Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

fatigue_42529.jpg

 

 

Êtes-vous fatigué?

 

J'ai reçu ce texte hier soir, d'une amie. Il m'était déjà parvenu de plusieurs sources, et, à l'instant d'une dernière. Il m'a plu, je le publie. Non, toutefois sans le faire un peu passer par la moulinette critique.

Il s'agit d'un témoignage individuel, d'un homme qui a été militaire, qui a un parcours personnel qui a contribué à forger ses valeurs, que l'on peut ne pas toutes partager, mais dont l'ensemble est tout à fait honorable, et, je crois acceptable par nombre des lecteurs de ce blog.

Ce qui me tarabuste un peu c'est le titre :  « je suis fatigué ». C'est une chose que l'on peut comprendre pour un auteur de 75 ans, même quand on est un jeune auteur de 69 ans comme moi ( sourire sardonique du plumitif scrutatorien !), et même par de beaucoup plus jeunes encore; j'en connais, j'en connais!

Mais je ne suis pas sûr que l'adjectif soit celui qui convient pour caractériser l'état d'esprit de notre interlocuteur. Je traduis pour ma part, peut-être à tort : « je suis découragé ».

Là je m'ébroue, je secoue la tête, et dis «  non »!

Le découragement est une faillite du coeur, une défaite du courage. Chaque fois que cette tentation m'effleure, je ne peux m'empêcher de penser au péché. Car le découragement est un péché. Il dissuade d'agir, de lutter contre le mal, et les maux divers qui nous assiègent.

Je reviens souvent, alors, à ma première lecture du Cid de Corneille, en classe de quatrième : «  Rodrigue as-tu du coeur? ». Heureusement notre cher Rodrigue ( le Cid ) ne répond pas «  non papa »!!! mais «  tout autre que mon père l'éprouverait sur l'heure ».

Superbe réponse, mais qui ne correspond pas encore au vrai courage. Car Rodrigue n'est, tout de même, qu'un gamin de 20 ans, et un chevalier, un aristocrate, très pointilleux sur le « point d'honneur ».

Sa réplique peut dénoter seulement la fougue adolescente, le plaisir de se battre, qui fait bon ménage souvent avec la témérité, et la cruauté.

Notre tumultueux personnage découvre vite le vrai courage, dans le cruel dilemme que lui propose son père, le choix épouvantable entre son honneur et son amour, le choix de l'honneur contre l'amour :

 

(…..) « Mourir sans tirer ma raison!
Rechercher un trépas si mortel à ma gloire !
Endurer que l'Espagne impute à ma mémoire
D'avoir mal soutenu l'honneur de ma maison!
Respecter un amour dont mon âme égarée
Voit la perte assurée !
N'écoutons plus ce penser suborneur,
Qui ne sert qu'à ma peine.
Allons, mon bras, sauvons du moins l'honneur,
Puisqu'après tout il faut perdre Chimène.

Oui, mon esprit s'était déçu.
Je dois tout à mon père avant qu'à ma maîtresse :
Que je meure au combat, ou meure de tristesse,
Je rendrai mon sang pur comme je l'ai reçu.

Je m'accuse déjà de trop de négligence :
Courons à la vengeance ;
Et tout honteux d'avoir tant balancé,
Ne soyons plus en peine,
Puisqu'aujourd'hui mon père est l'offensé,
Si l'offenseur est père de Chimène. »


Rodrigue choisit. Il choisit la voie difficile. En cela il est jeune, non par ses 20 ans, mais par sa détermination à ne suivre que le chemin du courage et de la montée vers le Bien, vers l'idéal. Car la jeunesse c'est d'abord cela comme disait Mac Arthur, et il y a, selon ce critère, de jeunes octogénaires, et de très vieux adolescents, ceux qui ne croient plus en rien, qui ne sont capables d'aucun sacrifice à quelque chose qui dépasse le plaisir de l'instant.

Oui, le vieux Corneille est toujours jeune pour qui n'est pas coupé de la culture classique, de la culture de nos racines occidentales authentiques.

Contemporain de Corneille : Descartes, René Descartes. Dans son Traité des passions, il y a un passage que j'aime beaucoup, et qui recoupe notre propos, quoique dans un style moins poétique et plus austère. C'est l'article 153. « En quoi consiste la générosité ».

 

«  Ainsi je crois que la vraie générosité, qui fait qu'un homme s'estime au plus haut point qu'il se peut légitimement estimer, consiste seulement partie en ce qu'il connaît qu'il n'y a rien qui véritablement lui appartienne que cette libre disposition de ses volontés, ni pourquoi il doive être loué ou blâmé sinon pour ce qu'il en use bien ou mal, et partie en ce qu'il sent en soi-même une constante résolution d'en bien user, c'est-à-dire de ne manquer jamais de volonté pour entreprendre et exécuter toutes les choses qu'il jugera être les meilleures; ce qui est suivre parfaitement la vertu ». ( Les passages soulignés l'ont été par le scrutateur).

 

J'espère, chers amis, ne pas vous avoir trop importuné par ces références aux grands auteurs du XVII ème siècle, car, pour moi, ils constituent toujours une cure d'altitude. Mais quelquefois, à notre insu nous jouons les pédants de collège, et je serais navré de l'avoir été bien malgré moi.

Mais pour terminer cette petite « homélie » de ce samedi soir, il est 21h30, je voudrais insister sur le devoir que nous avons de nous imposer de lutter contre le découragement.

Adoptons le vouloir cartésien de générosité.

Cette générosité dont il s'agit n'est point ce que l'on appelle ainsi dans l'ambiance de fin d'un monde où nous vivons, et qui consiste à promettre des dons, par téléphone, lors d'une journée de téléthon.

Elles est une surabondance d'être, une explosion de vouloir vivre bien, et même héroïquement.

Ecrivant ceci, je me reporte à l'un de mes cahiers, ancien, puisqu'il date de 1965, où je notais ( je continue encore cet exercice, presque quotidien ) les textes qui me semblaient le mériter, parmi mes lectures. Et je trouve, dans un passage d'un livre d'Alain sur Descartes, ces belles lignes : «  Il n'est point vil d'être vaincu quelquefois; mais il est vil de décréter qu'on le sera toujours. Ce que le héros s'ordonne à lui-même, c'est donc de croire et d'oser ».

Est-il décent quand on est presque septuagénaire d'écrire ainsi sur les héros, de préconiser, presque, ou tout à fait, une morale héroïque?

Ne nous laissons pas intimider.

L'ironie méprisante pour l'homme adulte qui ne s'est pas fondu dans l'honnête médiocrité des importants qui péroreront toute l'année qui vient sur les plateaux de la télévision à l'occasion de la « grande » élection, de ces croquantes et croquants, c'est la même dont Calliclès assassinait Socrate il y a plus de deux millénaires.

Toute fatigue doit être surmontée, tout découragement est à proscrire absolument. Et puis les temps ont toujours été difficiles pour les hommes de coeur. Gardons-nous de l'illusion rétrospective du « Laudator temporis acti » ( C'était mieux avant! ).

Et récitons nous ce beau vers de P. Claudel : «  C'est l'hiver, on croit que tout est fini, et voici qu'un rouge-gorge se met à chanter ».

 

Edouard Boulogne.

 

Le-courage-Rambo.jpg

 

 

 

Je suis fatigué.

 

 

J’ai 75 ans. J’ai travaillé, à l’école d’abord, pas trop mal ; puis comme officier dans cette armée française qui a été tant vilipendée par la gauche et méprisée par la droite jusqu’à ce jour de 1981 où Mr Mitterrand a été élu président de la république, jour globalement funeste à mon sens, mais qui a eu au moins l’avantage d’amener un peu de raison dans la tête de ses partisans et calmer leur antimilitarisme inné. Ne m’étant pas engagé pour faire fortune, je me suis contenté de la solde versée par la République et, si je n’ai pas toujours vécu confortablement, je n’ai globalement pas été matériellement malheureux. Les semaines de travail étaient longues sans « 35 heures ni RTT » ; sans même évoquer les nombreuses charges diverses de service, non compensées pendant très longtemps. C’était comme ça ; peu s’en plaignait vraiment.

Je n’ai pas hérité de biens substantiels ; ma position professionnelle et sociale ne m’a pas été donnée non plus ; j’ai travaillé pour ça. Au soir de ma vie, je suis fatigué.
Je suis fatigué de m’entendre dire que je dois partager ce que j’ai avec des gens qui n’ont pas mon éthique de travail. Fatigué de constater qu’en permanence nos gouvernements, de quelque bord qu’ils soient, me prennent de l’argent pour donner à des gens trop paresseux pour travailler, ou même qui sont des étrangers normalement sans aucun droit d’être ici, et qui gagnent plus ici en ne faisant rien que chez eux en travaillant.
Je suis fatigué d’entendre dire qu’il y a de plus en plus de familles surendettées dont je dois payer les dettes parce qu’elles n’ont pas eu le bon sens d’adapter leurs dépenses à leurs ressources, et que l’état, au siècle de l’informatique, n’a pas été capable d’imposer un contrôle a priori des emprunts sollicités, ce qu’un simple croisement des fichiers permettait de faire, depuis longtemps. Bien sûr je veux bien aider ceux que le sort a brutalement frappés : chômage, maladie grave… . Mais ce n’est pas le cas de la majorité des personnes concernées.
Je suis fatigué de m’entendre rappeler combien la France va mal, par la faute bien sûr de la droite, par des socialistes (ou apparentés) millionnaires comme Mrs Fabius, Strauss-Kahn (avant la chute), Noah, Berger, Mmes Bouquet, Balasko etc…, et fatigué de recevoir des leçons des mêmes, qui appellent de leurs vœux une France ouverte à tous alors que tant d’entre eux résident à l’étranger pour ne pas payer leurs impôts en France. Dans 20 ans ou 30 ans, si on continue à les suivre comme on le fait déjà, nous aurons l’économie d’un pays sous développé, la liberté de la presse de la Chine, la violence du Mexique, et la même tolérance vis à vis des Chrétiens et des Juifs que l’Iran.
Je suis fatigué du comportement hégémonique des syndicats qui ne représentent pas grand monde mais n’hésitent pas à paralyser tout le pays pour satisfaire des intérêts purement corporatistes, pour beaucoup hors du temps, sans strictement aucun souci du bien de la collectivité.
Je suis fatigué d’entendre dire que l’Islam est une religion de paix quand à longueur d’année on m’apprend les meurtres perpétrés pour « l’honneur familial », les égorgements publics, les émeutes déclenchées sous le moindre prétexte, les attentats meurtriers perpétrés là où le maximum d’innocents peut être tué.
Je suis fatigué que dans les mosquées installées chez nous on prêche la guerre sainte ordonnée par Allah, guerre qui aura l’avantage de sauver l’âme du Juif ou du Chrétien, assassiné parce qu’il ne « croit pas », en même temps qu’elle sauvera celle de son assassin ; pourquoi se priver dans ces conditions.
Je suis fatigué que l’on tolère la transformation insidieuse de ma civilisation sous les coups d’une autre qui ne la vaut pas ; fatigué d’entendre des socialistes (encore eux) envisager l’apprentissage de l’Arabe aux professeurs des écoles pour faciliter les contacts avec les enfants de l’immigration qui ne trouvent pas notre société à leur goût et en refusent même l’histoire. Fatigué de voir que l’apprentissage du Français, qui est la langue donc le ciment de la nation depuis François 1er, devient une exigence secondaire que l’immigrant n’a plus le devoir d’apprendre devenant non plus un immigrant mais un colonisateur.
Je suis fatigué que l’on me prône les vertus de la diversité alors qu’elle dissout la nation, et qu’en son nom on en arrive à ériger en système la discrimination positive qui fait que le particularisme racial, religieux ou social suffit à compenser les insuffisances individuelles, créant ainsi une injustice vis à vis des individus « ordinaires ».
Je suis fatigué que notre tolérance vis à vis des autres cultures nous amène à considérer comme normal que l’Arabie Saoudite finance chez nous des mosquées, où l’on prêche la haine de l’Occident, avec les subsides qu’elle tire du pétrole que NOUS Occidentaux avons découvert et mis en exploitation, et que NOUS lui achetons, alors qu’elle proscrit sur son sol la construction d’églises et synagogues.
Je suis fatigué d’entendre à longueur de temps que je dois diminuer mes émissions de CO2 parce que c’est «  bon pour la planète », alors que la Chine inaugure deux à trois centrales thermiques par semaine, que l’Allemagne, qui émet déjà deux fois plus de ce gaz que nous par habitant parce qu’elle refuse le « nucléaire », va augmenter ses émissions car il faut bien compenser les défaillances des éoliennes quand il n’y a pas de vent c’est à dire environ les deux tiers du temps.
Je suis fatigué de m’entendre dire que notre tradition d’asile nous oblige à accepter tous les miséreux de la planète et à payer pour eux, même quand ils sont clandestins ou n’ont jamais travaillé ni cotisé un centime chez nous ; et je suis encore plus fatigué de constater que nos personnages politiques, de droite comme de gauche, trouvent apparemment ça très bien puisqu’ils ne font rien pour y remédier quand ils sont au pouvoir, ou approuvent quand ils sont dans l’opposition.
Je suis fatigué d’entendre tous ces gauchistes, pas tous extrêmes, ces affidés de tous les « SOS racismes » que ne concerne pas le racisme anti blanc, tous ces journalistes angéliques, pratiquer la culture systématique de l’excuse pour tout comportement anti social, anti national, anti Chrétien ou anti Juif, souvent très violent, et réclamer toujours plus de traitement social des conditions de vie de la canaille, en oubliant que s’ils sont chez nous c’est que leur sort leur paraissait meilleur que chez eux où ils se garderaient bien de retourner, et où ils n’oseraient pas brûler les voitures par centaines chaque année de crainte de représailles du même niveau que leur démence, que nous, nous subissons et tolérons.
Je suis fatigué de tous ces discours qui cherchent à me convaincre que mon pays n’a jamais rien fait de bien dans le passé, qu’il doit s’excuser de tout, de l’esclavage, du colonialisme, des guerres napoléoniennes, de son passé judéo-chrétien, des croisades (en oubliant que l’Islam conquérant les avait devancées de quatre siècles).
Je suis fatigué des Français je crois ; prétentieux, hâbleurs, naïfs mais donneurs de leçons, égoïstes, assez lâches et finalement pas sérieux.
Par contre je suis heureux d’avoir 75 ans.
Je ne verrai pas le monde que nous préparons consciencieusement par veulerie. Mais je plains sincèrement mes descendants.
Note : l’idée de ce texte, dans sa forme, m’a été donnée par un texte d’un Américain, Robert A. Hall, qui est semble t-il dans un état d’âme comparable au mien vis à vis de son pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castetsJJ 28/08/2011 07:44



Bonjour Mr Boulogne,


Belle tirade...


Par contre après ce catalogue non exhaustif de nos problèmes, il serait souhaitable que nous n'élisions plus d'handicapé aux commandes ; des responsables sourds, aveugles et amnésiques ne sont
d'aucune utilité pour répondre aux aspirations et au courroux des citoyens. Le seul problème réside dans l'émergence de ce personnage, je suis comme soeur Anne, je ne vois rien venir à l'horizon,
comme à la TV, que des rediffusions, la mesure de nos problèmes présents ou à venir  semble difficile à prendre.


Votre réflexion sur le Téléthon éveille en moi un gros problème de Société...


Les Assos, les médias, l'internet mettent en lumière les problèmes de l'autre bout de la planète, et pendant ce temps là, les petits commerces, ceux qui comptabilisaient les voisins
disparaissent, les autochtones s'évitent, se disent à peine bonjour ce qui entraine les secours à trouver des personnes isolées déssechées depuis des jours à leur domicile, sans émouvoir grand
monde...


Tout comme les médias qui vont chercher leurs chiens écrasés à l'autre bout du monde pour la culture du catastrophisme !


Nous finissons par oublier ce qui nous entoure... Ce qui n'est pas forcément étranger à l'avenir que nous laisserons à nos enfants,  sans avoir conscience de cette lente décadence.


Merci à tous de remonter les réveils pour lutter contre la fatigue !


Bon dimanche.


CJJ