Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Photo-Eric-EG-NOGARD-copie-1.jpg

« Ne trouverai-je pas ici un homme de cœur ?

En vérité, quand on en cherche, on est effrayé de sa solitude »

 

Camille, dans « On ne Badine pas avec l’Amour » d’Alfred de MUSSET.

 

***     ***     ***

 

La Ville de Saint-Joseph, à la Martinique, vient de célébrer la mémoire de Guy Cabort-Masson, l’un de ses Fils qu’elle dit ILLUSTRE.

 

Peut-être est-ce son droit, chacun voyant midi à sa porte.

 

Néanmoins, il y a ceux qui aimeraient sortir d’un amalgame qui ne nous honore pas, malgré notre face qui jubile de bonheur, de fierté, d’auto-satisfaction et notre poing levé tel un défi, telle une provocation, au dévoilement de la Plaque Commémorative de Guy Cabort-Masson.

 

Une plaque recouverte pour l’occasion du drapeau Rouge-Vert-Noir dont on sait qu’il n’est pas celui de la France.

 

La Commémoration d’ « un Homme d’Audace » aux dires de son ami Maurice Laouchez, cet Omniprésent à toutes les sauces auxquelles il apporte son sel et ses lumières.

 

Son Sel et ses Lumières de Ferme en Trou,  de Trou en Ferme, d’un Parti à l’autre.

 

La Commémoration d’ « un Diplômé de Saint-Cyr » connu pour avoir DÉSERTÉ l’Armée Française pendant la Guerre d’Algérie, Donc, un Officier-Déserteur, le bel Exemple pour un jeune quel qu’il soit.

 

La Commémoration d’un Officier-Déserteur-Amnistié, l’occasion pour nous de nous poser la question de savoir en quelle partie du Monde, autre que la France, il est possible de rencontrer cette espèce si nombreuse en Martinique.

 

La Commémoration d’un « Homme de Haute Aspiration pour l’Homme Martiniquais » quand les murs de sa Ville Natale l’ont montré du doigt par cette inscription :

 

« Guy CABORT-MASSON, assassin ».

 

Peu importe peut-être la question de savoir si un Officier-Déserteur-Amnistié n’est pas un Déserteur du fait de l’amnistie.

 

L’Important est que nous sachions en quelle Terre nous sommes, en  Martinique.

 

·        Sommes-nous en Terre Française, et alors, ne s’y trouve-t-il aucun Français pour s’émouvoir de la façon dont la France est traitée à travers de si nombreuses et ostensibles provocations.

 

Le propre du Français serait-il de Baisser le Croupion sous les Crachats, tant qu’il lui reste une vieille paire de pantoufles à se mettre aux pieds.

 

Qu’est donc devenue la France, en Martinique.

 

·        Sommes-nous en une Nasyon Indépendante et Souveraine.

 

En ce cas, qu’attendent ces Patriotes Nationalistes Indépendantistes Souverains pour effacer la France et le Français de leur Tableau-Noir ?

 

La Mascarade n’aurait-elle pas assez duré.

 

La Mascarade ne nous aurait-elle pas assez desservis

 

N’est-il pas temps que nous chassions nos Bouffons de la Scène.

 

Que nous manque-t-il pour cela : un p’tit rien dans le crane, un bonne paire de C… quelque part.

 

N’est-il pas temps que nous sortions de l’amalgame, de la Supercherie

 

Ou nous sommes Français, ou nous ne le sommes pas.

 

Cessons de nous complaire à la Pêche en Eau Trouble.

 

Aucune excuse ni aux uns, ni aux autres pour cette saumure pseudo-française ou pseudo quoi au juste.

 

Cessons de Badiner avec l’Amour de la Patrie, depuis le temps que cela dure.

 

Depuis le temps que, Comme Diogène brandissant sa lanterne en plein jour, nous cherchons un Dignitaire payé par la France et qui puisse… Hélas.

 

Hélas, Monsieur POUTINE nous a pris les mots de la bouche, écoutons ce qu’il dit dans la Traduction que nous communiquons ci-dessous, voir pièce jointe.

 

Éric E.G. NOGARD

 

***     ***

 

Traduction du discours de Vladimir Poutine

06-05-2013   

 http://www.lecarrefourdesopinions.ca/?p=9680

 

 

Traduction du discours de Vladimir Poutine.

Le 4 Février 2013, Vladimir Poutine, le président russe, s’est adressé à la Douma, (Parlement russe), et a prononcé un discours sur les tensions avec les minorités en Russie, disant :

« En Russie, vivons Russes. Toute minorité, de n’importe où, si elle veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler le russe, et doit respecter les lois russes.

S’ils préfèrent la Charia, alors nous leur conseillons d’aller aux endroits où c’est la loi du pays.

La Russie n’a pas besoin de minorités. Les minorités ont besoin de la Russie,

et nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux, ou n’essaierons de modifier nos lois

pour répondre à leurs désirs, peu importe la force avec laquelle ils crient à la « discrimination ».

On ferait mieux d’apprendre du suicide de l’Amérique, de l’Angleterre, de la Hollande

et de la France, si nous voulons survivre en tant que nation.

Les coutumes et les traditions russes ne sont pas compatibles avec l’absence de culture

ou les moyens primitifs de la plupart des minorités.

Quand ce corps législatif honorable pense à la création de nouvelles lois,

il faut avoir à l’esprit l’intérêt national, en gardant à l’esprit que les minorités ne sont pas les Russes.”

Les hommes politiques à la Douma ont donné une ovation debout  pendant cinq minutes!

 

***     ***

 

N.B. : Si notre Chronique vous intéresse, pourquoi ne pas l’aider à survivre, elle nous réclame chaque jour davantage de Sacrifices et nous fait prendre plus de Risques. Par avance, MERCI pour votre Soutien.

 

 FA-du-060513-4--a-Guy-CABORT-MASSON.jpg

 

« Ne trouverai-je pas ici un homme de cœur ?

En vérité, quand on en cherche, on est effrayé de sa solitude »

 

Camille, dans « On ne Badine pas avec l’Amour » d’Alfred de MUSSET.

 

***     ***     ***

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roger Tikitak 09/05/2013 17:56


Comme le souligne Moniseur Nogard, une certaine illustration du patwiotiz mahawrtiniquais est affligeantissime si l'on se place du seul point de vue de l'intelligence, et terrifiante pour
l'avenir de la population qu'elle menace tous les jours un peu plus, si l'on se place du seul point de vue humanitaire. Pour rendre un dernier hommage à ce cher Guy Cabort-Masson, qui était d'un
commerce plutôt agéable, malgré ses déviances passées (il était à peine soorti de l'adolescence lorsqu'il déserta), il avait écrit au début des années 80 un livre qualifié d'étude par les
zintélektyels loko intitulé  "Les puissances d'argent en Martinique - la caste béké". Cet ouvrage qui se voulait intelligent, honnête, documenté et nuancé comme on l'imagine, était à l'image
de la démonstration quotidienne qu'assèenent tous les jours ces faussaires du discours sipliste et manichéen auquel adhèrrent les apprentis disctateurs du monde entier : dans cet ouvrage de
référence, dans lequel un jeune béké (hé ! oui ! n'ayons pas peur des mots) est ainsi brutalement devenu un - gros, certainement - promoteur immobilier par simple quimbois de l'auteur alors que
ce jeune béké entreprenant, âgé alors d'une vingtaine d'années essayait de monter à la sueur de ses bras un petit élevage de cailles au nom pourtant sans équivoque de "La Caille martiniquaise".
Il n'en fallait pas plus, en vertu de la rigueur habituelle de nos zintélektyels, pour que ce jeune béké (horresco referens) fut aussitôt promu au rang de... promoteur immobilier. C'est pourquoi,
les lecteurs du Scrutateur doivent être conscients du fait que dire qu'il manque une case à nos zintélektyels-patwiotes-indépendantisse ne veut pas obligatoirement dire qu'ils sont des sans abri.
Évidemment, pour ce qui est de pourfendre la bêtise congénitale des békés (profiteurs en plus d'être stupides), leur pwofitasyon, leur toxicité et leur méchanceté, c'est zintélektyels sont très
ardents à propager leur savoir à travers le monde, et beaucoup moins à observer la réalité. Qu'importe ! ils sont prêts à montrer à la terre entière combien l'intelligence, le savoir, le mérite
et la kiltiw (qu'ils incarnent) sont tous les jours bafoués par cet ordre kolonyal dont les horribles békés sont la plus hideuse wepwézantasyon.