Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Donnez vous les moyens de votre réussite.

( Un lecteur Guadeloupéen qui habite la métropole, nous adresse, non par la voie normale - et souhaitable - des commentaires, un avis interessant sur l'article du CSRL paru ce matin sur le Scrutateur). 


Voilà ma réponse à ce jeune Monsieur :
 
"Nous sommes en économie de marché et c'est le marché qui régule. Entendez par là qu'il m'a fallu souvent baisser la barre
parce que je ne voulais pas rester sur le bord du chemin.
"Il n'est absolument pas prouvé que le LKP détienne votre solution
car le LKP a beaucoup dénoncé sans plus...
 
Positivez !
 
Au lieu de vous morfondre sur la place qu'on ne vous donne pas,
j'aurai préféré que vous arriveriez preuves en main que vous aviez
fait tout ce qu'il fallait...
 
Mon fils après de brillantes études de droit français et anglais alors que tout le préparait à une carrière dans un grand cabinet d'avocats parisien ou londonien ou ailleurs,  vint à me dire qu'il avait formé l'intention de s'établir dans une ville d'eaux du sud-est de la France...
Je n'ai pas cherché à l'en dissuader mais ensemble nous avons convenu des points suivants :
 
1- Il ne fallait pas attendre qu'il acquiert de l'expérience ailleurs.
 
2- Il fallait prospecter en se proposant gratuisement.
 
 
Aujourd'hui mon fils, à 40 ans, est associé dans un illustre cabinet d'avocats du sud-est de la France...
 
 
Vous devez vous donnez les moyens de votre réussite...
 
 
 
 
Questions  :
 
1- Au cours de vos études avez-vous jugé de l'intérêt d'investir une partie de vos vacances à vous plonger dans le tissu de la Guadeloupe ?
 
2- Que décideriez-vous si  votre propre étude de marché concluait en l'absence de débouché compte tenu de l'étroitesse du marché ?
 
 
 
 
 
 
 
Dans un e-mail daté du 20/10/2009 19:49:51 Paris, Madrid, contact@cslr.fr a écrit :
http://www.cslr.fr/
cliquez-ici pour acceder au site Internet

News-Letter 11

Ma dernière News-Letter 10, m'a valu beaucoup des réactions très majoritairement positives. J'en ai cependant reçu une, négative, qui a fait plus que retenir mon attention. Elle émane d'un jeune diplômé et chômeur qui exprime bien qu'il accorde sa confiance au LKP parce qu'il ne voit pas selon lui d'autre solution. Voici ce qu'il écrit :

« je ne partage pas du tout votre opinion sur le LKP. C'est très facile de parler lorsque l'on travaille mais lorsqu'on est jeune, très diplômé comme moi et que l'on n'a aucune chance de trouver un emploi, que dois-t'on faire? Quand le coût de la vie est 3 fois plus élevé qu'en France, trouve-t-on quelqu'un pour le dénoncer? »

Au travers de ces trois lignes de texte, tout est dit. Et on comprend la détresse de notre jeunesse. On mesure notre responsabilité individuelle et collective. On mesure surtout la responsabilité de tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, (et surtout par lâcheté) font la propagande du LKP, en défilant avec lui (et je pense surtout à certains élus), en l'accompagnant sur les estrades, en valorisant son action.

Pourquoi le cacherais-je, ces trois lignes m'ont révolté, d'abord parce qu'elles me sont directement adressées et qu'à l'instant même je me sens impuissant à répondre concrètement et directement à cette détresse et que donc la stratégie de déstabilisation marque des points. Ensuite parce que je vois bien que dans quelques mois, les fauteurs de troubles constateront que, pas plus qu'en 1985, ils n'arriveront à prendre le pouvoir par la rue et que, même sur eux, le quotidien aura repris le dessus. Mais ce qu'ils nous laisseront après tout cela, c'est une Guadeloupe encore plus déstabilisée, avec plus de chômeurs, plus de gens en difficultés de toutes sortes, plus de jeunes dans la désespérance. Et nous aurons malgré nous effectué un formidable retour en arrière de plusieurs années.

Comme chacun sait, le leader du LKP est aussi le Secrétaire Général de l'UGTG, laquelle tient d'ailleurs une place importante dans l'organisation de ce mouvement et notamment au niveau de ses porte-paroles.

Or la seule chose que l'on ne puisse pas reprocher à l'UGTG s'est d'avoir caché ses intentions quant à ses objectifs (l'indépendance) et ses méthodes (la déstabilisation économique, sociale et politique). A croire, pour avoir réagit comme ils l'ont fait face au mouvement de blocage du début d'année, que ni les pouvoirs publics (et en particulier ni le gouvernement, ni l'infortuné Monsieur Jégo, ni le Préfet), n'étaient informés de ce qui se disait dans les réunions de l'UGTG, ni de ce qui se diffusait sur les ondes des radios indépendantistes, ni de ce qui est écrit sur le site de l'UGTG.

On trouvera ici en fichier annexe la « RÉSOLUTION GENERALE N°1 » du XIIème CONGRÈS DE L'UGTG RÉUNI AU LAMENTIN LES 02 - 03 - 04 - 05 AVRIL 2008

Pas besoin d'avoir fait l'ENA, Polytechnique ou Sciences Po, pour voir à la simple lecture de ce texte, que l'UGTG y développe un vrai réquisitoire pour l'indépendance avec comme moyens de lutte, la haine raciale (fondée sur une référence systématique à l'esclavage), la contestation permanente du pouvoir de l'Etat, la disqualification des élus locaux, la déstabilisation économique, le désordre social et la prise du pouvoir par la rue.

Toutes choses qui ont été mot pour mot, trait pour trait les caractéristique des désordres du début d'année.

Au regard de l'action de cette pseudo organisation syndicale, ce que l'on peut retenir c'est que plus il y aura de grèves sauvages, plus il y aura de fermetures d'hôtels, d'exploitations, d'usines, de magasins, plus il y aura de chômeurs, plus il y aura de pauvres et de miséreux, plus l'UGTG aura atteint son objectif de déstabilisation sociale de la Guadeloupe, première étape vers l'indépendance.

Et c'est là que réside la duplicité ; Cependant que l'UGTG menaient des grèves dures allant jusqu'à la fermeture des entreprises (notamment dans l'hôtellerie, la canne etc..), dans ce même temps, le LKP se présentait comme le protecteur des pauvres, le champion de la lutte contre les fermetures d'entreprises, le défenseur des chômeurs, du pouvoir d'achat, de la vie chère, des loyers chers. Bref, le pourfendeur de la profitation (mot nouveau ne nécessitant pas de guillemets puisque entré dans la langue française par le bon vouloir d'un Secrétaire d'Etat de la République française).

Ainsi, le leader du LKP ignore-t-il tout de ce que fait le Secrétaire Général de l'UGTG. cqfd* (*ce qu'il fallait démontrer)

Guadeloupéens, Guadeloupéennes, amis de la Guadeloupe, vous qui vivez tous les jours sur le territoire de ce petit pays ou qui y avez vécu, qui y avez des parents, des amis, vous qui êtes de droite, vous qui êtes de gauche, vous qui pensez qu'une évolution statutaire est bonne pour notre ile, vous qui pensez qu'une évolution statutaire la ferait régresser, vous tous qui tout simplement l'aimée, notre devoir est de dénoncer cette duplicité et ces mensonges.

Bien que je sois convaincu que l'égalité institutionnelle est le meilleur moyen de nous assurer un avenir stable et meilleur, je suis prêt à en discuter, honnêtement en mettant tous les arguments sur la table. Le pour et le contre de chaque thèse. Mais ce que nous ne pouvons admettre, c'est que des irresponsables déstabilisent notre petit pays avec des arguments fallacieux et des méthodes, faites de mensonges, de duperies et de recours à la terreur. Ce que nous ne pouvons admettre c'est que l'Etat abdique ses pouvoirs à la rue, c'est que des élus locaux, - plus préoccupés de leur réélection que d'éclairer le peuple -, emboitent le pas à ces fauteurs de troubles, c'est enfin qu'aucun media n'ait eu l'honnêteté, sinon l'audace, de dénoncer ces manœuvres et cette duperie.

C'est pourquoi, chacun de nous, conscient de ce qui se passe, ne peut se taire et doit d'une manière ou d'une autre manifester son désaccord par tout moyen légal, en attendant de pouvoir le faire dans les urnes.

Amédée ADELAIDE
Président du CSLR
16 octobre 2009

PS. Si vous appréciez notre action rejoignez-nous et adhérez à notre association en cliquant sur le lien suivant : https://secure.opinpub.fr/adhesion/

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M


Bonjour,
La réaction, très justifiée à mes yeux, de votre "lecteur guadeloupéen" m'interpelle beaucoup.Je partage sa réaction à tous points de vue.Comme je suis adhérente du CSRL, j'ai reçu hier la
newsletter sur ma messagerie, et j'ai fait un projet de réponse à ce jeune monsieur.Professionnelle de l'insertion professionnelle en GPE, j'accompagne des personnes en
recherche d'emploi du niveau 5ème au niveau doctorat. Il y a toujours des contraintes dans un bassin d'emploi déterminé: tissu économique, en GPE, plus de 98% des entreprises sont des TPE,
arbitrage nécessaire entre véléités professionnelles et prise en compte des réalités locales.Je suis beaucoup de jeunes diplômés, qui élargissent leur recherche d'emploi à des zones géographiques
telles que les autres DOM, la Métropole, le Canada, les US, l'Europe.Car quand on est jeune, diplômé, on peut quand même initier une mobilité géographique en cohérence avec son projet
professionnel.De quel véritable projet professionnel s'agit-il en l'occurence? Il n'y a aucune rente de situation :il faut faire ses preuves, et les diplômes obtenus ne qualifient que la
connaissance et pas le reste.Si l'on a un niveau bac+5 par exemple, l'étroitesse du marché guadeloupéen ne permet pas une insertion rapide, sauf à avoir un tempérament d'entrepreneur et de créer
sa propre activité.Il est illusoire de penser que les meilleurs postes sont offerts à des métros qui font partie de grands groupes nationaux.Tous ceux-là sont déjà expérimentés, ils sont pour la
plupart détachés, ont des années d'expérience, et volontaires pour une grande mobilité. Toutes les grandes entreprises ont mis en place des process de mobilité: même quand on a 50 ans, les
diplômes de ce jeune monsieur, et en plus l'expérience, et parfois aucun "abondement" à la mobilité.Je lui suggère de se remettre en question, de savoir proposer, et d'être capable de partir et
de revenir.Je lui suggère aussi de se renseigner sur le parcours ERASMUS qui lui permettra d'évoluer, au moins dans sa tête, regardant ce qui se passe ailleurs.Et de se comparer à d'autres!!!



Répondre