Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Aujourd'hui, entre DSK et Sinclair, tout est plus clair, semble-t-il

Rideau ? Ô que non. Loin d'être l'épilogue de cette triste - lamentable, grotesque, indécente - affaire, la séparation des SK nous rappelle que le rideau n'est pas près d'être tiré sur une succession de péripéties. Cette séparation cristallise les choses - tous les compteurs avaient explosé depuis longtemps - un peu comme une verrue sur le nez de Marianne dans la mesure où elle montre bien comment tous les censeurs, tous les sycophantes, tous les "poseurs de droit", tous les "dealers d'information" soi-disant si exigeants, si scrupuleux, si inquisiteurs même et si prompt à dénoncer les turpitudes de l'âne alors que rôde la peste, bref ! comment tous ces beaux messieurs et belles dames se moquent du monde, foulant aux pieds les devoirs, les responsabilités et les principes de leurs charges ainsi que l'exemple qu'ils devraient donner. La manipulation de l'opinion et le mépris du peuple, client, citoyen et dupe sont flagrants. Quel crime de lèse-majesté (du peuple souverain) quand on sait que tous les sachants savaient et que tous les disants se taisaient. Car ils savaient tous, les politiques et les journalistes, et même les standardistes. Quelle honte sur la classe poltique tout entière, et sur la presse tout entière. Et surtout, quel spectacle ! Aussi bien pour les enfants, en France, que pour les étrangers, à l'étranger. Les "intéressés", dans cette pitoyable affaire, auront même montré que le tact, dans l'audace, c'est de savoir jusqu'où l'on peut aller trop loin. Mais avaient-ils le choix, dès lors qu'ils s'étaient embarqués, de leur plein gré et en toute connaissance de cause, à bord du char de l'ambition ? Dans cette sordide farce, le rideau, lui, a été tiré au commencement de la pièce, pour dissimuler les singulières zones de soi-disant ombre de l'emblématique DSK dont personne d'important en France, pas même "Moi président de la République", ne peut sérieusement dire "Moi, DSK, connaissais pas".

http://www.lepoint.fr/societe/dsk-anne-sinclair-c-est-termine-29-06-2012-1478963_23.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120629



Le Point.fr - Publié le 29/06/2012 à 07:06 - Modifié le 29/06/2012 à 08:56

"Closer" affirme que la journaliste a chassé son mari. Une séparation sans surprise, au bout de 20 ans de mariage.

Marié depuis 1991, le couple DSK-Anne Sinclair a traversé bien des tempêtes. © Stan Honda / AFP

On sentait bien que quelque chose avait changé. Une couverture de Paris-Match où elle pose seule, une volonté affichée et affirmée de reprendre sa vie en main, un livre pour montrer qui elle était et qui était son grand-père... Depuis quelques semaines, Anne Sinclair fait entendre sa petite musique : un solo moderato cantabile très éloigné du lamento qu'elle aurait pu rabâcher. Pour autant, le 28 avril, c'est toujours ensemble que Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sont arrivés à la soirée d'anniversaire de Julien Dray. Mais, le 5 juin, la journaliste est allée seule à l'avant-première du documentaire de Bernard-Henri Lévy Le serment de Tobrouk. Et pour cause, le couple avait rompu. Dans Paris, il se disait que cette fois-ci il y avait de l'eau dans le gaz entre elle et Dominique Strauss-Kahn.

Le magazine Closer en vente vendredi dans le nord de la France l'affirme clairement : DSK et Anne Sinclair, c'est fini. Madame aurait demandé à Monsieur de partir il y a un mois. Celui-ci, après un bref séjour à l'hôtel, aurait trouvé refuge dans l'appartement d'un ami dans le 16e arrondissement de Paris. Dominique Strauss-Kahn est depuis "démoli , déprimé", comme l'a confié à Paris Match l'un de ses proches.

Marié depuis novembre 1991, le couple avait traversé bien des tempêtes. Mais les affaires, les révélations toujours plus nombreuses sur la vie privée tapageuse et dissolue de l'ancien directeur général du FMI ainsi que ses mensonges auront eu raison de plus de vingt ans de mariage. Fidèle à sa discrétion légendaire et à son caractère, Anne Sinclair a fait les choses proprement, mais fermement. Elle fut l'indéfectible soutien de Dominique Strauss-Kahn en mai 2011 quand l'affaire du Sofitel de New York éclata, mais elle tint un rôle plus effacé lorsque fut mise au jour celle du Carlton. Trop, c'est trop, il fallait tourner la page pour en écrire une autre.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article