Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

 

Gbagbo.jpg

 

La reddition de Laurent Gbagbo, l'ancien président de la Côte d'Ivoire devant les forces de son rival Ouatara, ( aidé par les troupes de l'ONU ) met fin, sans doute provisoirement à la guerre civile ( en réalité ethnique ) qui déchirait ce pays depuis plusieurs mois.

Le drame de la Côte d'Ivoire, est aussi celui de l'Afrique depuis qu'une décolonisation prématurée et hâtive a été décrétée par de puissants lobbies internationaux, au détriment de la France et de l'Angleterre, elles-mêmes très affaiblies par les conflits des deux grandes guerres mondiales du siècle dernier.

Durant la période coloniale, les grandes puissances avaient entrepris de regrouper leurs conquêtes en entités administratives, sur le modèle occidental, sans tenir compte suffisamment des réalités ethniques, et religieuses du continent africain.

Avec le temps, la cohabitation des tribus constituant la « diversité » aurait peut-être pu créer des nations modernes, ainsi que la formation d'élites indigènes sur lesquelles le savoir faire administratif, et l'esprit de cohabitation, (sans lesquels il n'est pas d'Etat-nations), auraient été autre chose qu'une couche fragile de verni.

L'esprit du temps, l'idéologie de la décolonisation promue, de façon pas tout à fait désintéressée par les USA, et l'ex URSS, ont rendu à l'Afrique son aspect kaléidoscopique.

Le résultat est là, tangible, ( Côte d'Ivoire, Tanzanie, Rwanda, etc ), c'est-à-dire calamiteux et sanglant.

En Côte d'Ivoire, par exemple, il s'agit moins d'une guerre civile de nature idéologique ( comme en Espagne dans les années 1930 ), mais d'une guerre ethnique, les gens du nord, et du sud refusant de se soumettre l'un à l'autre, Ouatara à Gbagbo, et réciproquement.

L'intervention de l'ONU, avec une participation décisive de la France, était peut-être nécessaire pour interrompre le bain de sang, mais elle ne résout rien quant au fond.

Parler d'un refus de l'alternative démocratique par L. Gbagbo, c'est croire, ou faire semblant de croire que les Ivoiriens ( et les Ivoiriennes? ) se réfèrent autrement qu'en paroles ( le verni ) aux mêmes schémas idéologiques que nous, la « démocratie » les « droits de l'homme, etc, etc.

Peut-être faut-il admettre que les africains vivent, sur le plan des mentalités, à une autre époque que la nôtre. Des changements positifs seraient peut-être possibles si l'on tenait compte des réalités que j'évoque.

Evidemment, sinon, aux USA, (l'irréalisme idéologique wilsonien ou Rooseveltien y demeure la règle ) du moins en Europe, il ne manque pas d'esprits éclairés pour le savoir. Mais que pourront-ils contre la dure réalité des appétits du monde des grands lobbies qui agissent actuellement dans le monde, y compris en extrême orient où la Chine « nationale communiste » nourrit de grands projets sur l'Afrique. Projets humanistes et désintéressés,.... vous m'avez compris.

Pauvres frères africains!

 

Marc Decap.

 

PS : Laurent Gbagbo était un dictateur. Ses partisans ont tué et massacré.

Soit ! Mais dans le camp d'en face? Le « président » Ouatara promet une enquête circonstanciée, et...objective.

Comme il est « démocrate » les résultats seront... ce qu'ils doivent être !!

On ne peut pas dire « pauvre Gbagbo ».

Et pourtant quelque chose retient, ( toute ridicule sentimentalité mise à part ) me retient en tout cas d'en rajouter. Un vieux philosophe d'Occident, le stoïcien Sénèque écrivait, il a 18 ou 19 siècles que « piétiner un homme à terre » semblait « être un goût inné aux mortels ».

La suite des évènements me semble connue. Vae victis!

La victime n'était pas un angelot.

Mais le « justicier »!

Ils ne savent ce qu'ils font. Eli, Eli, lema  sabachtani!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oupédisa 12/04/2011 19:24


Ok padon é méa culpa :) Mé sé vré sa, ka hamotus divini ? Pétèt kè i ja divini Pap a la Grann Caraillibe ...


Claude HOUEL 12/04/2011 18:08



Difficile de se faire une opinion sur cette "victoire" de la démocratie.


 Gbagbo est tout sauf démocrate et il mérite son sort .je trouve cependant curieux que la communauté internationale, et en particulier la France,ait choisi ce Président sorti,parait-il,
démocratiquement des urnes et dans le même temps considéré que les 46% qui n'ont pas voté pour lui soit des ennemis livrés aux milices du vainqueur.


Si on juge que les élections se sont tenues dans un environnement démocratique,parceque le vainqueur est celui sponsorisé par l'occident,pourquoi n'avoir pas reconnu au conseil constitutionnel de
Côte d'Ivoire le droit de ne pas entériner les résultats?


Notre vision de la démocratie serait-elle à géométrie variable ?


Les grands distributeurs auto-proclamés de certificats de moralité  que nous sommes re-devenus devraient faire preuve de plus de discernement , d'humilité et d'objectivité.


Il sera instructif de voir de quelle manière seront traités les crimes des deux camps pour voir comment le début de carrière du nouveau poulain pourra résistser à la dure réalité du terrain.


 



Oupédisa 12/04/2011 15:26



Fin provisoire ... Il faut encore procéder au déminage espirituel !


http://fr.news.yahoo.com/63/20110412/tfr-cte-d-ivoire-de-la-sorcellerie-dans-019dcf9.html


C'était pas plutôt " Elie, Elie, lema samaritani "  ?


 



Edouard Boulogne 12/04/2011 16:23



" Samaritani"???


Votre insolence, téméraire jeune homme, mériterait sa récompense!!!


Sachez que mes références sont dans les "libri divini", et non dans l'hérétique " hamotus liber".


Non, mais!