Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Lamblin Blanchiment d'argent sale -copie-1

François Peillon ministre de l'EDUCATION qui penche pour une dépénalisation de la vente de cannabis. Voici qui ne surprend pas le Scrutateur.

Ce ministre est de la gauche bobo, qui voudrait boboïser toute la France. Mais le peuple français n'est pas encore « mûr » pour la totale déchéance.

Peillon-Faut-que-ca-fume.-.pngAussi il se fait « recadrer » par Hollande et Ayrault ( qui par ailleurs s'est fait lui-même recadrer par François sur la question des dédommagements aux maître chanteurs africains de la « repentance ».

Cela fait un peu désordre. Vous ne trouvez pas?

Qu'en pensent les tenants des « valeurs de la République »?

Valeurs de la république

Oh! mais c'est la gauche dans toute sa splendeur. On avait prévenu les Français. Mais enfumé par l'antisarkozisme primaire ils ont voulu François, et....ils ont eu François... ce géant, ce phare de la pensée ripoublicaine. Qu'ils chantent maintenant!

http://www.youtube.com/watch?v=w2jSKNNUfQE 

 

Et puis il y a eu Florence Lamblin, cette élue de gauche, ( EELV ) au conseil municipal de Paris, compromise dans une sombre histoire de blanchiment de l'argent de la drogue. C'est tellement ennuyeux pour le parti du BIEN que Delanoë lui suggère de démissionner.

Mais la donzelle ne l'entend pas de cette oreille. En son for intérieur Delanoë la comprend. Mais les Français ne sont pas ENCORE mûrs. Le travail de refondation de l'école de Peillon n'est pas encore assez avancé. Mais Florence, et au fond on la comprend, ne veut pas payer pour les autres. Elle s'accroche à son poste électif.

Florence-Lamblin.png

Il y a de l'eau dans le shit des gens de bienS.

Dur, dur!

« La droite » est odieuse d'exploiter les maladresses des partisans de la défonce libératrice : tous ces cathos, plus ou moins intégristes qui s'opposent au « bien être du peuple » comme dirait un célèbre pétomane guadeloupéyen.

QUELLE EPOQUE !!!

 

Marc Decap.

 

 

http://www.notretemps.com/alerte-infos/2434/10018613-banchiment-florence-lamblin-lelue-eelv-mise-en-examen-ne-demissionnera-pas.html

Blanchiment: Florence Lamblin, l'élue EELV mise en examen, "ne démissionnera pas"

Par AFP le 15/10/12

Banchiment: Florence Lamblin, l'élue EELV mise en examen, "ne démissionnera pas"

Me Jérôme Boursican, avocat de Florence Lamblin (EELV), mise en examen pour blanchiment dans l'enquête sur un trafic de drogue, a assuré lundi sur Canal + que sa cliente "ne démissionnera pas" de son mandat de conseillère d'arrondissement du XIIIe arrondissement de Paris.

"Ma cliente va rester adjointe mais s'est retirée de sa délégation", a affirmé Me Boursican.

"Je souhaite qu'elle puisse se défendre, mais je suis tout à fait satisfait qu'elle ait quitté ses fonctions de maire-adjoint", avait dit dimanche le maire de Paris Bertrand Delanoë, ajoutant qu'elle "devait se poser la question" d'une démission de son mandat de conseillère d'arrondissement.

L'avocat de Florence Lamblin s'est demandé "pourquoi les adjoints socialistes mis en examen ne démissionnaient pas ?", assurant que M. Delanoë "avait dit beaucoup de bêtises".

Me Boursican a répété que sa cliente "n'était pas coupable de blanchiment d'argent et q'elle était "parfaitement innocente des faits qui lui sont reprochés". "On peut parler de problématique fiscale", a ajouté Me Boursican, notant que l'argent avait été retrouvé à son coffre à la banque et non au domicile de sa cliente.

"Quand on a 400.000 euros d'un héritage, faut-il le déclarer ?", a t-il conclu.

Par ailleurs, l'avocate du principal suspect, côté suisse, poursuivi simultanément à Paris et Genève, a affirmé au journal Le Temps que son client "soutient que l'argent remis en liquide à ses clients parisiens a été récolté auprès des communautés israélites de France" pour des dons. Ces communautés "souhaitaient faire des dons à diverses personnes ou écoles religieuses", a affirmé le gestionnaire de fortune, un Suisse d'origine marocaine, selon ses propos rapportés au Temps par Me Josiane Stickel-Cicurel, son avocate.

"Il n'a jamais été au courant d'un quelconque trafic de cannabis", a-t-elle ajouté. Il a assuré que cet argent, destiné à ses clients qui souhaitaient échapper au fisc français, provenait de dons récoltés par son frère, résidant à Paris et mis en examen par la justice française. "C'est du moins ce qu'il dit avoir cru", ajoute Le Temps.

Dès l'annonce des poursuites judiciaires, en France et en Suisse, la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad), une association suisse, avait dénoncé dans un communiqué les références dans plusieurs médias helvètes à l'appartenance religieuse des suspects, présentés comme "appartenant à la communauté juive marocaine".

"C'est avec une inquiétude légitime que la Cicad prend connaissance de ces commentaires journalistiques dont la seule répercussion est la stigmatisation de l'ensemble d'une communauté", avait indiqué vendredi l'association, se réservant la possibilité de suites judiciaires.

"La presse fait son travail quand elle reprend les propos de l'avocate", a estimé lundi pour l'AFP Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Cicad. Il souligne que dans des articles antérieurs "cette mise en avant de la religion par la presse a suscité un grand émoi dans la communauté juive qui se sent stigmatisée". "Quand il y a d'autres affaires similaires on ne cite pas l'appartenance religieuse" des suspects, a-t-il poursuivi.

La police suisse avait interpellé mercredi 10 octobre trois personnes à Genève dans le cadre du démantèlement d’un réseau de blanchiment entre la Suisse et la France. La 3ème personne, une femme travaillant dans la société financière du principal suspect, a été remise en liberté, mais doit se tenir à la disposition de la justice. L'autre personne mise en détention est un frère du principal suspect, travaillant pour la banque HSBC à Genève.



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Josué 16/10/2012 22:05



Affaire Lamblin : le scandale dans le scandale !




Que Florence Lamblin ait ou n'ait pas trempé dans une affaire de blanchiment d'argent du trafic de drogue, d'une certaine manière, peu importe : si c'est le cas, elle passera un peu de temps à
l'ombre ; si ça ne l'est pas, elle devra répondre au fisc de l'origine des fonds dont elle a disposés. Rendons grâces aux Verts qu'il s'agit là, avant tout, d'une affaire de possible
malhonnêteté individuelle. Leur propension à donner des leçons est certes irritante, mais elle ne doit pas conduire à tous les considérer comme des malfrats.

Ce qui est plus gênant et politiquement significatif, en revanche, est le statut professionnel de cette architecte qui, en réalité, émarge sur des fonds publics en travaillant censément pour un
de ces multiples organismes qui pullulent autour de la Région Île-de-France et de la Ville de Paris, à l'utilité hautement contestable et où s'"emploient" des foultitudes de personnes qu'on
retrouve, comme par hasard, dans les partis de gauche.

Ce système clientéliste est la traduction d'une véritable mise sous coupe réglée, depuis plus de 10 ans, des finances parisiennes et franciliennes, par un système prédateur.













Florence Lamblin est l'heureuse employée du "Lieu du Design", machin subventionné à haute dose (660 000 euro annuels minimum) par la Région Île-de-France comme s'en vante Huchon : voir par
exemple ICI ou LA.

Cette danseuse joliment coûteuse est censée organiser de temps à autres des expositions et distribuer un peu d'argent à des PME voulant améliorer la ligne de leurs produits par la biais
d'une "aide à l'innovation responsable". Chacun appréciera ce énième usage de la novlangue écosocialiste. Cette aide est du reste refusée d'avance aux "projets relatifs à l’armement, au
nucléaire ou ceux pouvant porter atteinte à l’environnement ..." !

Pour lire cette prose incroyable quand on sait qu'elle est subventionnée à haute dose par nos impôts : cliquez LA. Les promoteurs du "Lieu du Design" ont omis d'ajouter à leur liste d'infamie le trafic de
drogue ou l'usage de l'automobile ...

Le directeur dudit Lieu, un dénommé Laurent Dutheil, est également militant socialiste très actif, fonctionnaire territorial à la Région IDF et ancien directeur du cabinet d'Huchon : voir
LA et LA !

Bref, on nage dans un marigot de copinages, d'emplois douteux, de gaspillages éhontés, le tout protégé par le manque de transparence et d'intérêt de la presse pour les dérives qui
caractérisent aussi bien la Région Île-de-France que la mairie de Paris, laquelle n'est pas en reste pour ce qui concerne l'arrosage des petits amis, ainsi que le Delanopolis le démontre
chaque semaine. Le dernier scandale des subventions accordées à Silicon Sentier dont la présidente se retrouve dans l'association de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo laquelle est
elle-même chaperonnée par Jean-Louis Missika, l'élu qui pilote ces subventions est un exemple parfait de cette confusion des genres : voir ICI.

On cherche à faire des économies dans les dépenses publiques ? C'est cette mauvaise graisse qu'il faut en priorité faire fondre. Si l'affaire Lamblin pouvait avoir le mérite d'éclairer un
peu la lanterne des Parisiens et des Franciliens sur ces magouilles, l'élue EELV aurait bien mérité de la patrie !


Samedi 13 Octobre 2012






Serge Federbusch



1.Posté par Mouloud l'imposé dépité le 15/10/2012 13:18




Combien sont ils (elles) , élu(e)s, permanent(e)s, militant(e)s° à bénéficier des mann(e)s de ses "associations" hyper subventionné(e)s et complic(e)s, sociétés-écran, pomp(e)s à finances, et
autr(e)s intermédiair(e)s entre les gd(e)s vill(e)s, conseils généraux, régions PS, EELV etc. et le (la) secteur(e) "privé(e)". La lecture des marché(e)s publics et autres appel(e)s d'offr(e)
dans lesquels ils (elles) trampouillent est édifiant(e)... La déontologie est confiée à M. Jospin(e) ? du (de la) parti(e) socialist(e) ? hum...
[°pour écrir(e) comm(e) dans leur(e)s appel(e)s d'offr(e)s]...