Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Épaule 13/01/2010 13:50



Pour compléter cette brillante synthèse de M. Adélaïde, je crois qu'il faut rappeler et même marteler, par les temps qui courent, l'adresse du site de
COHÉSION SOCIALE ET LIBERTÉS RÉPUBLICAINES : www.cslr.fr afin que chacun puisse se ressourcer auprès de lui, autour du travail nécessaire et courageux qu'il a initié et qu'il anime avec
intelligence.

On y trouve notamment cette analyse du Pr de Droit constitutionnel Anne-Marie Le Pourhiet qui brave courageusement les vents du mensonge, et qui a dénoncé la désinformation à laquelle s'est livré
le "quotidien de référence" (LE MONDE) dans son "explication" des enjeux institutionnels proposés par le référendum des 10 et 24 janvier.



En outre, aux Martiniquais (déjà consultés comme les Guadeloupéens en 2003), elle livre cette analyse dont la pertinence n'échappe qu'à quelques caciques (dont un en particulier qui s'est
bravement battu pour le non en 2003, et dont l'attitude est pour le moins ambigüe en 2010) :

"C'est bien la première branche de l'alternative qui vous est proposée comme en 2003, c'est à dire que le département et la région sont supprimés et remplacés par une collectivité à statut
particulier dont on vous précise seulement qu'elle exerce les compétences dévolues au département et à la région.

Il ne faut pas se leurrer, si on choisit la première alternative de l'article 73, c'est à dire qu'au lieu de conserver la région et le département en les faisant seulement administrer par une
seule assemblée (cas de Paris qui est à la fois un département et une commune tous deux gérés par une assemblée unique dénommée Conseil de Paris), on supprime le département et la région pour
choisir une collectivité à statut particulier c'est bien que l'on entend se situer hors du droit commun. Le fait de préciser que la nouvelle collectivité exerce les compétences dévolues au
département et à la région n'a rien de rassurant puisque cela n'exclut ni les dérogations ni des compétences supplémentaires."

Anne-Marie Le Pourhiet - Décembre 2009 
Professeur de droit public à l'Université Rennes 1
vice-présidente de Association française de droit constitutionnel


 
Si, après cela, il se trouve quelques politiques martiniquais - soi-disant "de droite" et jurant leurs grands dieux qu'il ne sont pas autonomistes, et si ceux-ci osent appeler à voter oui le
dimanche 24 janvier, c'est qu'il faut faire le ménage pour de bon dans la classe politique martiniquaise.

Bravo, M. Adélaïde, et merci. Dommage que les médias préfèrent divertir leur audience avec le grotesque Domota plutôt que de traiter des choses sérieuses, ce qu'ils pourraient faire avec vous.



Edouard Boulogne 13/01/2010 18:28


On peut trouver aussi ces articles de madame Le Pourhiet, sur le Scrutateur sous la catégorie : Débat institutionnel : art 73 et 74.
LS