Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ce que veulent réellement Marie-Jeanne et C.Lise. 


(Suite à une correspondance entre un électeur martiniquais et monsieur José Alpha, maire de Ducos, (et favorable au choix de l'article 74), le professeur Jean Crusol a bien voulu répondre et apporter ses remarques d'expert, juriste et économiste ).



 

 

 

 

 

 

Cher T... ,

 

Je reviens à ton courrier adressé au Maire de Ducos,favorable à l'Autonomie et à l'article 74 ,le mettant fort justement en garde contre le risque de perdre les avantages du dispositif de Mutualisation Nationale en faveur des assurances des DOM en cas de catastrophes naturelles .

 

 La réponse qui t'a été fournie par Monsieur José Alpha à ce sujet ne me paraissant pas convaincante et satisfaisante , j'ai demandé au Professeur Jean Crusol d'analyser les arguments de Monsieur Alpha .

 

Je te livre ainsiqu'à nos amis son analyse et ses commentaires .

 

 

Bien Amicalement.

JC M. 

 

 

 

 

Commentaires : ( de M. Jean Crusol).

1)       Ce ne sont pas « les Martiniquais » qui ont demandé une « évolution institutionnelle et statutaire » dans le cadre de l’article 74, mais un certain nombre de membres du congrès de la Martinique. Un nombre croissant d’entre eux ce sont rétractés depuis le 18 juin 2009, ou ont été désavoués par leur parti ou soutien politique.

2)       Il est absolument malhonnête de leur part de dire qu’il s’agit d’obtenir   des « compétences d’adaptation des lois et règlements car non seulement le congrès demande ces compétences comme « compétences propres », mais de plus les « compétences d’adaptation » et de « décision législative » existent dans l’article 73. On ne voit donc pas pourquoi il faudrait changer d’article pour cela. (souligné par Le Scrutateur ).

3)       Combien faudra-t-il répéter que ce n’est ni le congrès de la Martinique , ni Marie-Jeanne, ni Lise, ni Sarkozy lui-même qui décide du contenu final de la « loi organique » mais le Parlement ? Et dans ces conditions on ne peut savoir à priori quelles compétences elle comportera et surtout, comment celles-ci seront financées, ou comme le dit maladroitement l’auteur de cette missive, « quels moyens seront octroyés à la COM 74, par l’État ».

4)       La revendication de compétences discriminatoires en matière de foncier et d’emploi conduira la Martinique à sortir de l’UE. Or, la loi sur les catastrophes naturelles ne s’applique pas aux territoires qui ne font pas partie de l’Union Européenne : Polynésie, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna

5)       Enfin, l’argument qui ressort de cette présentation des choses, argument selon lequel le congrès n’a demandé « que des compétences limitées » dans  le cadre du 74, dévoile les véritables  intentions de ses promoteurs. Avec le Marie-Jeanne et le MIM à leur tête, ce qu’ils veulent, c’est faire sauter le verrou que constitue la consultation de la population, et ouvrir la voie à l’évolution vers l’indépendance. En effet, dans l’article 74, il n’y a plus de consultation de la population quelles que soient les nouvelles compétences et les nouveaux statuts demandés par les élus. ( Souligné par Le Scrutateur ). Si telle n’était pas leurs intentions pourquoi ne se contentent-ils pas de demander des habilitations (sur des questions mineures selon eux !) dans le cadre de l’article 73 ?

 

Bien qu’ayant pris la peine de répondre, sur un plan juridique, aux questions qui ont été posées, je crois Jean-Claude, qu’il n’y a plus à prendre tant de précautions avec cette bande de manipulateurs. Il est clair que ce que Marie-Jeanne et sa clique veulent, c’est conduire la Martinique à l’indépendance. Il faut les dénoncer comme tels. Accepter de discuter les questions juridiques c’est entrer dans leur jeu. Amitiés. JC .

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dissident 09/11/2009 13:28


NON le 17

NON le 24

NON aux macoutes du MIM en mars


François Simon-Pierre 09/11/2009 12:51



La vérité, à l'inverse de la manipulation, n'a pas besoin de fioritures pour dire les choses comme elles sont (en réalité). M. Crusol nous rappelle au plus
élémentaire bon sens : à quoi sert-il de discuter avec le menteur, puisqu'au départ celui-ci triche. Merci au système actuel, qui nous donne l'occasion de démasquer - par des non massifs -
l'imposture (le coup d'État, dirait mon ami Tikitak Georges), qui, si elle parvient à ses fins aura des conséquences irréversibles et catastrophiques.
Rappelons-nous ce que qu'écrit Jean Crusol, dont la rigueur intellectuelle et la droiture réhabilitent partiellement (le cas est trop isolé) le blason de notre classe politique locale : tout ceci
n'est qu'une mise en scène de quelques maîtres-savane, et bien des masques sont tombés.
Il apparaît aujourd'hui qu'il y a mystification. Aussi, jusqu'à plus ample information, les "maîtres de la mystification" ayant déjà rendu leur copie, on a l'impression qu'en dehors de quelques
rêveurs mystifiés, de quelques radicaux et... du Président de la République, tout le monde a compris qu'il s'agissait d'une magistrale imposture déguisée en "vox populi". Évidemment, la réponse
au référendum sera aussi la réponse à la question : à quelle représentativité peuvent légitimement prétendre ceux qui s'expriment au nom du peuple ?