Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 ( M. François Mitterrand recevant la décoration de la Francisque des mains du Maréchal Pétain ). mitterrand-petain-copie-1.jpg

 

Dans la ligne de l'article du Scrutateur, hier ( en toute modestie !!! ), mais en omettant les vérités que ce dernier avait rappelé, M. Guaino et quelques autres personnalités politiques françaises, condamnent ou nuancent les propos d'Hollande sur la rafle du Vel'd'hiv.

A lire, ou à relire : http://www.lescrutateur.com/article-70-ans-apres-la-rafle-du-vel-d-hiv-etes-vous-antisemites-comme-leurs-papas-par-edouard-boulogne-108413456.html

 

Dans l'article de Thomas Wieder ( 70 ans après : La mémoire apaisée ), on peut lire « "Comment envisager une commémoration dans un contexte de "normalisation" de la mémoire?" C'est à ce défi de la "normalisation" que devra répondre le "président normal". ».

Cette phrase est redoutable. « Normaliser la mémoire », ce n'est pas tenter de restituer une époque, et une tragédie, dans toute sa complexité. C'est souvent faire entrer l'histoire dans les cadres artificiels, et préconçus, conformes aux intérêts d'hommes de pouvoir, et conformes aux cadres spécieux de certaines idéologies. Dans son livre « 1984 » l'écrivain Georges Orwell, nous montre le souci permanent du dictateur d'un Etat totalitaire ( Big Brother ) de réécrire l'histoire en permanence, en triturant, sélectionnant les évènements du passé, pour les faire converger vers ceci : «  le Parti a toujours raison », ce qui fut le mot d'ordre de Trotski.

Big Brother avait même, pour parvenir à ses fins, institué un "ministère de la vérité" ( sic! ).

Qu'est-ce que l'histoire? Qu'est-ce qu'un fait historique? Ces questions sont aussi difficiles à comprendre qu'il est délicat d'y répondre. Alors tâchons de ne pas nous faire manipuler. Un peu de philosophie n'est jamais inutile pour cela. D'où la nécessité de ne pas se contenter, sur internet ou ailleurs, de « chatter ». 

Travailler à cette lucidité, rechercher, et communiquer des angles d'observation et d'analyses multiples face à la complexité du "réel", telle fut ma tâche, très longtemps, en tant que professeur de philosophie, telle j'essaye de la poursuivre, tant bien que mal, et dans le style qui convient dans un blogue ( mon public n'est pas une classe d'élèves, et le dialogue concret des personnes y manque, et encore j'adopte, ici, souvent, un style de polémiste qui ne pouvait s'accorder avec celui d'un professeur de lycée, mais qui n'en a pas moins, une valeur "pédagogique" quand je l'utilise à bon escient, ce qui est, je l'espère, le cas, avec peut-être des ratées parfois ). 

Telle est la raison pour laquelle je consacre finalement pas mal de temps à cette occupation. 

E.Boulogne. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article