Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

.The Social Network

 

the-social-network-poster.jpg

 

On ne peut imaginer opposition plus radicale qu'entre le film précédemment analysé ( Les hommes et les dieux )  et «The Social Network»

Inspiré de «La Revanche d'un solitaire» de Ben Mezrich, l'histoire de Mark Zucherberg (Jesse Eisenberg), car, c'est plus son aventure que celle de la naissance de Facebook qui nous est contée, n'est faite que d'individualisme, d'insensibilité, de désir de vengeance, d'appétit de pouvoir, d'infidélité et de trahison. Le monde de la solitude et de l'autisme opposé au monde de nos moines de Tibihirine.

En 2003, à Harvard, Mark (19 ans) et son ami Eduardo (Andrew Garfield), forts en math et faibles en filles, enragent de leurs échecs sociaux. Mark se fait plaquer par la fille qu'il drague, Erica ( Rooney Mara) et pour se venger la ridiculise sur le réseau en ligne de l'université. Puis, lui vient l'idée, en une nuit, de violer et de mettre en ligne les données personnelles des membres des clubs selects de la fac, afin que chacun puisse y pêcher sa chacune. Il fait sauter le réseau, mais sa réputation de nerd est faite et il recrute garçons et filles qui veulent être de la partie de culbuto.

Sur sa réputation de crac, les frères Winklevoss, sportifs, argentés et distingués le recrutent, en le recevant dans le vestiaire de leur club, pour créer un réseau social. Mark accepte, Eduardo finance, le petit génie turbine au turbo. Il vole l'idée des frères blondinets et crée Facebook qui devient ce que l'on sait.

Le film est mené à un train d'enfer. On est ébahi et éblouis par les dialogues et les idées qui fusent, se chevauchant, se percutant, s'emballent dans l'inventivité et la démesure technologique aux dépends de toute retenue et en toute absence d' éthique.

On passe des épisodes pris sur le vif et des interprétations de l'histoire vue par les différents protagonistes, aux séances de conciliations des deux procès intentés à Zuckerberg par Eduardo et par les frères Winklewoss. Les acteurs sont excellents, Jess Eisenberg en tête.

Même si on ne saisit pas tout de l'informatique on raccorde le puzzle et la fresque est saisissante autant qu'inquiétante.

Zucherberg a perdu la seule fille qu'il aurait pu aimer, il a volé l'idée de frères Winklevoss, il s'est débarrassé d'Eduardo et lui a fait tout perdre, il s'est attaché un killer arriviste et manipulateur, il se fout de la justice.

En fait, rien n'a d'importance pour lui.

Rien.

Seul le fascine le pouvoir qu'il exerce sur le monde entier en faisant se précipiter des millions de gens sur la toile pour s'étaler, s'exhiber, se congratuler, se croire aimés et compris....pendant qu' il se perd à lui même, les yeux vides, vissé sur son fauteuil tournant.....

De récentes études ont montré qu'une grande quantité de jeunes tissent leur toile d' «amis » virtuels pendant environ 6 heures par jour sur les réseaux sociaux du net, au détriment des relations concrètes familiales et amicales, de la lecture ou du sport. On ne peut que se demander s'ils ne sont pas englués dans une toile d'araignée (spider web)qui va les réduire au même état d'enfermement mental et d'insensibilité  que Zuc....

Quel monde édifiant!

C'est vraiment vers ça qu'on va?


Marie Deval

Sortie :01 octobre 2010



Réalisé par :

David Fincher

Avec :

Jesse Eisenberg, Rooney Mara, Bryan Barter, Dustin Fitzsimons, Armie Hammer, Joseph Mazzello, Patrick Mapel, Max Minghella, Andrew Garfield, Alecia Svensen...

 

casting complet...



Distributeur :

Sony Pictures Releasing France

Genre :

Drame

Pays :

USA

Durée :

2h00

Titre original :

The Social Network

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïc 30/10/2010 20:26



J'ai vu ce film et  lu aussi les nombreuses citiques qui tournent autour de ce film. Parmi toutes ces critiques il a noté la qualité de l'interprétation de
Jesse Eisenberg dans le rôle du fondateur de facebook. Ce film ne parle pas de facebook  (on sait tous comment cela se finit ces histoires de "face" ! ) . N'étant pas adepte 
de facebook ( et ne pensant pas lêtre dans les siècles à venir)  c'était avec beaucoup d'appréhension que je suis allé voir ce film, mais c'est plutôt l'acteur principal (
que  j'ai vu  jouer dans un autre film qui était dans un tout  autre registre mais mais dont l'interprétation m'avais marqué)   qui m'a poussé  à dépenser 7
euros. Effectivement "le film est mené à un train d'enfer" pas dans le style avec des cascades, des explosions et des effets spéciaux derniers cris à couper le souffle ( ce qui prouve qu'on
peut faire de bon film  avec des moyens raisonnables) . Les scènes sont  haletantes , les dialogues sont vifs et parfois  rapides  même trop, car pour un non initié à
l'informatique cela pourra paraitre abscon ce qui fait qu'on a un peu de mal à suivre  les idées du personnage principal.


Certaines scènes reflètent ce que nous vivons actuellement. Les scènes sont celles où l'acteur principal:



Se fait "plaquer " par sa copine


Essaye  de  renouer avec  son ex-copine ,


Est devant son ordinateur en consultant frénétiquement une page facebook  dans laquelle  on voit la photo de son ex-copine, et chaque seconde l'acteur
principal appuyait sur  la touche F5 de son clavier pour actualiser la page facebook en espérant qu'il y ait un changement .



Sans entrer dans les détails de chaque scène, elles m'ont marqué à plus d'un titre.


L'essor d'internet à ces côtés positifs par exemple j'interviens dans la formation de jeunes étudiants qui veulent devenir professeurs des écoles. L'institut dans lequel j'interviens est basé en
Guadeloupe et à des annexes en Martinique et en Guyane.  Pour des raisons financières il n'est pas possible d'envoyer des formateurs de Guadeloupe régulièrement en Guyane et  en
Martinique. L'uitisation de l'internet est un outil indispensable à ce niveau. Je peux multiplier les exemples mais je vais m'en tenir qu'à cet exemple.


L'essor d'internet à des côtés négatifs au niveau des relations humaines ( car c'est  de ce thème que traite le film principalement) . Par exemple, maintenant on se fait "plaquer"
par sms .  Il n'y a qu'à voir comment ce jeune cycliste Guadeloupéen, à l'avenir surement prometteur, s'est donné la mort à son domicile suite apparemment à la réception sur son téléphone
portable d'un texto provenant de sa copine et mettant fin à leur relation. Ou encore la multiplication  des sites de rencontres et des chats en tout genre (en espérant que les
informations communiquées soient vraies!)  est symptomatique d'une "dématérialisation"  des relations humaines.  Facebook permet  de "se faire des amis" de part le monde
(le plus souvent  la majorité des amis sont situés dans une zone géographique  très proche, sur notre  petit archipel, j'en vois pas l'intérêt!) et beaucoup se
targuent  du nombre imporant  d'amis qu'ils ont sur facebook.  Qu'est-ce que l'amitié sur facebook  quand on ne prend pas le temps de connaitre quelqu'un et d'en apprendre sur
sa culture par exemple?  D'après ce que je vois de l'utilisation qui est  faite  de facebook dans mon entourage, c'est généralement du narcissisme numérique. Je peux encore
multiplier les exemples.


Facebook est un réseau social. Qu'est-ce qu'une société? Peut-on bâtir un modèle d'organisation des individus autour d'un clic de souris? Quel lien social existe-t-il entre deux
individus qui communiquent via un écran d'ordinateur?