Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Comptage des manifestants : Le grand bluff des syndicats.

 

Le-grand-bluff.jpg

 

 

( C'était il y a très longtemps : près de 60 ans. En famille, le jour de la Toussaint, en fin d'après midi, nous nous rendions au cimetière du Moule, où une partie de ma famille maternelle repose. Nous rentrions, la nuit tombée, sur Pointe-à-Pitre, les parents devant, et nous, les enfants derrière.

Alors commençait la comptabililé, une comptabilité joyeuse, turbulent,e animée, c'est le moins que l'on puisse dire. A cette époque, (antediluvienne!), la piété était encore grande dans les campagnes. Entre le Moule et Pointe-à-Pitre, les rives étaient constellées de bougies? Chaque case comptait, en son entour, de nombreuses petites "étoiles" flageolantes, parfois des dizaines. Le jeu consistait à les compter, pour savoir qui allait gagner en arrivant au terminus ( rue François Arago). Qui allait gagner des gamins assis à la droite ou à la gauche de la voitures?

Evidemment la triche, la fraude, la "cégétique" s'en donnait à coeur-joie. Toujours, en longeant à Morne à l'eau la célèbre nécropole, la gauche marquait un point ( et même plusieurs!). 1000000 entendait-on hurler les petits galopins gauchistes.

Mais Les Abymes et Pointe-à-Pitre rétablissaient ( et au-delà ) l'équilibre. 200000 hurlait la voix du jeune scrutateur de droite ( laissons deviner qui s'arrogeait, usant outrageusement de son droit d'aînesse, cette place de choix). Heureux temps des "innocences" enfantines.

Les bisbilles entre la police et les syndicats, sur le décompte de la participation aux manifestations de ces jours-ci autour de la réforme des retraites me font penser à ces innocents amusements du temps jadis. A ceci près que les tricheurs sont des "grandes personnes", et que l'enjeu n'est évidemment pas le même.

Entre les rapports de la police, et ceux des syndicats, le rapport va parfois du simple au quadruple.

Qui est le moins éloigné de la vérité? Pour le savoir des tierces personnes ont entrepris de compter de leur côté. Lisez, sur le sujet cet article du Figaro

Le Scrutateur).

Comptage des manifestants : le grand bluff des syndicats

Mots clés : retraites, réforme des retraites, syndicats

Par Christophe Cornevin, Jean-Marc Leclerc
16/10/2010 | Mise à jour : 08:25
Réactions (459)
La manifestation du 12 octobre, place de la Bastille (Paris).
La manifestation du 12 octobre, place de la Bastille (Paris). Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP

Les syndicats gonflent leurs chiffres, tandis que la marge d'erreur des ex-RG ne dépasse pas 10 %.

Qui dit vrai sur le nombre de manifestants entre la police et les organisations syndicales ? Alors que s'ouvre samedi une nouvelle journée de protestation contre la réforme des retraites, Le Figaro a passé au crible les méthodes de comptage des ex-Renseignements généraux et des principales organisations représentatives de travailleurs et de fonctionnaires. Et le verdict est sans appel : les syndicats forcent l'addition. Alors que le ministère de l'Intérieur avait annoncé mardi dernier 1,2 million de manifestants à travers la France, la CGT et la CFDT claironnaient le chiffre de 3,5 millions de participants. Ils se félicitaient même d'un «record» de 330 000 participants dans les cortèges parisiens là où les journalistes de Mediapart, peu suspects de complaisance à l'égard du gouvernement, ont quant à eux conclu à des chiffres encore plus bas que ceux de la police : 76 000 manifestants (89 000 pour la préfecture).

La société espagnole Lynce, spécialisée dans le comptage via photos et vidéos analysées par ordinateur, livrait dans la foulée son verdict : 80 330 personnes. Les syndicats sont pris en flagrant délit de démesure.

À Marseille, même rengaine : la chaîne locale LCM, l'AFP et France Bleu se sont organisés en pool pour effectuer leurs propres vérifications. Ils ont obtenu entre 16 860 et 21 690 manifestants. Soit, là encore, une estimation inférieure aux 24 500 recensés par la police. Si les syndicats extrapolent les estimations à partir des tronçons les plus denses du cortège, la méthode policière de comptage sur le terrain se veut limpide. Mardi dernier, quatre équipes de deux fonctionnaires ont été postées sur les points hauts d'immeubles surplombant les cortèges. Ayant en ligne de mire, de l'autre côté de la rue, une cabine téléphonique ou un mobilier urbain bien identifiable, ces «vigies» ont pressé sur un «clic» à chaque grappe de dix ou quinze manifestants à mesure qu'avance le flot des protestataires.

«À la différence des syndicats qui ne comptabilisent pendant qu'une heure au plus fort de la manifestation avant d'appliquer un coefficient multiplicateur, nos spécialistes se mettent à l'œuvre dès le passage de la voiture ouvreuse et travaillent tant que l'ultime manifestant n'a pas défilé sous leurs yeux, explique-t-on à la Direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP). Chaque tronçon de cortège est passé au crible, du plus dense au plus clairsemé.» Les binômes de fonctionnaires confrontent ensuite leurs résultats. La marge d'erreur constatée ne dépasse guère les 10 %. Des comptages obtenus, c'est le total le plus élevé qui est toujours retenu. «Nous ne voulons pas que l'on nous reproche d'euphémiser, assure un policier de haut rang. Nous faisons le job, sans état d'âme ni consigne.»

 

Manifestation filmée de A à Z

Le risque de manipulation est d'autant plus faible que le défilé, filmé de A à Z, est ensuite visionné image par image par les ex-RG - ils sont une cinquantaine et pour certains syndiqués ! - pour affiner les résultats. Un préfet le confie : «Sur ces chiffres, nous jouons notre crédibilité. Qu'un haut fonctionnaire triche ou commette une erreur substantielle, et c'est l'appréciation politique au sommet qui risquerait d'en être affectée. Avec toutes les conséquences qui en découleraient pour le maladroit…» Le corps préfectoral, selon lui, veille farouchement à la vérité des chiffres en la matière. «Il y a des fonctionnaires de tous les bords dans l'administration, où tout finit par se savoir», assure un commissaire de la Sécurité publique, agacé par «l'éternelle suspicion jetée sur les méthodes policières».

Ce week-end, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, devrait annoncer une série de «propositions concrètes afin qu'à l'avenir les décomptes incontestables de la police ne puissent plus précisément être contestés». «Il y a en France un droit absolu à manifester, il doit y avoir aussi désormais une confiance dans la police, dans sa manière de compter», a précisé Hortefeux, invité dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI». En septembre dernier, à Albi, le directeur de la Direction départementale de la sécurité publique du Tarn s'était adjoint le concours d'un huissier pour compter, en même temps que ses hommes, les manifestants qui défilaient contre la réforme des retraites. Résultat de l'opération : 4 380 manifestants selon l'huissier, 4 200 selon la police, 20 000 selon les syndicats…

VOIR AUSSI :

» VIDÉO - Comment les syndicats comptent les manifestants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article