Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Edouard Glissant est mort.

 

( J'apprends à l'instant, - jeudi 3 février, six heures, le décès du grand écrivain martiniquais Edouard Glissant.

En hommage, je publie cet article de critique que j'avais rédigé il y a cinq ans pour la revue Catholica. EB).

 

 

Ed-Glissant.jpg ( Edouard Glissant ) .

 

 

Jean-Luc Joubert : Edouard Glissant. (Association pour la diffusion de la pensée française. Juillet 2005).

 

 

Ecrivain français, d’origine martiniquaise, Edouard Glissant (né en 1928), est l’auteur d’une oeuvre abondante, qui lui a déjà valu plusieurs prix littéraires dont le plus célèbre est le Renaudot en 1958 pour un roman : La lézarde (Seuil).

Jean-Louis Joubert lui consacre une monographie, publiée sous les auspices du ministère des affaires étrangères, qui réussit assez bien, mais de manière toujours laudative, à rendre compte, en 90 pages des aspects multiples d’ une œuvre qui se déploie dans plusieurs directions, aussi bien la poésie, que le roman, l’essai, la biographie ou le théâtre.

Edouard Glissant ne manque pas de ressources. Il lui arrive, en poésie, de soutenir parfois la comparaison avec un St-John-Perse, et plus d’un, sans le dire, le préfèrent à Césaire.

Mais la poésie, la qualité proprement littéraire de l’œuvre, -les années passant, et un mythe Glissant prenant progressivement forme,- souffrent de la prétention du maître à devenir un Sage, sorte de  mage hugolien, prophète des temps à venir, des jours nouveaux et heureux d’un nouveau monde pensé en termes d’une eschatologie créolisante : le « Tout-monde ».

D’abord communisant, après la guerre, volontiers « nationaliste » antillais, dans les années 60  et 70, Edouard Glissant, évolue de plus en plus vers une conception plus globale du monde. Le thème de l’enracinement s’estompe peu à peu. Glissant récuse le thème de la négritude, lancé jadis par Césaire et L.S Senghor. Compagnon de route, un temps, de ses cadets, Raphaël Confiant, et Patrick Chamoiseau, étoiles montantes de la littérature française en Martinique, Glissant s’éloigne de leur « créolité » et penche pour le développement d’une « créolisation » : manière de devenir (plus que d’être) et de penser, autant, sinon davantage, que littérature. Il précise sa pensée dans le « Traité du Tout-Monde », l’opposition de l’Un et du Divers est un des axes de sa réflexion. C’est le passage « de l’univers transcendantal du Même, imposé de manière féconde par l’Occident, à l’ensemble diffracté du Divers, conquis de manière non moins féconde par les peuples qui ont arraché aujourd’hui leur droit à la présence au monde ». 

C’est cette intuition qui conduit l’auteur à préférer de plus en plus, et dans tous domaines, y compris celui de la politique, le devenir à l’être, l’ouverture à la clôture. Son « Tout-Monde », (il dit aussi le « Chaos-Monde »), est conjectures plus que certitudes définitives, il est le divers infiniment à l’œuvre, relations multiples, tourbillons du monde, emmêlement des cultures, métissage voulu et salvateur.

Son vocabulaire dénote ici et là ses accointances philosophiques avec, par exemple Deleuze et Guattari, quand il critique l’évocation sempiternelle des « racines » (par exemple dans un certain afrocentrisme) : « La racine est unique, c’est une souche qui prend tout sur elle et tue alentour ; ils (Deleuze et Guattari) lui opposent le rhizome  qui est une racine démultipliée, étendue en réseaux dans la terre ou dans l’air, sans qu’aucune souche y  intervienne en prédateur irrémédiable. La notion de rhizome maintiendrait donc le fait de l’enracinement, mais récuse l’idée d’une racine totalitaire. La pensée du rhizome serait au principe de ce j’appelle une poétique de la relation, selon laquelle toute identité s’étend dans un rapport à l’autre ».

Pour Glissant, « la créolisation » est l’avenir d’un monde ouvert, intelligent, et plus fraternel que celui que nous avons connu. Son cœur, son centre de gravité sera le monde caraïbe, dont les avatars de l’histoire, la colonisation par exemple ont fait le lieu de rencontre de tous les horizons culturels, (peut-être un aspect positif de la colonisation ? ? !). Elle sera pour le futur ce que fut jadis la Méditerrannée.

Derrière les fulgurances de l’intuition poétique, il est permis toutefois de se demander si le « Tout-Monde » n’est pas la version enrobée, pour intellectuels, du mondialisme réel, où la « citoyenneté », invoquée jusqu’à la nausée, par les technocrates de la modernité, n’est que le modèle de l’homme énervé et soumis d’un futur (et de plus en plus déjà là) « Brave new world » !

Est-ce pour cela que l’auteur du Discours antillais, était reçu ces jours-ci, en l’Elysée en grande pompe, et chargé de mission ?

Il se murmure de plus en plus que Glissant serait nobélisable.

 

Edouard BOULOGNE.

 

 

img130.jpg  ( Le livre qui a valu à Glissant sa notoriété :La Lézarde, prix Renaudot en 1958, à un moment où l'écrivain n'était pas encore le prophète du Tout-Monde ).

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article