Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le BTP et les architectes, premières victimes de la crise.

 

 

 

carac_vignette_1--1-.jpg

 

 

 

Le BTP est a terre et les architectes premières victimes de la crise !

 

 

 

Les professionnels du bâtiment en guadeloupe ressentent les pires effets de la crise financière mondiale et des actions du LKP. Quand le bâtiment va, tout va, dit l'adage. Justement, le secteur est victime de la crise qui secoue le marché de la construction. Les banques prêtent moins, les décideurs tergiversent , et les investisseurs ont déserté la guadeloupe depuis la crise LKP.
.. A l'autre bout de la chaîne, les professionnels de la construction tels les architectes subissent de plein fouet le ralentissement de l'économie et peinent à se maintenir en activité.

« La crise, ce n'est plus seulement en france métropolitaine, c'est chez nous. » josé GADARKAN, plante le décor. Pour autant, l'entrepreneur en bâtiment ne veut pas « céder au catastrophisme. » Certes, concède-t-il, « on note un fort ralentissement, voire une chute vertigineuse », en ce qui concerne la construction de logements dans le secteur privé. La planche de salut , les professionnels devraient la trouver « avec les commandes du secteur public, notamment la construction de logements sociaux. » Un pan de l'activité qui va mal, l'autre qui résiste : «MAIS c'est encore la catastrophe », note GADARKAN.
D'autant que ce ralentissement de l'économie, l'entrepreneur l'avait « vu venir. » « Nous savions que les architectes avaient moins de travail, qu'il n'y avait plus de plans sur les tables des bureaux d'étude. Dix huit mois après la crise LKP, c'est nous qui en payons les conséquences, logiquement. » Ce laps de temps entre les commandes, la réalisation des plans et la mise en chantier proprement dite, n'a pas permis de prévenir la baisse de l'activité. A quand le bout du tunnel ? « Ce sont des événements qui nous échappent, concède amèrement GADARKAN QUI TANCE LES COLLECTIVITES LOCALES. La crise est mondiale et locale. Non seulement les banques sont plus réticentes quand il s'agit de prêter de l'argent, mais les investisseurs hésitent aussi à placer leurs économies dans l'immobilier. Bref, on sent une frilosité générale ambiante , surtout depuis les mesures rectrictives a la défiscalisation . « L’Etat, les élus et les collectivités territoriales et les communes doivent immédiatement réagir pour permettre à la branche de se relever. Sinon nous courrons vers la catastrophe, et pas seulement pour le BTP », ajoute le chef d’entreprise.

Des salariés qui sont les principales victimes de la crise que subit actuellement le BTP. En effet, depuis 2009, près de 6 000 emplois ont été supprimés et les perspectives d’ici la fin de l’année ne sont guère réjouissantes. « Les entreprises sont en sureffectif par rapport à leur activité. Si ça continue, ils ne pourront plus garder leur personnel », souligne le responsable de la Capeb.

En effet, en 2 ans, « le taux d’activité dans la branche a chuté de 35%. Des centaines d’entreprises ont disparu. Le chiffre d’affaires prévu pour 2010 est de 330 millions d’euros contre 460 millions d’euros en 2009. Les grands chantiers ont disparu. La construction de logements ne redémarre pas. Il n’y a aucune perspective », détaille JOSE GADARKAN . « C’est l’alerte rouge », résume le président de la FRBTP. Ce constat est partagé par l’ensemble des professionnels qui estiment que depuis 2009, « le BTP va mal ».

Principaux responsables pointés du doigt, l’Etat, les collectivités territoriales et les communes. « Ils ont le devoir de prévoir et de réaliser les investissements structurants, les aménagements, les constructions publiques et les logements nécessaires au développement économique de LA GUADELOUPE », explique José GADARKAN. « Jusqu’à aujourd’hui, nous avons dû nous contenter d’effets d’annonces. Il faut que ça s’arrête », ajoute t-il ? CAR AUJOURD'HUI NOUS NE POUVONS PLUS PAYER LES SALAIRES.

DOLTO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D


Ah tiens, n'ya plus personne sur la passerelle ; le pays s'est foutu sur une caye, mais n'ya plus personne pour le désencailler ! Plus d'investisseurs, plus de projets,  plus
personne à la barre, plus d'ouvrage et plus de salaire pour les ouvriers. Il reste donc un seul et dernier espoir et voici : Faites appel, M du Batiment, à nos "intellectuels" locaux, je
suis certain que ces génies galactiques vous tireront de là. Mais au fait et à ce propos justement, où sont-ils donc passé ces corniauds là ? C'est vrai quoi, on ne les entend plus
! Ils ne pondent plus peut-etre ?



Répondre