Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Encore mai 67 : Ce qu'ILS ne diront pas sur RFO.

 

( La face cachée de mai 67 à Pointe-à-Pitre n'est pas celle que l'on croit. Un lecteur du Scrutateur m'envoie son témoignage. ILS n'en parleront pas sur RFO. E.B).

 

 

Grand-Hotel-a-P---a-P.jpg ( Le Grand Hôtel de Pointe-à-Pitre, en 1967, reconverti depuis lors en siège de la Chambre de commerce et d'industrie).

 

 Témoignage :

 

Triste souvenir - A l’époque,  j’étais Directeur Administratif de la SHAF – Sté Hôtelière des Antilles Françaises – Gestionnaire du Grand Hôtel à Pointe à Pitre et de l’hôtel FORT ROYAL à Deshaies. Mon bureau était situé au Grand Hôtel. Actuellement siège de la CCI de Pointe à Pitre.

Dans la soirée du 28 mai,  ma secrétaire divorcée et mère de 2 enfants, après une soirée chez des amis à Pointe à Pitre, en retournant chez elle au Raizet dans sa voiture, a été blessée grièvement à la colonne vertébrale par des plombs tirés d’un fusil de chasse d’un des insurgés qui tirait sur les CRS à l’angle actuel du Brd Légitimus et Chanzy. Quelques jours après, j’ai réussi à la faire rapatrier sanitaire à l’hôpital  la Timone à Marseille par le Sous Préfet de l’époque. Elle en  est restée hémiplégique.

 

B A V

 

Jean

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Insurrection armée.


Voici encore un témoignage qui confirme mon précédent commentaire.Le pillage des deux armureries est un fait avéré dont on parle peu alors que certains acteurs de l'époque,indépendantistes, le
citent dans leurs témoignages.


Pourtant cette information donne un autre éclairage à ces événements regrettables et à la réaction musclée des forces de l'ordre contre des émeutiers qui tiraient contre elles et contre des
civils.


 



Répondre