Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Tunisie : Vae Victis ( malheur aux vaincus ).

 

benali_boutef_kadhafi_mour.jpg   ( Rencontre de démocrates. Ben Ali, MONSIEUR le colonel Kadhafi, Et au premier rang, de profil, l'un des grands "libérateurs" du "PEUPLE" algérien, MONSIEUR Boutlefika! ).

 

 

 

Il ne manque pas de dictatures de par le monde. Celle du lybien Khadafi, l'une des plus arrogantes, celle de Fidel Castro, qui ne manque pas de fidèles, si j'ose dire, en Guadeloupe. Idem pour celle du sieur Chavez, au Vénézuela, admirée de nos indépendantistes guadeloupéens, les Domota, Clavier et consors ( et de leur vicaire! ), celles des dirigeants nationaux-socialistes chinois, etc, etc.

Ces messieurs coulent pour l'instant des jours tranquilles aux dépens de leurs peuples.  Au nom de ces  PEUPLES, bien sûr, des droits de l'homme, et du devoir de s'insurger contre l'outrancière domination des nations d'Europe et d'Amérique du nord. Ils sont d'ailleurs reçus, avec courtoisie et respect par les "grands" de ce monde.

Hier encore, M. Zine el-Abidine Ben Ali, président de la république de Tunisie était membre de ce cercle..... assez large.

 

cerf_ben-ali.jpg


Je n'ai aucune raison d'éprouver la moindre sympathie pour l'ex chef de l'Etat tunisien. Mais enfin, j'observe librement ce qui se passe aujourd'hui, où il vient de fuir son pays soulevé contre lui ( Par qui? Telle est la bonne question. Car les manifestations "spontanées, de cette ampleur ?!! ) .

Par exemple à la télévision française, ou hier encore, à l'occasion de sa dernière intervention télévisée, et qui n'était pas connue comme telle, il était traité de "président Ben Ali".

Aujourd'hui, c'est : "Ben Ali a pris la fuite pour une destination inconnue, probablement un pays du moyen orient".

Ben Ali, en attendant mieux, ou pire.

Plus que jamais l'adage romain sécrète son éternelle vérité : "Vae Victis", malheur aux vaincus. Puissions nous ne pas oublier non plus cet autre aphorisme sur la justice "éternelle fuyarde du camp des vainqueurs".

Je ne défend pas l'ex président tunisien. Probablement, en 23 ans de pouvoir, avait-il profité de sa fonction pour s'enrichir prodigieusement, ainsi que les gens qui l'entouraient et l'avaient ,probablement, peu à peu transformé en instrument de leur cupidité, comme à Cuba, en Lybie, en Algérie, et ailleurs, dans les pays où les peuples "se sont libérés de l'Occident" ( sic ! ) et ont fondé, il y a un demi siècle, le régime des droits de l'homme désaliéné. ( Comme ils disent, grand Dieu!).

Les peuples?

Serait-ce le peuple qui règle ses comptes aujourd'hui en Tunisie?

Il y aura sûrement des naïfs pour le croire.

Comme disait l'autre " la révolution c'est l'art d'agiter les peuples avant de s'en servir".

Donc, Wait and see"!

Je ne défend donc pas M. Ben Ali. Mais considérant les images de violences retransmises par la télévision, celle des "grands leaders" de la JUSTIIIIICE, et du BIEN, beuglant devant les caméras, les mêmes slogans éculés que l'on rabache en pareilles occasions depuis la plus lointaine antiquité, il m'est impossible de ressentir autre chose qu'un mélange de lassitude et de dégoüt.

Dieu! que tout cela est monotone, répétitif, inutile.

Vous entendrez demain Domota (et son vicaire), comparer Lurel ou Sarkozy, ou B.Hayot, aux Ben ALI, de toutes sortes, et la révolte tunisienne aux spasmes du LKP.

Et il y aura des imbéciles pour les croire, pour beugler, dans la rue peut-être, à la tévision certainement.

Seule la bétise est éternelle.

 

Gérard Vergé-Lauriat.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland Tikitak 16/01/2011 16:01



L'actualité doit être appréciée dans son ensemble : ainsi ce message de félicitations de Barack Obama au peuple tunisien dont il salue le courage et la dignité. Cette dépêche trouve parfaitement
sa place au milieu d'autres qui informent que "les saccages et les pillages se multiplient" ; tandis que "l'insécurité grandit à Tunis". Le rapprochement des mots et des faits en dit long sur la
compréhension de M. Obama de ce qu'il dit, ou alors que ses réelle intentions. Dans ce contexte, on mesure mieux l'amateurisme de M. Obama et le caractère très approximatif de son exercice dans
le rôle de Président de la première puissance du monde, qui requiert une certaine adéquation dans les démarches, comme dans les signaux qu'il adresse à la cantonade. Rappelons qu'il y a peu, M.
Ben Ali recevait régulièrement sourires, félicitations et tapes amicales ans le dos pendant les grotesque accolades que se donnent les puissants de ce monde (tout le temps que l'un d'entre eux
peut être qualifié de puissant). Rappelons également que la Tunisie, pays laïc jusqu'à présent risque, à la faveur des événements actuels de tomber comme un fruit mûr dans la mouvance islamique
qu'il est convenu d'appeler radicale (elle y est en tout cas davantage exposée). Enfin, lorsque l'on a vu Marie-Georges Buffet pétarader dans les rues de Paris en compagnie de l'ineffable Huchon
et du non moins caricatural Besancenot, on ne se souvient pas de pareilles transports de joie communiste lors de la chute du mur de Berlin, événement autrement symbolique et bien plus important
que la chute d'un autocrate africain qui a bénéficié, tout au long de l'exercice de son pouvoir, des plus touchantes risettes de la Communauté internationale, qui jette bien vite les vaincus à la
décharge du Vae victis. Nos dirigeants sont de plus en plus ploucs, on dirait : depuis une dizaine d'années, la familiarité dans la vulgarité a remplacé le protocole et les usages diplomatiques :
on s'échange de voluptueux bisous, pour mieux retirer la chaise de celui qui a besoin de s'asseoir : on se tu- toie pour mieux se tu-er ?


O tempora o mores !



François 15/01/2011 04:20



A propos de la Tunisie, la solution à la vacance du pouvoir est extrêmement simple:


Observez qu'un peu plus au sud il y a un pays qui a 2 présidents, dont un dictateur diplômé, 20 ans d'expérience, motivé et tout.


le profil idéal!


Enfin, tout ceci  serait réellement drôle si ces fripouilles n'avaient pas du sang sur les mains...