Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le double jeu de Domota. 



Cohésion Sociale et Libertés Républicaines

Ma dernière News-Letter 10, m'a valu beaucoup de réactions très majoritairement positives. J'en ai cependant reçu une, négative, qui a fait plus que retenir mon attention. Elle émane d'un jeune diplômé et chômeur qui exprime bien qu'il accorde sa confiance au LKP parce qu'il ne voit pas selon lui d'autre solution. Voici ce qu'il écrit :

« je ne partage pas du tout votre opinion sur le LKP. C'est très facile de parler lorsque l'on travaille mais lorsqu'on est jeune, très diplômé comme moi et que l'on n'a aucune chance de trouver un emploi, que dois-t'on faire? Quand le coût de la vie est 3 fois plus élevé qu'en France, trouve-t-on quelqu'un pour le dénoncer? »

Au travers de ces trois lignes de texte, tout est dit. Et on comprend la détresse de notre jeunesse. On mesure notre responsabilité individuelle et collective. On mesure surtout la responsabilité de tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, (et surtout par lâcheté) font la propagande du LKP, en défilant avec lui (et je pense surtout à certains élus), en l'accompagnant sur les estrades, en valorisant son action.

Pourquoi le cacherais-je, ces trois lignes m'ont révolté, d'abord parce qu'elles me sont directement adressées et qu'à l'instant même je me sens impuissant à répondre concrètement et directement à cette détresse et que donc la stratégie de déstabilisation marque des points. Ensuite parce que je vois bien que dans quelques mois, les fauteurs de troubles constateront que, pas plus qu'en 1985, ils n'arriveront à prendre le pouvoir par la rue et que, même sur eux, le quotidien aura repris le dessus. Mais ce qu'ils nous laisseront après tout cela, c'est une Guadeloupe encore plus déstabilisée, avec plus de chômeurs, plus de gens en difficultés de toutes sortes, plus de jeunes dans la désespérance. Et nous aurons malgré nous effectué un formidable retour en arrière de plusieurs années.

Comme chacun sait, le leader du LKP est aussi le Secrétaire Général de l'UGTG, laquelle tient d'ailleurs une place importante dans l'organisation de ce mouvement et notamment au niveau de ses porte-paroles.

Or la seule chose que l'on ne puisse pas reprocher à l'UGTG s'est d'avoir caché ses intentions quant à ses objectifs (l'indépendance) et ses méthodes (la déstabilisation économique, sociale et politique). A croire, pour avoir réagit comme ils l'ont fait face au mouvement de blocage du début d'année, que ni les pouvoirs publics (et en particulier ni le gouvernement, ni l'infortuné Monsieur Jégo, ni le Préfet), n'étaient informés de ce qui se disait dans les réunions de l'UGTG, ni de ce qui se diffusait sur les ondes des radios indépendantistes, ni de ce qui est écrit sur le site de l'UGTG.

On trouvera ici en fichier annexe la « RÉSOLUTION GENERALE N°1 » du XIIème CONGRÈS DE L'UGTG RÉUNI AU LAMENTIN LES 02 - 03 - 04 - 05 AVRIL 2008

Pas besoin d'avoir fait l'ENA, Polytechnique ou Sciences Po, pour voir à la simple lecture de ce texte, que l'UGTG y développe un vrai réquisitoire pour l'indépendance avec comme moyens de lutte, la haine raciale (fondée sur une référence systématique à l'esclavage), la contestation permanente du pouvoir de l'Etat, la disqualification des élus locaux, la déstabilisation économique, le désordre social et la prise du pouvoir par la rue.

Toutes choses qui ont été mot pour mot, trait pour trait les caractéristique des désordres du début d'année.

Au regard de l'action de cette pseudo organisation syndicale, ce que l'on peut retenir c'est que plus il y aura de grèves sauvages, plus il y aura de fermetures d'hôtels, d'exploitations, d'usines, de magasins, plus il y aura de chômeurs, plus il y aura de pauvres et de miséreux, plus l'UGTG aura atteint son objectif de déstabilisation sociale de la Guadeloupe, première étape vers l'indépendance.

Et c'est là que réside la duplicité ; Cependant que l'UGTG menaient des grèves dures allant jusqu'à la fermeture des entreprises (notamment dans l'hôtellerie, la canne etc..), dans ce même temps, le LKP se présentait comme le protecteur des pauvres, le champion de la lutte contre les fermetures d'entreprises, le défenseur des chômeurs, du pouvoir d'achat, de la vie chère, des loyers chers. Bref, le pourfendeur de la profitation (mot nouveau ne nécessitant pas de guillemets puisque entré dans la langue française par le bon vouloir d'un Secrétaire d'Etat de la République française).

Ainsi, le leader du LKP ignore-t-il tout de ce que fait le Secrétaire Général de l'UGTG. cqfd* (*ce qu'il fallait démontrer)

Guadeloupéens, Guadeloupéennes, amis de la Guadeloupe, vous qui vivez tous les jours sur le territoire de ce petit pays ou qui y avez vécu, qui y avez des parents, des amis, vous qui êtes de droite, vous qui êtes de gauche, vous qui pensez qu'une évolution statutaire est bonne pour notre ile, vous qui pensez qu'une évolution statutaire la ferait régresser, vous tous qui tout simplement l'aimée, notre devoir est de dénoncer cette duplicité et ces mensonges.

Bien que je sois convaincu que l'égalité institutionnelle est le meilleur moyen de nous assurer un avenir stable et meilleur, je suis prêt à en discuter, honnêtement en mettant tous les arguments sur la table. Le pour et le contre de chaque thèse. Mais ce que nous ne pouvons admettre, c'est que des irresponsables déstabilisent notre petit pays avec des arguments fallacieux et des méthodes, faites de mensonges, de duperies et de recours à la terreur. Ce que nous ne pouvons admettre c'est que l'Etat abdique ses pouvoirs à la rue, c'est que des élus locaux, - plus préoccupés de leur réélection que d'éclairer le peuple -, emboitent le pas à ces fauteurs de troubles, c'est enfin qu'aucun media n'ait eu l'honnêteté, sinon l'audace, de dénoncer ces manœuvres et cette duperie.

C'est pourquoi, chacun de nous, conscient de ce qui se passe, ne peut se taire et doit d'une manière ou d'une autre manifester son désaccord par tout moyen légal, en attendant de pouvoir le faire dans les urnes.

Amédée ADELAIDE
Président du CSLR
16 octobre 2009

PS. Si vous appréciez notre action rejoignez-nous et adhérez à notre association en cliquant sur le lien suivant : https://secure.opinpub.fr/adhesion/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z

Je ne voudrais pas contrarier qui que ce soit : mais, quand quelqu'un justifie son "affiliation" au LPK par le fait qu'il est "très" diplômé, qu'il ne trouve pas de travail, et que le coût de la
vie est "trois fois plus élevé qu'en France", on est forcément dans la galaxie de la déraison. Déjà en posant le coût de la vie comme "trois fois plus élevé qu'en France", on montre que l'on n'est
pas quelqu'un de très crédible, car si le coût de la vie est une affaire sérieuse, de telles allégations ne le sont pas. Et elles sont trop loin de la réalité des choses pour qu'on ait envie
d'accorder le moindre crédit à ce type d'argument. Ce ne sont en tout cas pas des propos dignes de quelqu'un de "très" diplômé (ce qui ne veut rien dire). Certes, il est préoccupant de ne pas
trouver de travail, mais il faut quelquefois ajuster ses prétentions à la réalité, et postuler à hauteur de ses compétences, et c'est précisément une certaine problématique "antillaise" qui se
dévoile là : dans l'exagération et, d'une certaine manière, dans la pwofitasyion qui consiste à manipuler la sensibilité publique par la déformation des données. Il y a différentes manières de
présenter les choses, d'une part afin de tromper son monde et - plus grave encore - afin de s'extraire de la réalité et justifier ainsi son ralliement à la quasi démence (révolutionnaire) pour
échapper à toute remise en question de soi-même.
Je voudrais signaler à ce jeune que la promotion de la haine n'a jamais amélioré le sort des justes, bien au contraire. Qu'outre les diplômes, il y a aussi, dans la personnalité de chacun, des
qualités qui impressionnent favorablement les employeurs. Entre autre,la lucidité, la volonté et... une certaine humilité qui laisse présager d'un certain sens des responsabilités (de plus en plus
rare).
Je crois, cher M. Adélaïde, que l'une des grandes forces du LPK, c'est d'avoir réussi à diviniser - OUI, DIVINISER - la population guadeloupéenne (avec la complicité des autorités diocésaines
actuelles), ce qui, en matière d'emploi, rend les choses de plus en plus compliquées, puisqu'un emploi n'est plus un travail, mais un droit au salaire (plus ou moins sans contrepartie), presque une
offrande versée à une... divinité. Le procédé est classique : comment voulez-vous recruter de bons révolutionnaires, si vous ne semez pas le mécontentement, l'aigreur et la haine ?
Gérard Laviny n'est plus, et il a malheureusement été remplacé par la famille lapaty au grand complet : Élie Lapaty, Gaby Lapaty et tous les autres. Le moins qu'on puisse dire, c'est que tout fout
le camp, y compris le bon sens dont on disait autrefois qu'il était... populaire.


 


Répondre