Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

revue-de-presse.jpg

( Il est utile de savoir comment les autres nous voient ).

http://minurne.blog4ever.com/blog/lirarticle-431391-9286416.html

PETITE REVUE RAPIDE DE PRESSE INTERNATIONALE (par Maurice D.)

 

Pour juger du résultat d'une affaire franco-française, rien de tel que de consulter la presse étrangère.

 

En France, les partisans de Sarkozy trouvent leur candidat le meilleur, les socialistes se félicitent du succès de Hollande.

À Hong Kong et à Sydney où je suis passé récemment, aucun problème : que ce soit South China Morning Post ou Sydney Morning Herald Tribune, on s'en fout !

 

On attend dimanche soir, avec cependant une préférence en Chine pour que ce soit Sarkozy qui l'emporte parce qu'il y est connu est apprécié, et aussi en Australie parce que ce pays, qui fut longtemps socialiste, est en train de basculer à droite Etat après Etat en raison de la mauvaise gestion de ses dirigeants socialistes.

Et puis, l'on y comprend mal pourquoi, alors que toute l'Europe se droitise, il n'y a plus que trois gouvernements ouvertement socialistes sur vingt-sept, la France choisirait la voie inverse, celle du retour vers l'Etat-nounou coûteux et inefficace.

 

Quant à la haine des riches, elle sidère partout. "Les 20 % des citoyens les plus actifs contribuent à 70 % des impôts, et ce sont ceux-là que les socialistes français veulent faire fuir" s'étonnent les Chinois !

 

L'Allemagne ayant souvent été au cœur du débat en raison de l'insistance de Hollande à reprocher à Sarkozy de ne pas avoir fait aussi bien que les Allemands, ce qui ne manque pas de culot quand on entend Hollande proposer de faire tout le contraire : dépenser avant d'avoir réformé, j'ai retenu un journal suisse, Neue Zürcher Zeïtung, cité par Courrier international, pour avoir l'avis des Européens.

 

Pour le quotidien suisse allemand, le grand vainqueur du débat télévisé entre le président Nicolas Sarkozy et son challenger socialiste François Hollande est sans conteste Nicolas Sarkozy.

Des millions de Français ont suivi le 2 mai ce duel qui "a surpassé toutes les attentes", explique-t-il. "Pendant près de trois heures, Sarkozy et Hollande ont croisé le fer dans le studio de télévision." "Mais Sarkozy est apparu plus compétent, plus expérimenté, et il a défendu brillamment son bilan." "On a vu un Hollande très préparé et sûr de lui au début, poursuit le correspondant du journal en France, [...] mais, au cours de la discussion, Hollande est devenu plus hésitant, surtout sur les questions de l'immigration et la politique européenne."

Le "vrai" vainqueur sera connu le 6 mai.

 

Un autre journal, allemand, a titré "Le passé contre l'avenir", donnant lui aussi l'avantage à Sarkozy.

 

J'ai écouté nos politologues de C dans l'air. Ils étaient bien évidemment moins affirmatifs, mais sont cependant convenus que "l'écart entre Hollande et Sarkozy s'est réduit".

Ce qu'il faut traduire de leur langue de bois en "Sarko fut le meilleur", tout en y mettant une cargaison de bémols.

 

Cela suffira-t-il à assurer la victoire de la droite sur le socialisme ? Ce n'est pas certain, bien sûr.

François Bayrou a choisi de se suicider politiquement en choisissant de voter pour Hollande. Son vieux fonds catho-laïc style Communauté Lanza del Vasto a refait surface (la "Communauté de l'Arche" était un mouvement écolo-gaucho-pacifiste des années 1960 du genre "ashram" indien : tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, faites pas de mal aux mouches). Il préfère l'archaïsme mou et rassurant de Hollande au volontarisme réformateur parfois agressif  de Sarkozy.

 

Marine Le Pen spécule sur une recomposition de la droite à son avantage, en cas d'implosion de l'UMP, qui lui permettrait de gagner en 2012. Elle préfère perdre dix ans (si Hollande fait deux mandats) avec l'espoir du jackpot au final, plutôt que de commencer à participer à la gestion de l'avenir de la France en travaillant avec la droite classique.

 

Si leurs électeurs se laissent convaincre par ces paris risqués, la France est partie pour cinq à dix ans d'abaissement économique et social comme, faut-il le rappeler une fois de plus, cela a toujours été le cas chaque fois que les socialistes se sont retrouvés au pouvoir.

 

On a quand même appris des choses intéressantes de Hollande :

 

Il ne respectera pas l'accord signé avec les Verts "Je ne suis pas tenu par cet accord", a-t-il dit en parlant du nucléaire.

Les dirigeants Verts, qui ont compris que le PS leur a menti et que le nucléaire ne sera pas réduit, font semblant de croire qu'il plaisante et respectera le volet politique.

Jean-Vincent Placé a fait savoir qu'il comptait bien sur les quatre postes ministériels convenus lors du marchandage. Cécile Duflot espère seulement un poste, le sien.

 

Sur l'immigration, on a appris que Hollande, dont les amis politiques font tout pour favoriser l'implantation de l'islam en fermant leurs oreilles aux déclarations bellicistes des imams et en favorisant par des moyens légaux et illégaux la construction de mosquées et d'abattoirs halal, sera d'une intransigeance laïque et républicaine implacable.

 

De plus, il est maintenant favorable aux centres de rétention qu'il dénonçait quand il écrivait aux associations pro-islamistes.. Cet appel du pied à l'électorat lepéniste serait risible s'il n'était honteux de la part d'un socialiste qui a en de multiples occasions souhaité l'interdiction du FN.

 

Cependant, si on l'a bien compris, il est favorable à l'entrée des étrangers, pour les mettre dans des camps, où ils seront triés, d'où ils sortiront avec le droit de vote et tous les avantages du système social, sans avoir l'obligation de travailler (On ne peut pas leur interdire de chercher du travail..., on ne peut pas leur interdire de faire venir leurs conjoints).

Beau programme.

 

Enfin, il sera, ("Moi président, je serai…" a-t-il répété un nombre incalculable de fois), un modèle de vertu et de morale.

 

On le souhaite, mais il va avoir du travail à inculquer les notions élémentaires de la vertu républicaine à ses amis pilleurs de fonds publics, truqueurs d'appels d'offres au profit des copains, embaucheurs d'emplois fictifs, dépenseurs sans compter de l'argent des contribuables, voleurs de caisses municipales, départementales et régionales, détourneurs de la justice par les voies subtiles de la franc-maçonnerie (voir "Rose mafia").

 

En commençant par son propre département qui est loin d'être un  modèle de gestion.

 

Les sondeurs du 1er tour qui nous annonçaient 30 à 35 % d'abstention (au lieu de 20), 12 à 14 % pour Le Pen (au lieu de 18), 17 % pour Mélenchon (au lieu de 11) maintiennent leur pronostic d'une victoire nette de Hollande.

 Sondages.jpg

"Errare humanum est, persevere diabolicum" dit le proverbe. Tous les espoirs sont encore permis !

 

Maurice D.

 

04-05-2012 

 

Commenter cet article

cosar 05/05/2012


Nicolas SARKOZY est le seul président capable de nous rendre maître de notre destin et non esclave.