Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Haïti! Les révélations d'Amaral Duclona.

 

Amaral-Duclona.jpg

 

 

Triste année pour Haïti que celle de 1804 qui vit la rupture définitive de cette région d'avec la France.

S'il en avait été autrement Haîti eut été, en 2010,  une belle province de France; au moins trois départements, qui avec la Guadeloupe et la Martinique eussent constiués une magnifique région française d'outre-mer.

Mais guigne, et mauvais-oeil l'emportèrent, et, depuis, Haïti n'en finit pas d' agoniser.

Il est des commentateurs de la politique qui imputent cette situation au paiement d'une dette à la France pour acceptation par celle-ci de l'indépendance de l'ex Saint Domingue, dette qui aurait obéré les finances haïtiennes et serait la cause de son calvaire. .

Peut-être peut-on se demander s'il n'y a pas d'autres causes à cette vie qui n'en fint pas de finir.

Car, depuis très, très longtemps, des aides, notamment financières ont été accordées aux dirigeants de cet Etat. Aides substancielles, qui n'ont pas été perdues pour tout le monde, mais dont on cherche en vain ce qu'elles ont apporté au développement du pays, et au profit du peuple.

Pour nous en tenir à l'actualité récente, on sera intéressé par l'article suivant du journal Haïti Observateur.

Les déclarations d'Amaral Duclona, sont aussi consternantes qu'éclairantes. Pauvre Haïti! Pavre peuple berné!

 

Le Scrutateur.

 

 

(Dygnité pou pep Hayiti")

490_haiti_6_mois_apres.JPG

 

 

 

HAÏTI OBSERVATEUR          VOL. XXXX, No. 39                30 sept. - 7 oct., 2009

 

DÉSORMAIS ASSURÉ QU’IL NE SERA PAS EXTRADÉ VERS HAÏTI  

Amaral Duclona fait de nouvelles révélations

L’ancien chef de gang capturé par les autorités dominicaines n’est pas au bout de ses révélations. Maintenant qu’il est sûr qu’il ne sera pas extradé vers Haïti, il semble se sentir plus à l’aise pour faire des révélations sur ses opérations criminelles. À coup sûr les entités étrangères intéressées à connaître les secrets qui entouraient son existence, auraient voulu savoir davantage des collaborations dont il bénéficiait, surtout comment il avait pu, pendant plus de deux ans, se soustraire aux recherches de la Police et des forces de l’ONU. Les derniers aveux d’Amaral Duclona portent davantage sur les derniers assassinats auxquels il a participé, ainsi que sur les moyens de s’abriter alors qu’il était censé être « activement recherché par la Police».

On estime que la liste des victimes de Duclona est extrêmement longue et que la MINUSTAH est devenue partie prenante dans son interrogation parce que, en sus du consul honoraire de France tué en mai 2005 et dont la mort lui est imputée, l’ancien chef de gang serait aussi l’auteur de l’assassinat d’un soldat onusien en Haïti. C’est pourquoi des représentants de l’ONU, avec des collègues d’autres pays, accompagnés par des officiels du DNCD, l’organisme dominicain de lutte contre les stupéfiants, ont interrogé à plusieurs reprises Amaral Duclona. Les informations qu’il a données ont fait dresser les cheveux sur la tête de plus d’un.

Un des derniers assassinats à son actif

 Dans l’objectif d’alléger ses peines au cas où il serait éventuellement extradé vers la France, Amaral Duclona a fait des révélations extraordinaires aux agents français présents au cours de ses interrogations. Grâce à celles-ci on détient les premières informations concernant la disparition d’un officiel du gouvernement, en l’occurrence le directeur des marchés publics, Robert Marcello.


 En effet, selon des sources proches du DNCD, Duclona a révélé avoir lui-même kidnappé et exécuté M. Marcello, à l’instigation, dit-il, d’u

n autre fonctionnaire du gouvernement haïtien. Il a laissé entendre que la victime avait des démêlés avec son collègue du Centre national des équipements (CNE), qui voulait s’en débarrasser.

À en croire Duclona, Jude Célestin, qui convoitait le juteux contrat des réparations des infrastructures détruites par les ouragans et tempêtes de 2008, voulait se l’approprier sans appel d’offres.

 Le chef de gang explique encore que Robert Marcello s’était opposé à ce que le contrat soit octroyé à Célestin parce que cela empêcherait à l’État d’avoir la meilleure partie dans cette affaire. Comme de fait, le CNE a pu décrocher le contrat sans avoir été obligé d’affronter des compétiteurs. À l’époque il déclarait que le Parlement haïtien n’avait rien à y voir.

 Le contrat recherché et obtenu par Jude Célestin lui a été donné par le président Préval, qui avait alors court-circuité les parlementaires dans la gestion des fonds destinés au financement des projets confiés au CNE. Il s’agit, on se rappelle, de 90 millions $ USD des 197 millions $ USD tirés des fonds de « Pétrocaribe » qui, aujourd’hui, font l’objet d’un débat intense entre le Parlement et le gouvernement.

En effet, des parlementaires des deux Chambres étant montés au créneau contre ce qu’ils qualifient de décaissements sans justification de fonds provenant de Pétrocaribe, se voient remettre par le gouvernement Pierre- Louis des documents n’ayant aucun rapport avec les «oeuvres » accomplies. Pour cette raison, certains parlementaires révoltés qualifient carrément de « vol » les 197 millions $ USD estimant que les explications fournies par l’équipe au pouvoir n’ont pas réussi à dissiper les doutes, ni à prouver que les fonds ont été dépensés régulièrement.

Parfois Amaral Duclona couchait au Palais ?

Preval.jpg  ( La pénurie n'est pas pour tout le monde. Ci-contre le "président" Préval. La pléthore? Il connait).

Au cours des dernières séances d’interrogation, Amaral Duclona a fait d’autres révélations qui sont des perles, indiquant que parfois, quand il courait le risque de se faire appréhender, il pre

nait logement au Palais national..

L’ancien homme fort de Cité Soleil a expliqué qu’il a passé la nuit au moins une trentaine de fois en la résidence officielle du chef de l’État. Il dit se rappeler une fois qu’il était vraiment sur le point d’être «happé » par les forces de l’ordre constamment à ses trousses. Il prétend avoir été sauvé de justesse grâce à l’arrivée d’un véhicule blindé venu expressément le chercher.

Dans ses aveux, l’ancien bandit laisse croire qu’il jouissait de relations privilégiées avec des personnalités de haut niveau du gouvernement.. Il a précisé que sa qualité d’homme fort du mouvement Lavalas lui donnait accès aux hautes autorités du pouvoir au sein même du le gouvernement Préval.

Hébergé par la soeur du président ?

Les interrogateurs d’Amaral Duclona restent sceptiques quant à ses révélations, dont les unes sont plus spectaculaires que les autres. Par exemple, quand il avoue avoir été souvent hébergé par la soeur du président, Marie- Claude Calvin.

L’ancien chef de criminels a donné l’impression qu’il était un habitué de la maison de Mme Calvin, soulignant qu’il y prenait souvent refuge et qu’il y a séjourné plus que partout ailleurs, expliquant au passage qu’il avait d’autres cachettes à la capitale. Toutefois, il n’est pas passé par quatre chemins pour faire comprendre que le refuge offert par la résidence de Marie-Claude Calvin était le plus sûr.

Tout au long de son interrogatoire, Amaral Duclona, antérieurement à la déclaration faite par le procureur national en matière d’extradition selon laquelle le prisonnier sera remis aux Français et non au gouvernement Préval, se montrait particulièrement discret. Il se contentait d’affirmer qu’il était l’«ami personnel du président Aristide » et qu’il avait beaucoup d’influence au sein de l’actuel gouvernement haïtien. Mais ensuite, lorsqu’il a appris que les autorités dominicaines n’allaient pas agréer la demande de son expulsion vers Haïti qu’avait formulée le gouvernement haïtien, il s’est montré «plus bavard » et « plus osé ».

 

aristide-en-1987.jpg ( L' ancien prêtre Aristide, grand partisan de la fausse "théologie de la libération' - condamnée par le Vatican-. Elu Président d'Haiti, il suscita les espoirs de ses homologues en Guadeloupe, où il effectua une tournée pastorale, et économique, sous l' égide du Vicaire Général du diocèse, encore en activité aujourd'hui dans une autre fonction. Aristide, ce "bon samaritain"  assez particulier, devait s'avérer par la suite, comme l'avaient prévu les esprits clairvoyants, comme un faussaire, et un trafiquant de drogue d'envergure internationale. Nous le voyons ici dans son ardente prédication "pou Dygnité pep Hayïti"!!!


On prétend que les «bombes» qu’il a lâchées, sous forme de révélations spectaculaires relatives à sa cachette et à ses plus récents crimes, ont fait suite aux déclarations de Me Gisela Cueto, procureur du District national de Santo Domingo responsable des dossiers d’extradition.

Préval avait été prévenu

L’annonce adressée au gouvernement Préval par le procureur du district national de la République dominicaine informant les autorités haïtiennes qu’Amaral Duclona sera remis à la France et non à Haïti n’avait pas pris le président haïtien au dépourvu, puisqu’il était déjà informé de cette décision, environ une semaine plus tôt.

En effet, la semaine dernière, lors de la visite en Haïti des chanceliers français et brésilien, le chef d’État haïtien avait été informé par Celso Amorin alors présent au Palais national avec son collègue français Bernard Kouchner.

Au moins deux diplomates ont indiqué que M. Amorin avait fait comprendre au président Préval que la France aurait la première l’occasion d’interroger et de faire passer en justice Amaral Duclona. Ensuite, avait-il précisé alors, il existe au moins un autre État dont des citoyens ont été victimes de kidnapping, d’invasion de résidence et de braquage par Amaral ou ses lieutenants, et qu’ils voudraient bien interroger l’ex-chef de gang. Ce n’est qu’après, explique-t-il, que pourrait venir le tour d’Haïti.

Il semble que le chef de la diplomatie brésilienne a poliment fait une remontrance au président haïtien. De fait, si Haïti voulait vraiment sévir contre ce criminel, il aurait été capturé par les forces de l’ordre dans son pays depuis bien longtemps déjà et qu’il ne se retrouverait pas prisonnier en République dominicaine aujourd’hui.

 Les dernières révélations d’Amaral Duclona sont d’une gravité extrême. Car, à l’entendre décrire ses activités criminelles et ses liaisons avec le pouvoir — ou des personnes importantes au sein du pouvoir —, il paraît dire qu’Aristide n’est pas son seul et unique « ami » et le personnage avec qui il entretient des relations privilégiées.  

 

 

  Three grand essentials to happiness in this life are something to do, something to love, and something to hope for".
> Joseph Addison

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emile Tintin 13/10/2010 15:47



Haïti, sujet tabou. Tout le monde sait la vérité. Mais le sujet est tabou. Tout le monde pense la même chose. Mais le sujet est tabou. Il y a évidemment d'énormes intérêts en jeu. Mais le sujet
est tabou. L'indépendance d'Haïti fut sa perte. Mais le sujet est tabou. L'indépendance multiplia à l'infini les souffrances du peuple haïtien. Mais le sujet est tabou. La tyrannie des Duvallier
était "bon enfant" à côté de ce qui a suivi. Mais le sujet est tabou. Les békés sont d'affreux esclavagiste : ça c'est le onzième commandement du décalogue.