Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Chlordéconne : Les mensonges du professeur Belpomme. 


( Le professeur Belpomme ).

 Un rôle des medias, et celui des chercheurs est d'étudier, et de dénoncer, s'il y a lieu, les errements d'une société qui trop souvent fait passer l'efficacité et le profit avant les intérêts réels de la personne humaine, à laquelle tout doit être ordonné.
Mais les chercheurs sont aussi, parfois, des politiciens pour qui la désinformation prime, pour toute sortes de raisons - par exemple la recherche facile de la notoriété - et qui recherchent parmi les journalistes et publicistes des complices de leurs aberrations.
Ici aux antilles nous sommes familiers de ces campagnes de presse où la vérité, et le souci de la santé publique ne sont que des prétextes à tout autre chose.
Ainsi sur la question de l'utilisation dans nos agricultures du pesticide dénommé le chlordéconne.
Les deux liens que vous propose Le Scrutateur doivent permettre de mettre en perspective le discours alarmiste et désinformateur de certaines officines spécialisées dans l'alarmisme subversif.


http://www.net-sante-environnement.fr/actualites/detail/19183/les-parlementaires-epinglent-les-mensonges-du-pr-belpomme.html 



http://www.senat.fr/rap/r08-487/r08-48714.html 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antoine de Panou 02/11/2009 01:12


Médias ? Vous avez dit médias ?

Mais, mon cher Scrutateur, la presse locale, et plus particulièrement la presse quotidienne est à l'information ce que les perroquets sont à la conversation : elle se contente de répéter mot pour
mot ce qu'elle entend, sans autre intervention que de choisir à quel genre de propos elle va servir d'amplificateur, et quel genre de propos elle va censurer.
La différence entre la prose de M. Jourdain et la presse quotidienne locale, c'est que M. Jourdain ignore qu'il distille de la prose, et que la presse quotidienne locale sait parfaitement qu'elle
ne fait pas de journalisme. Compte tenu d'un monopole (nullement béké, du reste et jamais dénoncé par les médias, et pour cause) les actionnaires de cette presse y trouvent leur compte puisque les
journaux en question se vendent bien, que les entreprises locales continuent à alimenter en publicité ladite presse qui les diffame perpétuellement, et que les agents de la subversion y trouvent,
pour certains, une rente de situation, et pour d'autres une tribune assurée puisque leurs petits copains sont dans la place.

Belpomme, certes, mais belles poires aussi, peut-on dire assurément de tous ceux qui financent d'une manière ou d'une autre une presse qui empoisonne plus sûrement les Antilles que tous les
produits chimiques les plus toxiques réunis. 


CH.FFRENCH 01/11/2009 15:37


J'ai lu aussi le site Net-santé senat.fr. Vu les"personnalités" qui le soutiennent! Cela ne m'étonne pas, que ce BELLEPOMME, soit un menteur, tricheur,etc...
Car, BERTRAND ET HULOT, se sont déjà fait remonter les bretelles par des scientifiques, DES VRAIS, à savoir la directrice du CNRS elle-même.
DE toutes façons, ces deux pré-cités: "C'est faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais! Combien de Co2 lâchent leurs hélicos??? Alors qu'ils veulent nous envoyer faire de la marche et du
vélo!!!Eh bien flûte!


CH.FFRENCH 31/10/2009 22:26


Ce professeur BELLEPOMME, a une très sale pomme!Est-ce lui qui déconne avec le chlordéconne?


Edouard Boulogne 01/11/2009 01:29


Oui, oui! C'est bien lui!


Chantal Etzol 31/10/2009 02:16


C'est une illustration du problème plus général de la vulgarisaion scientifique, aujourd'hui amplifié par une grande diffusion dans des médias, parfois à la recherche
"d'audimat " ou de rentabilité financière, plus que d'objectivité. Les manipulations de l'opinion, rendant impossible tout vrai débat
serein sur l'intérêt et les risques des OGM, en  sont une autre.
Les mystifications, elles,n'ont pas manqué à toutes époques, dans l'histoire des sciences.
La plus célèbre est probablement au XXe siècle,une "découverte" de la préhistoire, celle de l'Homme de Piltdown; le "chainon manquant", fabriqué à partir de fragments médiévaux de calotte
crânienne et d'une mandibule d'un orang-outan moderne,comme l'ont révélé une étude détaillée des pièces et une datation ultérieure précise... Seuls, un prêtre français, l'abbé H. Breuil
et quelques autres spécialistes américains de cette période,ont émis des doutes, sans être entendus... L'Ancêtre parfait!
L'origine de la supercherie n'a jamais été vraiment élucidée.              Chantal Etzol