Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Courrier-lecteurs

 

( Un lecteur m'envoie par email ce commentaire de mon article d'hier soir sur Steve Jobs. C'est un complément utile EB ).

 

 

Illuminisme, c'est bien le mot qui convient. C'est un signe des temps,  
comme quoi l'illuminisme a fait des petits avec le temps. Car  
l'initiation est devenue collective, et même un pur produit du  
collectivisme individualiste (vous savez bien "la paix c'est la guerre  
et la guerre c'est la paix) !).

Votre charité n'a pas mentionné l'influence des "substances illicites"  
sur l'inspiration du génie.

Cela dit, c'était un authentique génie par son intuition et par sa  
capacité à mettre en oeuvre ses pontes imaginatives. Dans son  
environnement immédiat, il avait un charisme et une autorité  
indéniable, aussi les médias ont fait le reste. À la fois par pauvreté  
d'échelle de valeur, et parce qu'il ont peut-être été encouragés à  
entretenir un mythe. Et puis l'aventure de sa boutique est bluffante,  
y compris la panne de vent que celle-ci a subie lorsqu'il en a été  
éloignée pendant une dizaine d'années. En tant qu'utilisateur de  
Mcintosh, j'ai pour lui une immense reconnaissance,  car la  
fréquentation de mon ordinateur est vraiment un immense plaisir alors  
que je n'en éprouve aucun quand je suis sur un PC. On dit que les  
cimetières sont remplis d'hommes irremplaçables, c'est vrai ! Et on  
oublie toujours de rappeler que le monde des vivants est surpeuplé  
d'inutiles interchangeables (sans compter les Hamot, Domota, Martine  
Aubry et autres indésirables).

Enfin ! Comme dirait mon excellent ami Alberto Temporamores (que m'a  
présenté Gonzague-Maxime Tikitak) : « Le calice est amer, mais la mer  
est plus vaste encore et le temps se gâte. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude HOUEL 07/10/2011 23:10






Illuminisme ? En général l’illuminé croit de façon absolue sans exercer son libre arbitre.


C’est bien sévère pour ceux qui, comme moi, considérant que Steve Jobs a réellement marque son époque par des inventions qui ont changé la vie de beaucoup.


Pauvre Jobs , que  lui reproche-t-on :


            D’être riche et de n’avoir pas suivi le même destin que l’illustre prédécesseur du


même nom ou presque ?


            D’être un réel génie dans un monde où ils ne sont pas si nombreux ?


Je pense plutôt que ce qui a fait son immense succès, et qui peut déranger,c’est  son originalité.


Pour avoir connu la marque dés la fin années 70, à une époque où le Mac s’appelait simplement Apple, j’ai bien aimé le côté iconoclaste de celui qui, contrairement à Bill Gates, s’est attaqué à
l’intouchable, à l’époque, IBM.


Il fallait oser, et il l’a fait.


Peu importe que ce soit dans son garage et vêtu d’un simple jean et un polo noir là où


les autres portaient le costume cravate.


Le vrai génie de Jobs est d’avoir permis à n’importe qui d’utiliser, de façon intuitive, un


clavier et des logiciels qui demandaient, chez son concurrent, des lignes de commandes à mémoriser dans un langage de spécialiste.


Peu importe qu’il ait puisé son inspiration dans « des substances illicites » quand tant d’autres, n’en ont en rien été inspirés.


En fait son bilan est plus qu’honorable, ce qui explique la ferveur, même excessive, qui accompagne sa disparition.


Après tout, dans un monde où les idoles que l’on se donne , ou que l’on nous impose, sont souvent décevantes, voire affligeantes, il est plutôt encourageant d’en voir une qui présente un profil
constructif qui aura rassemblé plusieurs générations.