemparée mais persuadée d’avoir raison, laisse voir chez elle la tentation d’une fuite en avant et d’un abus de pouvoir. Oui,
les Français doivent se tenir prêts à descendre éventuellement dans la rue. En seriez-vous ?

Je participerai, mardi, à On refait le monde sur RTL (19h15-20h)