Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

v_8_ill_722972_05122015_taubira-x1p1_ori.jpg

 

 

L'esclavage a été proclamé « crime contre l'humanité ». Fort bien. Si cela pouvait faire réfléchir pour empêcher de s'engager à nouveau, ici ou là, sur des chemins détestables.

Mais pour les hommes du passé, victimes ou bourreaux, il est trop tard. Plaindre les victimes, fustiger les bourreaux, est un devoir de piété pour certains, un moyen, pour d'autres de faire valoir leur grandeur d'âme.

Fustiger les bourreaux actuels, et libérer les victimes actuelles, voici qui est de l'ordre du possible, et même du devoir absolu à l'égard de notre prochain, quelle que soit la couleur de sa peau, le sexe auquel il appartient ( la théorie du Gender n'étant pas encore imposée à la conscience des larges masses).

Un devoir qui risque d'être plus difficile à accomplir que de fustiger les esclavagistes noirs africains du XVIII ème siècle qui vendaient leurs frères à des esclavagistes blancs d'Europe, à la même époque.

Pourtant, aujourd'hui ( 2011 ) l'esclavage continue plus que jamais, et l'on ...n'en parle pas beaucoup.

Chose étrange. Il est vrai que les morts sont des faire-valoirs faciles, et qu'ils ne mordent plus.

Tandis que les vivants!

La lecture de l'article ci-dessous montre qu'il y a du boulot pour des humanistes comme madame Taubira.

Nul doute que nous entendrons la député de la Guyane très bientôt. Peut-être même ira-t-elle organiser au Koweit une manifestation de masse pour lutter contre la perpétuation du crime contre l'humanité en plein XXI ème siècle.

Attendons!

 

Marc Décap.

 

 

http://www.bivouac-id.com/billets/koweit-vers-une-legalisation-des-esclaves-sexuelles-pour-lutter-contre-ladultere/

 

 

Koweït : Vers une légalisation des esclaves sexuelles pour lutter contre l’adultère?

Par Melba le 8 juin 2011

 Retour aux valeurs du VIIe siècle avec l’islam.

Une femme politique koweitienne, ancienne candidate aux élections législatives recommande la légalisation des esclaves sexuelles féminines pour les hommes musulmans afin, dit-elle, de prévenir l’adultère ou le péché.

Salwa Al-Mutairi, dans une vidéo diffusée sur internet, dit qu’elle a été informée par certains responsables religieux, qu’il serait préférable, du point de vue islamique, que les riches musulmans achètent des femmes  à des fins sexuelles, par le biais d’une agence d’esclaves, s’ils craignent d’être séduits ou tentés par un comportement immoral à cause de la beauté de leurs servantes, ou même à cause des «sorts» que leurs employés leur auraient jeté.

“Nous voulons que nos jeunes soient protégés contre l’adultère”, a déclaré Al-Mutairi, suggérant que ces filles pourraient être importées de pays dévastés par la guerre, comme la Tchétchénie, puis confiées ensuite à de pieux marchands chargés de les vendre.

“Il n’y a pas de honte à ça et ce n’est pas haram (interdit) en vertu de la charia (loi islamique), ” dit Mutairi s’appuyant sur le récit de la vie du  Calife Haroun Al-Rachid (766-809) qui été marié mais possédait quelque 200 esclaves concubines.
Madame Mutairi préconise l’ouverture d’agences pour le commerce des esclaves sexuelles qui fonctionneraient sur le modèle des agences de recrutement qui fournissent des employées de maison.

Sources : Kowait Time,  Indian Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article