Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Conte-creole.jpg

 

 

( Une amie du scrutateur, qui vit au Québec depuis pas mal d'années, nous envoie ce joli petit conte créole qu'elle a composé, et lu lors d'une fête donnée dans un restaurant guadeloupéen de Montréal. Elle me l'envoie en deux versions. D'abord en créole, puis en version française pour ceux de nos lecteurs qui ne maîtriseraient pas le créole.

J'ai respecté l'orthographe créole de notre amie, qui ne satisferait pas, sans ( aucun ) doute, nos spécialistes autoproclamés de notre langue régionale. Mais ce n'est pas bien grave.

J'ai d'ailleurs consulté un dictionnaire de créole, portant le nom d'un crieur de journaux qui connaissait bien sa langue maternelle, et qui fut mon ami. Son patronyme fut mis en évidence, en couverture dudit ouvrage pour s'en assurer de la vente; le véritable auteur étant un intellectuel.

J'ai donc consulté ce dico à l'article « spécialiste », et ne l'ai point trouvé. Faut-il en conclure qu'il n'y a pas aux Antilles de spécialistes? Menm "espécialis" an lang creyole an nou? Bon Dié! Bon Dié, ola nou kaÿ?

Pris de cette sorte de frénésie qui s'empare de vous quand vous ouvrez un dictionnaire et qui vous empêche de le quitter, j'ai été voir à l'article « spécificité », tant apprécié des cuistres.

Là, ouf! Une définition. « Spécificité : Sa ki ta » ( ce qui t'appartient, est à toi ). Bon. OK !

Mais ma voiture est à moi, ou mon ordinateur, et je regrette, yo bitin an moin ( allons en "mwen" pour plaire à qui l'on sait, en ce mois du créole ) yo pa ta zot,  mais ils ne me sont pas « espécifik » ( avec un petit K, pour faire plaisir ).

Mais je bavarde, et je m'attarde, et retarde d'autant la lecture du joyeux, simple et authentique récit de la toujours jeune, et passionnée et passionnate, et sympathique Agnès.

Pardon Agnès, et pardon aux lecteurs impatients.

 

E.Boulogne.

_____________________________________________________________________________________________________________

Je dédie ce conte à mon fils Jean-Christophe

 

En 1977, nous venions de revenir en Guadeloupe, Jean-Christophe avait tout juste 4 ans. Nous étions au centre-ville de Pointe-à-Pitre, près de la pharmacie Berthelot, quand Jean-Christophe me dit "Il va bientôt faire nuit". Étonnée puisqu'il faisait encore jour, je lui demande "Comment le sais-tu?" et lui de répondre "On entend déjà la voix de la nuit".

 

VOIX LAN NUIT : Préambule

 

Es-ce ou connait voix lan nuit?

A kaz an nous quand soleil fin couri, i ka en ki plongé an lan-mè là mais silence pas ka installé pou autant. Menm si ou en ville, ou pé ten on bakoulélé commencé. Ou pé imaginer ça ça yé sèlment si ou ja viv expérience-là ça. On chose ki sur cé que ou pas connait comment ça commencé, cé pourquoi moin kay conté zot la vérité .

Manzè Luciole Zié Clai et le Gadè Zaffai

A kaz an nous, Soleil toujou ka lévé sans fè désod. I ka soti en l'anmè-là tranquillement, i ka bourrer la lune et meme si dé fois Manzè la Lune ka essayé rété la, i ka on ti gen pali et soleil pas ka meme pran hauteu-ay. Soleil ka grimpé piti a piti mais méfié-ou Soleil mako, i ka essayer rentrer tout coté pou gader ka ka passer. Coté 10h i ja envahi tout place-la et i ka commencé chauffé raide. Coté midi ou pé pas kimbé dewo tellement Soleil ka pezé an lè tet a'ou. Cé pouquoi moun kon chien ka chèché on coté pou you pozé - on ti coin l'omb pou yo rafraichi. Quand Soleil fin jamber ciel-la, i ka in ki tombé raid en lan mè-là. I pas meme prend temps fè couche-ai.

An temps-longtemps, quand soleil té fin fè lintéréssant, et que Manzè La Lune té prend place-ay, ou pa té ka tan ayen enco. La lune té ka fè travail-ay sans focer.

Mais tout bitin changé à cause à Manzè Luciole.

Manzè Luciole té bel tout bonnement. Bel ti zié clè, on ti collerette rouge et dé qualité zailes fines ki té ka bay on ti coté haute couture. Quand bouch ai té ka souri, zié ai té ka cléré kon clin din din. Mais même si i té ni tout les atouts pou charmer, i té ka pwen fè car cé mal insecte-là té ni zié yen ki pou Manzè Libellule et Manzè Rainette.

Libellule té ka fè yo frissonné quand i té ka soukoué corsé. Quant à Rainette, maniè i té ka sauté té ka excité-yo tout.

Manzè Luciole pas té pé compwen comment ça i pas té river charmer cé males-la. I mété-y à soukoué bonda-ay con Man Rainette, i essayé frotter zailes-ay pou yo té pé frissonner con ta Manzè Libellule, ayen pas té ka macher. Manzè Luciole fin pas ped moral et rété terré à cas-ay ka réfléchi, ka réfléchi. A foce i réfléchi nuit con jour, a foce i frotté zailes-ay, yo commencé chauffer et clignoter con zampoules ki ka essayé limer.

Décatie et désespérée tout bonnement, Manzè Luciole décidé consulter on Gadè Zaffai. Cété on vié boug ki té ka resté Bo'd La Source. Quand Manzè Luciole rivé coté-ey i té an chien meme. Tout pendant i ka fumé pip-ay, Gadè Zaffai-là ka couté doléances à Manzè Luciole. En même temps, i té ka ziété zailes à Mamzelle-là clignoter. Quand Mamzel essayé respirer, Gadè Zaffai-la mandé-ey pé. I rété ka réfléchi on bon moment.

"OU NI KA SOTI LAN NUIT".

Luciole mandé "Ka ou dit? " 2

 

Gadè Zaffai-là répété " OU NI KA SOTI LAN NUIT" et i en ki touné do ay et i pati.

Manzè Luciole rété là tou couillon. Mais i décidé suiv conseil-la quand même.

Aussi, quand Soleil couché le lendemain, Manzè Luciole mété-ye à voler tout coté. Et ça pas prend temps pour tout cé mal fétards-la commencé crier pour attirer attention ay.

Missié Grat'koui kommencé frapper Gros KA. A pas ti désod Missié Grat'koui té ka fè non?

Males Crapauds, rainettes, grenouilles, criquets, cé-té on sel bakou lélé.

Les Mal fétards té ka scander

Gadé moin, gadé moin

Cé moin, cé moin

Ti fi la moin là,

Oui ou bel hein!

Ki champ cann, ki champ bannanes, ki savanes, gro ka té ka chiré, et les autres-là té ka essayé couvè bruit à gros-ka-la.

Les Mal fétards

Gadé moin, gadé moin

Cé moin, cé moin

Ti fi la moin là,

Oui ou bel hein!

On fois même, cé fimelles-là rentré an désod-là, yo té ka mandé cé males-là rété tranquilles. Yo té ka taper en lè tout ça qui té koté-yo pou scander:

Lé ti fimels

Pé là coquin

Rentré a caz

Ou pas hont couri con ça

Tous ensemble: Mal fétards et ti fimels

Manzè Luciole té tellement conten ki dépuis jou-là ça i ka soti lan nuit pour exciter ces mâles-là et provoqué cés fimelles-là. Et dèpuis nuit-là ça, chaque fois soleil ka tomber, bakoulélé ka ricommencé.

A présent zot sav ça ka passé quand zot ka ten Voix lan nuit.

 

Version française :

 

Je dédie ce conte à mon fils Jean-Christophe

En 1977, nous venions de revenir en Guadeloupe, Jean-Christophe avait tout juste 4 ans. Nous étions au centre-ville de Pointe-à-Pitre, près de la pharmacie Berthelot, quand Jean-Christophe me dit "Il va bientôt faire nuit". Étonnée puisqu'il faisait encore jour, je lui demande "Comment le sais-tu?" et lui de répoondre "On entend déjà la voix de la nuit".

LA VOIX DE LA NUIT: Préambule

Connaissez-vous la voix de la nuit?

Aux Antilles quand le soleil arrive au bout de sa course et s'enfonce droit dans la mer à l'horizon, le calme ne s'installe pas dans la campagne. Même au centre-ville, il s'installe une animation hors du commun. Une animation dont vous n'avez idée que si vous avez déjà vécu l'expérience. Quoiqu'il en soit, c'est sûr que vous ne connaissez pas l'histoire à l'origine de cette fête nocturne, la voici dans toute sa vérité.

Mam'zelle Lucioleet la Gadè Zaffai1

1 Thérapeute populaire bienfaisant (magie blanche) appelé aussi "séancier" . Il se distingue du quimboiseur qui pratique aussi la magie noire.

Chez nous, le soleil se lève indolemment, sans faire de bruit. Il émerge tranquillement arde l'océan et repousse la lune. Et même si des fois cette dame essaye de s'incruster, elle pâlit quelque peu et se fait snober par le soleil qui ne lui porte aucun intérêt. Le soleil est un indiscret, et à mesure que la journée progresse il s'infiltre partout pour voir épier tout un chacun. Dès 10h il est déjà omniprésent et tape durement. Vers midi, il est difficile de rester dehors tellement il frappe fort. C'est pourquoi humains comme animaux recherchent un coin d'ombre pour se reposer et se rafraîchir.

En fin de journée, quand le soleil a terminé sa course il est tellement épuisé qu'il tombe raide dans la mer. Il disparaît en quelques minutes à peine, il ne prend même pas le temps de faire son lit.

Notre histoire s'est passée il y a fort longtemps. En ce temps-là, quand le soleil avait fini de faire l'important, et qu'il plongeait se coucher pour la nuit, tout devenait calme. La lune pouvait oeuvrer sans effort.

Mais voilà que tout a bien changé à cause de Mam'zelle Luciole.

Mam'zelle Luciole était très jolie. Deux beaux yeux brillants et une collerette rouge et surtout deux longues ailes fines qui lui donnait une allure "haute couture". Quand elle souriait, ses yeux brillaient comme le feu. Mais même si elle possédait tous les atouts pour charmer, elle ne 2

 

parvenait pas à rivaliser avec Mam'zelle Libellule et Mam'zelle Rainette qui attiraient les regards de tous les insectes mâles . Mam'zelle Libellule faisait frissonner ces derniers quand elle secouait son corset. Quant à Rainette, ses longues pattes arrière et sa façon de sauter les excitait tous.

Mam'zelle Luciole ne pouvait accepter son échec à séduire tous ces mâles fringants. Elle avait beau frotter ses aîles pour les faire frissonner comme celles de Mam'zelle Libellule, elle avait beau tenter d'imiter les sauts frétillants de Mam'zelle Rainette, rien ne fonctionnait. Mam'zelle Luciole devint morose. Elle ne sortait plus du tout, passant son temps à réfléchir tout en se frottant les ailes nuit comme jour, tellement que ces dernières se mirent à clignoter sporadiquement comme des ampoules qui voudraient s'allumer.

Au bord du désespoir et de l'épuisement, Mam'zelle Luciole décida de consulter un Gadè Zaffai. C'était un vieil homme qui habitait près de la Source. Quand Mam'zelle Luciole arriva chez lui, elle était très mal en point. Le Gadè Zaffai, tout en fumant sa pipe, écoutait les doléances de sa cliente. Il observait du coin de l'oeil ses ailes clignotantes, et il finit par lui ordonner de se taire et réfléchit un long moment.

"TU N'AS QU'À SORTIR LA NUIT".

Luciole interloquée lui a demandé "Qu'as-tu dit? "

Le Gadè Zaffai répéta: " TU N'AS QU'À SORTIR LA NUIT " puis il lui tourna le dos et s'en alla laissant Mamz'elle Luciole interloquée.

Elle décida malgré tout de suivre le conseil.

Ainsi quand le soleil se coucha le lendemain, Mam'zelle Luciole se mit à voleter un peu partout en faisant briller ses ailes. Rapidement tous les mâles fêtards intrigués par cette lumière et se mirent à crier pour attirer son attention.

Monsieur Grat'koui a même commencé à jouer du Gros KA de toutes ses forces.

Crapauds, rainettes, grenouilles, criquets, ont lancé leur chant et leurs cris. C'était une bacchanale.

Les Mal fétards té ka scander

Gadé moin, gadé moin

Cé moin, cé moin

Ti fi la moin là,

Oui ou bel hein! 3

 

Les Mal fétards

Gadé moin, gadé moin

Cé moin, cé moin

Ti fi la moin là,

Oui ou bel hein!

Et bientôt, dans les champs de canne, les bananeraies, les savanes ou les forêts, ce n'était pas seulement le gros KA qui se mit à résonner. Tous les insectes se mirent à scander à qui mieux-mieux afin d'essayer de couvrir le bruit du gros KA.

Les Mal fétards

Gadé moin, gadé moin

Cé moin, cé moin

Ti fi la moin là,

Oui ou bel hein!

Cela n'a pas pris de temps aux femelles de hurler aux mâles de se tenir tranquille au lieu de jouer aux Don Juan. Elles tapaient sur tout ce qui était à leur portée pour accompagner leurs cris rythmés:

Lé ti fimels

Pé là coquin

Rentré a caz

Ou pas hont couri con ça

Mam'zelle Luciole ravie, n'a plus cessé depuis ce jour de sortir la nuit pour tenter d'allumer ces mâles et provoquer les femelles. Elle provoque un vrai charivari chaque nuit.

Maintenant vous savez ce qui se passe lorsque vous entendez la voix de la nuit. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article