Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Des esclaves en GWADA!! Pwofitasyion?


L'édition de France-Antilles de ce jour, publie cet étonnant article. Rappelons que l'esclavage a été aboli en Guadeloupe et en Martinique depuis 1848. Mais tout le monde n'est, semble-t-il pas au courant. Qu'en pensent le maire de Pointe-à-Pitre, les présidents des assemblées locales, les belles consciences? Nous publions sans autre commentaire. Le Scrutateur. 



Des Sainte-Luciens seraient esclaves en Guadeloupe

Nicolas Lancastre France-Antilles Martinique 25.11.2009

Les associations Sainte-Lucie/Guadeloupe et Sainte-Lucie/Martinique assurent que des ressortissants sainte-luciens sont esclaves de familles guadeloupéennes.

Il y a de cela quelques semaines, l'association Sainte-Lucie/Martinique était en visite en Guadeloupe pour des échanges culturels. Les délégations ont été reçues par les mairies de Pointe-à-Pitre et des Abymes. La rencontre se déroulait bien. Pourtant, à la fin du séjour, à l'heure de poser pour la traditionnelle photo-souvenir, une jeune femme craque - « Mon grand-père vit sur cette île et ne saura jamais que sa petite-fille était venue dans l'espoir de le rencontrer » - et se met à pleurer.
Un membre de l'association Sainte-Lucie/Guadeloupe prend alors la parole et affiche un fort embarras à décrire la situation dans laquelle se trouvent certains Sainte-Luciens qui seraient retenus en Guadeloupe contre leur gré : « Ils veulent nous rejoindre, mais ils sont comme prisonniers, on les empêche de nous contacter » .
« Vous voulez dire qu'ils sont esclaves ? » , lui demande-t-on. Il se tait, secoue la tête, et répond : « Je n'ai pas voulu dire ça. C'est à vous d'en juger. Je ne voudrais pas que la presse m'attribue une telle déclaration, mais... Enfin... Je ne sais pas comment on peut appeler ça... Ce sont des hommes et des femmes qui ne sont pas libres... » , ajoute-t-il en choisissant ses mots.
« Ils ne sont pas libres »
Dès cet instant, le président de l'association Guadeloupe/Sainte-Lucie décide de ne plus se taire. Il est immédiatement soutenu par son homologue de la Martinique, Nicolas Fannies : « Il faut parler. La presse est là, on ne peut plus continuer à nous taire. Il y a de l'esclavage en Guadeloupe. Il faut que cela se sache. Nous pensons qu'une bonne cinquantaine de Sainte-Luciens vivent dans des familles Guadeloupéennes, dans des conditions inhumaines. Leur argent est subtilisé par ces familles sans scrupule. Nous en avons rencontré certains. La plupart n'ont pas de passeport français. Ils n'ont aucune existence officielle sur l'île. Ils travaillent matin et soir et vivent dans des familles qui s'approprient leurs gains. Quand, avec de grandes difficultés, nous obtenons un rendez-vous avec l'un d'entre eux pour un entretien au bureau de l'association, le jour venu il n'y a plus personne, ou l'individu refuse de nous parler de nouveau. Ces personnes qui les hébergent diabolisent notre association. Elles leur interdisent de nous rencontrer, les menacent, exercent des pressions. Certaines de ces familles leur disent que l'association va dénoncer leur présence aux services de l'immigration » .
L'association Sainte-Lucie/Guadeloupe entend réunir des preuves avant d'alerter les autorités. Elle a lancé un appel à la population en ce sens.
- « Ils ont tous entre 60 et 70 ans »
Ces Sainte-Luciens qui seraient retenus dans des familles guadeloupéen- nes seraient arrivés sur l'île il y a plusieurs dizaines d'années. Nicolas Fannies affirme en avoir rencontré plusieurs pour en avoir le coeur net : « Je me suis rendu chez l'un d'entre eux, au Lamentin. Il s'agit d'un homme. Il vit chez une famille qui lui a attribué une petite cabane sans eau ni électricité. Il nous a reçus debout sur une chaise. La pièce était inondée à la suite d'une grosse averse. Il a une soixantaine d'années, affirme posséder encore son passeport sainte-lucien et n'a jamais bénéficié d'une carte de séjour » .
À entendre le président de l'association, d'autres ont travaillé dans les champs de canne et bénéficient d'une retraite. Ils n'auraient pas de comptes en banque. Leur pécule serait géré par des Guadeloupéens sans scrupule. « Il y en a qui veulent rentrer chez eux pour rencontrer leurs parents avant de mourir. Ils ont tous entre 60 et 70 ans, selon notre enquête. D'autres refusent l'idée de prendre la nationalité française. Ils disent qu'ils ne peuvent pas vendre leur drapeau. On leur a expliqué qu'ils pouvaient obtenir la double nationalité, mais en vain. »
Peur de représailles
L'association aurait aussi rencontré, dans le Nord de Grande-Terre, des ressortissants qui sont très peu alimentés. Ils vivraient dans des conditions insupportables et, pourtant, travailleraient tous les jours. Un jeune Guadeloupéen qui travaille dans un restaurant d'une commune balnéaire, confirme la présence d'un ressortissant de Sainte-Lucie dans son établissement. Par peur de représailles, il ne nous conduit pas sur les lieux.
« Je vous donne l'adresse. Si vous venez entre midi et deux, il sera plus facile de le voir. Il reste caché, au fond de la cour. Il travaille tous les jours, à des heures impossibles. C'est une dame qui récupère l'argent. Cela me fait beaucoup de peine de voir un monsieur de cet âge travailler de la sorte. Il a le comportement d'un esclave. Mais si je parle, je perds mon travail. »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joseph-Marie-Roger REMBLIERE 25/11/2009 18:32


Affaire à suivre...
De toutes les façons cette affaire ne doit pas être occultée...
C'est sur de telles affaires qu'on aimerait entendre des leviers de boucliers de toute part !
Je vais voir du côté de la presse anglaise ce qu'ils en disent...


André Catzieu 25/11/2009 16:30


C'est Victor Hugues, qui serait désolé d'apprendre qu'il a peut-être été un peu... exclusif (comme Domota, d'ailleurs) dans l'emploi de la guillotine. Delgrès aussi, lui qui était né libre, et qui
était officier - ne l'oublions pas - serait peiné de voir comment sa mémoire est piétinée par...
Car qui sont ces esclavagisse des temps modernes à la Gwradloup ? Qui s'est approprié la destinée de ces malheureux Sainte-Luciens ? Cela n'est pas dit dans la chanson, vous savez "cé ta nou cé pa
ta yo"... 
Encore des méchants, heu, vous savez quoi, le gibier habituel de la Halde ?
Il y a de bonnes raisons d'en douter. Domota, Domertin, Clavier... Faites donc libérer les esclaves, les vrais, à moins que - mais on n'ose pas l'imaginer - ces esclavagisses ne préfigurent la
manière d'entretenir des relations inter-caraïbéennes dans la cadre d'une indépendance LKP de type Papa Dom (pardon, Papa Doc !, voulais-je dire), de type "reste-avec" !!!!!!!