Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le-cri.jpg

 

Les "possédés", selon Dostoïevski______________

Dans ses grands romans, Dostoïevski a très bien su décrire l'ambiance des milieux subversifs qui, dans la 2e moitié du 19e siècle, préparaient ce qui allait devenir la Révolution de 1917. Par exemple, dans "Les possédés". Les possédés sont des nihilistes. Ils préparent l'avènement de la société nouvelle, l'utopie qui "libérera" l'homme de Dieu et des vieilles croyances. S'y côtoient des libéraux et des aristocrates désabusés et décadents, tel Stravoguine, des illuminés, tel Chigalev, qui peaufine le modèle de la société parfaitement égalitaire et "libre" de ses rêves, d'authentiques voy­ous, tel Petr Verkhovensky, dont toutes les révolutions ont besoin pour atteindre leur objectif de destruction. Tous ces gens s'affairent, s'agitent, s'adonnent à d'inter­minables conciliabules où ils s'excitent, s'intimident, s'exaltent réciproquement et, naïvement ou non, dévoilent les soubassements inquiétants, parfois totalement obscènes, de leurs projets.

 

Dans l'une d'entre elles, P. Verkhovensky discute avec Stravoguine : "Ecoutez, lui dit-il, nous commencerons par provoquer des troubles. Je vous l'ai déjà dit : nous pénétrerons au plus profond du peuple. Savez-vous que nous sommes terriblement forts ? Les nôtres, ce ne sont pas seulement ceux qui brûlent et égorgent. Ceux-là, ne font que, nous géner. Je ne conçois rien sans discipline. Je suis un gredin et non un socialiste, ha-ha ! Ecoutez, je les ai tous dénombrés : le maître d'école, qui rit avec les enfants de leur Dieu et de leur berceau, est des nôtres. L'avocat, qui défend un assassin instruit en disant qu'il est plus cultivé que ses victimes et ne pouvait faire autrement que de tuer pour se procurer de l'argent, est des nôtres. Les écoliers, qui ont tué un paysan pour éprouver les sensations qu'ap­porté le meurtre, sont des nôtres. Les jurés, qui acquittent des criminels, sont des nôtres. Ajoutez à cela les administrateurs, les écrivains, et ils sont nombreux. D'autre part, l'obéis­sance des écoliers et des nigauds est absolue ; les éducateurs sont gonflés de fiel ; partout règne une vanité démesurée, un appétit bestial... Sachez seulement de quelle aide nous seront les idées toutes faites, etc".

 

Ce que dit ce nihiliste n'est-ce pas ce que nous voyons se dérouler chaque jour, y compris en Guadeloupe. Ainsi Dieudonné M'bala-M'bala, a -t-il accompli, ce jour, sa tâche de démolisseur.

( Voir sur ce sujet, les nombreuses analyses du scrutateur dans son livre Libres Paroles, un abécédaire politique ).

Libres-paroles-copie-1.jpg

 

 

Dieudonné et le terroriste Carlos témoins du mariage de deux détenus


Dieudonne.jpg

 

http://www.20minutes.fr/societe/1189551-20130717-lhumoriste-dieudonne-terroriste-carlos-temoins-mariage-deux-detenus

 

JUSTICE - Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe, qui avaient revendiqué la paternité de Zohra Dati, se sont unis ce mercredi à la prison de Poissy...

Il a fait son entrée en robe blanche. L’humoriste Dieudonné n’est pourtant pas en passe de se faire passer la bague au doigt. S’il est venu ce mercredi matin à la prison de Poissy, c’est pour être le témoin de mariage de deux détenus hommes. Le second témoin de cette union est le terroriste Carlos.

Les mariés sont également connus. Il s’agit d’Alfredo Stranieri, tueur en série, surnommé «le tueur aux petites annonces», et de Germain Gaiffe, qui a tué et démembré un homme. Emprisonnés à Poissy, ces deux assassins avaient à nouveau fait parler d’eux en 2010, lorsqu’ils avaient adressé, depuis leur cellule, une lettre à l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati.

Les pères de Zohra Dati

Dans cette missive, ils expliquaient avoir partagé un moment d'intimité avec la ministre qui était venue visiter leur prison un an plus tôt et clamaient être les pères de Zohra, la fille de l’ex-ministre. Ce qui leur avait valu une condamnation à quatre mois de prison ferme par le tribunal de Versailles.

C’est lors de ce procès qu’avait surgi Dieudonné. Il s’était présenté comme étant le parrain de Zohra Dati. Il avait expliqué que Carlos, incarcéré à Poissy, parrain d'une de ses filles, lui avait demandé d'être le parrain de la fille de son codétenu, Germain Gaiffe. Ce qu’il avait donc accepté, «Carlos étant la caution morale».

«Le mariage gay est un complot sioniste»

Deux ans plus tard, le quatuor se retrouve donc pour célébrer le mariage de deux d’entre eux. «Une cérémonie célébrée par le maire PS de Poissy Frédérik Bernard», note Le Courrier des Yvelines. Au mois de mars, lors d’un déplacement en Algérie, Dieudonné avait déclaré, comme le relate le quotidien Métro, que le mariage entre personnes du même sexe était «un complot sioniste qui vise à diviser les gens».

Ultime provocation, Dieudonné a posté sur twitter une photo dans la posture dite de «la quenelle» prise dans la prison de Poissy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch. Etzol 18/07/2013 14:10


Dans la même veine immonde, lire sur le blog de Liberté Politique, un très court mais très édifiant article de D Lensel,en date du 15 Juillet et intitulé "un Kulturkampf du mariage homo contre
l'Eglise". Ou comment, en terre d'Anjou, des couples homo "catho" exigent le mariage  religieux.


A rapprocher également de la propagande débutée cette semaine sur les médias tv pour que, devant le manque de sang déclaré ( Par qui? Sur la base de quels chiffres?) les "généreux homo" soient
autorisés à donner leur sang aux membres de la "mauvaise société" qui les a exclus... Exit la notion,mesurée, de population à risque. Or,le
don de sang en France est anonyme. Il serait trop long,par un simple commentaire, d'en envisager toutes les conséquences dans le domaine de la santé, mais l'accumulation de faits illustre
plus que largement l'action subversive poursuivie par le lobby LGBT avec de puissants soutiens
financiers.                                       
Ch.Etzol

Dissident 18/07/2013 03:50


Vous faites ce que vous voulez et bien les malins ces jours-ci bande d'affreux, mais prenez garde au jour où la ficelle sur laquelle vous avez trop tiré finira par casser. Ce jour là vous ne
trouverez nul abri où dissimuler votre ignominie, votre laideur, votre bassesse, votre méchanceté, ce jour là, vous serez exposés en pleine lumière et confondus.