Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Bravo Victorin! 

V-Lurel.jpg
Les élections régionales approchent. Le Scrutateur n'est pas un parti politique, et dès lors n'a pas de consignes de vote à donner. C'est clair.
Mais certains de nos lecteurs qui veulent bien tenir compte de nos analyses, m'interrogent sur mes intentions personnelles.
Mon avis est que les élections qui viennent ne sont pas tout à fait comme les précédentes.
Cette année qui s'achève a été particulièrement coûteuse pour la Guadeloupe, et dangereuse pour son avenir.
Les indépendantistes guadeloupéens, se cachant sous l'apparence d'un "mouvement social" ( LKP) ont remis en question le statut de département pour notre île, et militent pour un changement de statut. Sous le masque d'une évolution vers l'article 74, ( autonomie) ils veulent nous faire franchir un pas de plus vers l'indépendance de la Guadeloupe. 
Bien des gens parmi ceux qui en février et mars avaient été abusés, ont commencé à ouvrir les yeux. Mais dans la classe politique, certains leaders, intimidés, pris en otage, ne savent pas se positionner clairement, aussi bien à droite qu'à gauche. 
Nous autres, électeurs de base, nous avons à prendre conscience  de l'ambiguité de cette situation, et devons remettre en cause notre comportement habituel qui consiste à voter, par delà les personnes, pour les partis qui se réclament, selon nos tempraments, où nos idées politiques de droite et de gauche.
A mon sens il faut pour cette fois au moins, réviser cette manière de faire.
Car il n'est pas évident que, pour un homme qui vote ordinairement " à droite ", l'UMP, par exemple, soit le meilleur cheval. Et l'analyse vaut également pour les gens " de gauche ".
Pour moi qui suis pour le maintien de la Guadeloupe dans l'article 73, il n'est pas sûr que l'UMP soit le meilleur choix, parce que pendant longtemps, avant 1999, et la fameuse "déclaration de basse Terre, ce parti a défendu la départementalisation. Le fait-il encore aujourd'hui? Je lui demande des engagements fermes qui vont dans le sens de ce que je veux. Sinon....
Je crois chers amis, que nous avons à rappeler à nos hommes politiques, que c'est nous qui les élisons, qui les faisons "rois". Nos voix ne leur sont pas acquises pour leurs beaux yeux, et pour qu'ils fassent ce qui leur plait, selon leurs intérêts du moment, au gré des pressions qu'ils subissent, de l'UGTG, ou de tout autre.
Mon choix personnel pour l'élection régionale qui vient,  n'est pas fait.
Mais, ce qui est certain, c'est que, moi qui ne suis pas socialiste, si le scrutin se déroulait aujourd'hui ( 16 décembre 2009), c'est pour la liste conduite par Victorin Lurel que je voterais, parce que sur la question à mes yeux principale ( celle du statut) c'est lui qui est le plus proche de ce que je souhaite, moi.
Nos voix nous appartiennent, il nous faut les utiliser en toute souveraineté.
Pour conclure, je voudrais féliciter Lurel, pour la clarté et le courage de ses déclarations, samedi dernier dans France Antilles. On peut la lire ou la relire en cliquant sur le lien ci-dessous, et la conserver dans les archives de notre ordinateur.

Edouard Boulogne.

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/politique/victorin-lurel-candidat-aux-elections-regionales-y-aurait-il-une-malediction-qui-frappe-la-gauche-dans-ce-pays-12-12-2009-59940.php 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chantal Etzol 25/12/2009 13:55


Le texte du Président Lurel,en date du 21/12/09, est effectivement un appel au sursaut de tous les guadeloupéens pour leur région,au-delà des sectarismes partisans.
Deux phrases expriment assez bien le constat et l'engagement:
"La démesure en fleurissant produit l'épi de la folie  et la récolte est une moisson de larmes" citée du poète Eschyle.
"A l'aventure,je préférerai toujours,pour ma part, le concret ."
Assez de folie et de larmes: la vie,la maladie,la mort nous en apportent suffisamment comme cela!  Efforçons-nous de nous retrouver sur le CONCRET!     
Chantal Etzol


michou 22/12/2009 17:38


Le président Lurel a renouvelé ses prises de position de France Antilles dans son adresse aux élus régionaux réunis en plénière ce lundi.

"Concernant le statut, je reste persuadé qu’il doit découler d’un projet et qu’en faire un préalable constitue une faiblesse de la

"Je reste encore plus persuadé que le statut n’est pas aujourd’hui une priorité pour les Guadeloupéens, qui attendent de nous que nous prenions à bras le corps les possibilités que nous offre
aujourd’hui l’article 73 pour exercer davantage de responsabilités au niveau local, tout en demeurant dans le droit commun avec un cadre juridique stable et garanti".

"La Guadeloupe diverse, métisse et multiculturelle espère une parole politique apaisante et non stigmatisante. Cette Guadeloupe noire, blanche, africaine, européenne, indienne, syrienne, libanaise,
asiatique, attend des actes forts qui assurent à chacun une place dans notre creuset."

"La Guadeloupe qui veut avancer attend de ses représentants élus qu’ils sachent établir des relations franches, mais constructives, avec l’Etat et avec le Gouvernement. Des relations qui aillent
bien au-delà des postures de matamores sectaires au motif que le Gouvernement n’aurait pas la bonne couleur politique ou pire, au motif que le gouvernement est français. La Guadeloupe veut être à
l’aise dans la République et à l’aise dans sa quadruple identité guadeloupéenne, caribéenne, française et – j’ose le dire – européenne. Ce que nous avons encore à conquérir pour mieux affirmer
notre identité est à portée de main, sans avoir à basculer dans une rhétorique anti-française à laquelle la plupart de nos compatriotes n’adhèrent d’ailleurs pas".

A lire en intégral


philou 18/12/2009 15:53


en tous les cas, cette fois, je ne voterai pas à droite. Car je suis contre le 74. Alors là Marie-Luce je crois que tu as perdu la partie.


nicolas 18/12/2009 12:39


Bonjour, Pour faire un résumé, je me permettrais de dire que nous avons actuellement 2 camps pour les élections régionales de  2010. A gauche, le P.S. et Victorin Lurel est pour l'article 73
"renforcé" mais nous avons aussi le GUSR qui se positionne pour le 74. A droite, l'UMP et le Nouveau Centre sans de tête de liste déclarée pour le moment, Marie-Luce Penchard s'est clairement
prononcée pour l'article74 car Nicolas Sarkozy y est favorable concernant les DOMs. Vous oubliez de parler du centre, le Modem, qui s'est clairement prononcé par la bouche de Marielle de Sarnez de
passage en Guadeloupe ce weekend, pour l'article 73.


Edouard Boulogne 18/12/2009 14:21


En effet! cher monsieur.
Et bien que Le Scrutateur ne soit inscrit dans aucun parti, se décidant pour l'un ou pour l'autre en fonction de la concordance de leurs intentions avec les options du Scrutateur et de ceux de ses
lecteurs qui le suivent, je note avec plaisir le "bon choix" que le Modem a fait, concernant l'avenir de la Guadeloupe.
Vous l'avez noté, le Site du Modem-Guadeloupe fait parti des liens permanents du Scrutateurs dpuis un bon moment déjà.

Edouard Boulogne.


GC 17/12/2009 21:18


Je lis la réponse de manoucha et une réflexion me vient à l'esprit. fortuite?
Caribcreole1 est sponsorisé par les Conseils régional et général! 


manoucha 16/12/2009 20:51



Bravo monsieur pour votre clairvoyance!
Ces élections régionales de 2010 sont d'une importance capitale pour notre pays. Celui-ci est à un tournant de son histoire.
Il s'agit de ne pas se tromper devant les revirements permanents de certains de nos élus. Hier pour un changement de gouvernance avec l'article 74, aujourd'hui pour l'assemblée unique dans le 73,
ils ne savent plus quoi dire, quoi inventer pour arriver à leurs fins: le changement statutaire., condition indispensable de notre INTEGRATION dans la Caraïbe. Ils nous trompent sans vergogne,
nous induisent en erreur et pourraient même se passer, en cas de consensus, de notre avis via un référendum.
Cette campagne électorale, telle qu'elle a commencé, ne se déroule que sur fond de "cancan" entre élus.Ce qui fait le bonheur de nos médias. Quand parlera-t-on des véritables problèmes de notre
pays?
Avant de faire notre choix, il faudrait se poser les bonnes questions et se méfier des propositions tordues.