Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

LKP :les élus et partis aux abonnés absents !

 

Coneil-general-Guadeloupe.jpg

 

 

"Ces gens-là avec leurs partis politiques ne changeront jamais! Leurs réunions électorales c’est de la foutaise. Avec une présence sur le terrain uniquement au moment des élections , ils tiennent seulement à faire bonne figure devant le peuple , et grapiller quelques avantages. Ce sont des menteurs et des voleurs. On ne peut pas leur faire confiance" !.
Cette réflexion d’un guadeloupéen prouve l’état de déliquescense intellectuelle et le manque de crédibilité des partis politiques de la Guadeloupe .
Rôle positif ou négatif ?
Objet de dure contestation par le LKP ou souffrant d’indifférence de la part de nombre de citoyens, les élus et partis politiques ne demeurent pas moins une réalité aujourd’hui incontournable de la démocratie .
Les partis politiques ont un rôle éminemment politique vis-à-vis de la Guadeloupe dans son ensemble tout comme à l’égard de leurs propres membres ou militants.
Acteurs clef dans l’espace public, ils ont pour vocation de gérer le pays pour mettre en œuvre directement leur projet global de société.
Ils concourent à l’expression des suffrages, contribuent à l’éducation civique des citoyens (connaître par exemple leurs droits et devoirs) les rendant ainsi capables de participer de manière responsable et efficace à la vie et à la gestion politique et administrative du département .
Feuille de route en berne en Guadeloupe !
On peut retenir comme «feuille de route» de la mission des partis politiques, ce qui suit : construire et consolider la démocratie pluraliste, piloter de manière efficiente le développement économique et social en donnant des réponses concrètes aux préoccupations essentielles des citoyens dans les domaine si importants comme la santé, l’emploi et le salaire correspondant, l’habitat, l’éducation, la paix et la sécurité, la justice.
Gestionnaires effectifs d’un pouvoir politique local obtenu par des élections libres et transparentes ou acteurs responsables dans l’opposition, les partis politiques devraient jouer aussi le rôle de prévenir et résoudre pacifiquement les conflits, remédier à la crise chronique de gouvernance qui aggrave le malaise du corps social, lutter contre la corruption, etc. Tout cela devrait aider à asseoir l’État de droit, le respect des droits de l’Homme et la paix civile.
Certes, les partis politiques ne sont pas les seuls acteurs concernés dans la vie des nations; il en existe bien d’autres tels les acteurs de la société civile, les médias, les organisations du type des associations , les groupements d’intérêt économique et culturel , les syndicats de patrons et salariés. Il est donc nécessaire de développer des synergies d’actions en vue d’atteindre le bien commun et créer les conditions propices au développement de la Guadeloupe qui ne peut se faire que dans dans un contexte apaisé et sur la base du consensus.
MAIS ? Faible, le peuple l’est, en effet quand on s’apercoit de la force et de l’imprégnation du discours populiste du LKP; et il peut bien l’être quand, premièrement, il ignore à peu près tout de la chose publique et de la praxis économique et de ce qui se passe dans les coulisses des assemblés politiques ( parlement , région , département ); faible, deuxièmement, quand, au lieu de l’instruire de ces choses, ceux qui s’agitent devant lui comme le LKP , le divisent en antagonistes adversaires (les uns contre les autres).
« Le pot de terre ne peut lutter contre le pot de fer !» « Ravet pa ni rézon douvan poul ! »* Voilà deux proverbes qui résument bien le sentiment dominant qui habite les élus et partis de la guadeloupe qui sont complétement désemparés devant la capacité de mobilisation du peuple par le LKP.
Le premier effort d’engagement et de réflexion des élus , celui qui conditionne tous les autres et qui est, croyons le, à la portée de chacun d’entre eux, consiste à travailler à reprendre en main la direction de sa propre population conditionnée par le LKP. Cela signifie : s’émanciper mentalement et reconquérir son libre arbitre, sortir du cercle vicieux de la paresse intellectuelle et de la passivité face a l’adversaire, de l’autodénigrement, de la déshumanisation de la société, briser le carcan de l’aliénation des idées indépendantistes véhiculées en sous main et de facon insidieuse par le LKP , et enfin changer en mieux ses comportements quotidiens. Il s’agit, désormais, de ne plus agir sous la télécommande des fossoyeurs du système qui mettent la Guadeloupe en état de tension permanente par des menaces de grèves et blocages incéssantes.
Elus et partis aux abonnés absents !
Partout dans le monde , dés lors que nous sommes en démocratie et confronté a un probléme de société , un véritable débat s’instaure au sein de la population à l’initiative des partis politiques .
En Guadeloupe en dépit d’un malaise persistant du corps social depuis l’avénement du LKP , les partis et les élus sont aux abonnés absents !
Aucun débat , aucune contribution , aucune réflexion et étude sur l’origine de ce mal sociétal , pas le moindre communiqué pour dénoncer le parti pris des médias ou condamner les actions nuisibles et le racisme du LKP , aucun meeting pour prendre le pool de la population et endiguer les dérives politiques et le sectarisme !
Au final un vide sidéral et un degré zéro de la pensée politique gangrènent les partis et élus de la Guadeloupe , BREF une médiocrité affligeante qui devrait encore alimenter et fortifier la campagne de déstabilisation du pays par le LKP qui n’a de cesse de dénoncer des élus BWA BWA et insignifiants.


DOLTO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article