Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Encore Alfred Marie-Jeanne!!!

Pour compléter notre envoi précédent :

LE CANARD ENCHAINE DU 30 DECEMBRE 2009

Conseil régional et familial en Martinique

EN avril dernier, moment émouvant, Alfred Marie­Jeanne, député de la Martinique, président de son conseil régional et chef du Mouvement indépendantiste martiniquais '(MIM), inaugure fièrement la toute nouvelle école primaire Roosevelt- Douglas de Ports­mouth, à la Dominique,

Quatre ans plus tôt, en 2005, Marie-Jeanne avait décidé de voler au secours de cette île indépendante, entre Martinique et Guadeloupe, durement male menée par un violent séisme. L'attention était belle, grande et terriblement solidaire. D'ailleurs, l'élu martiniquais n'a pas regardé à la dépense. Main sur le cœur, il a fait voter une aide mirobolante de 1 522 898,17 euros pour relever les décombres de l'école. Soit près de 82 % du coût prétendu de la construction. Pour Portsmouth, ville de

3600 habitants, c'est une sacrée belle somme. Pour un établissement de 229 élèves, même un sacré beau cadeau. Et, venant de Martinique, un sacré beau geste, lorsque l'on sait que son conseil régional a du mal à atteindre la barre des 35 % quand il finance ce genre de projet sur son propre sol.

Le 20 avril 2009, donc, le gratin martiniquais et dominiquais se presse aux portes de l'école toute neuve. « Outre qu'il est particulièrement beau, le bâtiment a été construit dans le respect des normes parasismiques ", claironne le conseil régional. Avec ses douze salles de classe, son terrain de sport, son parking de sept places et ses « fenêtres judicieusement positionnées ", la construction est l'une des plus belles de la région.

L'abeille

et l'architecte

Alfred Marie-Jeanne jubile, mais, dans son ombre, deux artisans du miracle de Portsmouth savourent aussi ce moment de grâce. Sa fille, tout d'abord. Maguy Marie-Jeanne, que papa a bombardée directrice des relations internationales et de la coopération de son conseil ré­gional. C'est à la fille que Portsmouth doit à peu près tout. L'idée du don, son montant et sa destination. Rien de tel que l'harmonie familiale pour ca­resser de grands projets.

Le deuxième héros du jour s'appelle Mark Frampton. Il est consul honoraire de la Dominique en Martinique mais aussi architecte au cabinet Anonym'Art. Deux talents pour le prix d'un.

Et c'est à lui que Martinique et Dominique ont songé pour re­dessiner la petite école. Autrement dit, le représentant d'un

petit pays étranger a reçu de l'argent public français pour financer des travaux effectués chez lui, par sa propre entreprise privée.

Cela ressemble déjà à un conflit d'intérêts. D'autant qu'il y a un autre nid de cailloux dans le béton: aujourd'hui, formidable coïncidence, on retrouve associés en Martinique celle qui a passé la commande et celui qui l'a exécutée. Voici donc Maguy, fille de son père, et Mark, architectè du papa; unis pourle meilleur dans la gestion, à Fort-de-France, d'une boutique de luxe baptisée « M'S Co ». Immatriculé au registre du commerce voilà tout juste un an, ce magasin franchisé est le royaume du cuir, des sacs distingués, des chaussures de prix ... Et pas des casques de chantier?

Sorj Chalandon



Pour compléter notre post précédent cet article du Canard enchaîné :


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R



 F.A.D.O.M .


FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS ET GROUPEMENTS DES ORIGINAIRES D'OUTRE-MER


49, avenue de la Grande Armée 75116 PARIS


Tél. : 01.45.01.55.55 - Fax . 01.45.02.16.80


__________________________________________________________________________________________Le
Président,


Paris, le 2 janvier 2010


 


Objet: Financement aide au passage aérien des personnes originaires d’un Dom ne résidant pas dans les départements français d’outre-mer


 


Références :


- loi  n°2007-224 du 21 février 2007, art 16.


- loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 art 1er modifiée par la loi n° 79-587 du 11 juillet
1979,


- loi n° 200-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs
relations avec les administrations art 7,


 


Monsieur  le Président


 


              Conformément aux termes de la loi visée en référence qui dispose à l’art 16
« que la collectivité peut contribuer à financer une aide au passage aérien des personnes ne résidant pas outre-mer en cas d'événement grave survenant outre-mer à un membre
de leur famille résidant lui-même outre-mer. Elle peut également, dans la limite du montant attribué à chaque collectivité, contribuer à financer un régime d'aide individuelle à caractère
social pour les personnes ne résidant pas outre-mer et qui n'ont pu se rendre dans leurs collectivités d'origine dans les dix années qui précèdent leur demande », compte tenu de la compétence bicéphale de la collectivité régionale et de la préfecture de
Région, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir m’indiquer, sans délai, dans le cadre de la dotation de continuité territoriale, le
nombre de billets qui a été délivré aux originaires des Dom installés en métropole, depuis la loi n° 2007-224 du 21 février du 21 février  2007.


 


Si au terme du délai légal d’un mois cette information n’est pas communiquée à la FADOM et à l’ANDPDA la Commission d’Accès aux Documents Administratifs
(CADA).sera saisie.


Pour le Président


Michel REMY


 




Répondre
C

Décidément, cela peut rapporter "gros", de fréquenter les "Marie-Jeanne"!!!


Répondre
M

A QUAND UNE PETITE ENQUÊTE DU MÊME TYPE EN GUADELOUPE?


Répondre
L

AMJ ,soit bon avec tes proches comme papa doc le fut avec son fils jean claude...Et que viva l'indépendance dominicaise a cocagne!


Répondre