Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Benoit XVI : même BHL se rebiffe. 

( La campagne de diffamation constante en France ces derniers temps, émanant de milieux matérialistes, et nihilistes, à forte connotation marxiste, dirigée contre l'Eglise catholique,  ce facteur fondamental de résistance à la liquéfaction spirituelle et morale  qui ronge notre société continue à battre son plein. Cette faction a ses boucs émissaires, parmi lesquels tantôt Pie XII, tantôt Benoit XVI, ou les deux en même temps.
Mais l'excès de ces campagnes de presse mortifères qui s'adressent à des incultes et/ou à des imbéciles, finit par lasser, voire exaspérer même des personnes qui ne sont pas spécialement chrétiennes. Tel BHL (Bernard-Henri Lévy qui dans un numéro récent du journal Le Point a.... remis les pendules à l'heure. Je vous propose de le lire. EB).

bhl


http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/2010-01-21/servitudes-et-grandeur-de-benoit-xvi/989/0/415914 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

deef 07/02/2010 19:53


C'est en toute connaissance de cause que je récuse Pape et Église, encore que je réfute l'idée même d'avoir à me justifier une quelconque connaissance de quoi que ce soit pour ne croire ni en dieu
ni en diable. Manquerait plus que ça.
Il n'est, depuis plus d'un siècle en France, cher monsieur, aucune obligation pour quiconque de croire ni d'avoir à se justifier de son athéisme.
Et non, je ne lis pas les encycliques, ce qui ne veut pas dire que je sois communiste. On peut tout de même refuser la religion sans pour autant être taxé de communiste : selon vous, si on supprime
les religions, on tombe obligatoirement dans le communisme ? C'est tout aussi réducteur que mon provocateur "secte qui a réussi" — que je modulais pourtant avec un peut-être.
Quant à votre "il faut éviter d'en parler", tout sauf pédagogique, sous-entendrait-il que seuls les théologiens sont autorisés à parler de religion ? Si c'est le cas, rien ne me renforce plus dans
mes convictions d'hérétique. Me brûlerez-vous en place de Grève ? :p


Edouard Boulogne 07/02/2010 23:20


Eh bien! J'en prends acte. Voilà, voilà, voilà!
Quelques précisions :
1) Vous n'êtes pas l'inventeur de la formule sur la "secte qui a réussi". Je ne saurais vous dire qui a proféré le premier ce slogan. Mais il était déjà fort en vogue en 1900, au temps du
"petit père Combes", au moment de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. M.Combes était lui un théologien, il avait même été au séminaire dans sa jeunesse. Staline aussi avait été au séminaire!
(religion orthodoxe).
2) De même je ne vous ai pas dit que "supprimer les religions faisait tomber (le verbe est de vous. Ah! l'inconscient!) dans le communisme. J'avais noté que le communisme et le nazisme avaient été contre les religions. Mais ces deux idéologies n'ont pas le monopole de
l'antireligion. La palette des "humanistes" est bien plus étendue. Quoique on ne sorte pas du "religieux" comme cela. Et bien des adversaires du christianisme, et, croient-ils, de toute religion,
adhèrent en fait à bien des religions païennes sans même s'en douter. Un petit parcours dans le panthéon des mythologies antiques  (pas seulement gréco latines, mais aussi germaniques, et non
européennes) est très instructif.
Il existe un fort penchant actuel chez les esprits" libérés " en faveur de Gaïa la terre, déesse mère. Ces gens là ne supportent pas les monothéismes, et en particulier le christianisme.
Il faut lire Luc Ferry à ce sujet, en particulier son récent La sagesse des mythes (Plon) et son plus ancien Le nouvel ordre écologique (Grasset) auquel Le Scrutateur a consacré une étude qui se voulait approfondie. Et Luc Ferry n'est pas croyant, c'est un agnostique,
mais qui se tient informé.
3) Je ne vois pas où j'ai dit "il faut éviter d'en parler". Je crois seulement que dans l'absence d'information il faut suspendre son jugement. Ce n'est pas pareil.
4) Enfin, monsieur, sachez que je n'ai aucun goût pour les venaisons humaine. Je ne vous brûlerai pas, ni en place de grève, ni ailleurs. Ma religion me l'interdit. Louez-en le Seigneur!
Et puisque vous avouez avoir, ici et là, avoir été un peu provocateur, permettez-moi, à défaut d'eau bénite, vous êtes hors de ma portée, de vous dire, avant que vous alliez reprendre quelques
forces dans un sommeil réparateur, de vous dire donc, avec le sourire un peu moqueur c'est vrai, mais vous me semblez plus jeune que moi, et susceptible ( un peu, un tout petit peu...!) : Allez en
paix, mon fils!"!
E.Boulogne


deef 07/02/2010 17:59


Effectivement ça remet les pendules à l'heure, même si les positions du pape, l'actuel comme son prédécesseur, sur certains autres sujets, sont toujours à double lecture, pour ne pas dire jamais
très franches et même très paradoxales : en un mot, jésuitiques en diable.
Je pense notamment à ces prêtres intégristes voire négationnistes qu'il a récemment réintégrés au sein de l'Église, au prétexte de "faire la paix" après des années de schisme (d'un côté on condamne
le nazisme, de l'autre on réintègre des nazillons de bas étage...) et notamment à la prévention du sida, qu'il flingue allègrement avec ses avis plus que douteux sur le préservatif, au nom d'un
"croissez et multipliez" complètement suicidaire aujourd'hui, en ces temps de pandémie et de surpopulation mondiale chroniques.
En résumé, pour moi, les religions ne sont bien que "l'opium du peuple", des instruments d'asservissement qui devraient être éradiqués une bonne fois pour toutes afin que l'humanité cesse de
s'entredéchirer pour des questions aussi stupides que celles relatives à un dieu aussi hypothétique qu'inutile.
L'Église est peut-être une secte qui a réussi mais elle est en déclin (et c'est tant mieux) et le pape, peut-être un "chef" spirituel mais complètement anachronique. L'une comme l'autre sont à
éviter (très) soigneusement.


Edouard Boulogne 07/02/2010 19:22


C'est votre avis. Mais comme ne diraient pas les dupont-Dupont je ne le partage pas.
On ne pense pas avec des slogans ( "la secte qui a réussi"). Eradiquer totalement les religions? Certains y ont pensé. Au XXème siècle le nazisme,
et le communisme. On sait ce qu'oil en a coûté à l'humanité, pas seulement aux catholiques, et aux juifs.
Je comprends fort bien qu'on ne soit pas catholique. Encore faut-il que ce soit en connaissance de cause.
Avez-vous seulement une connaissance du christianisme qui s'élève au dessus des slogans que vous avez énoncés ci-dessus.
Avez-vous lu la dernière encyclique de benoit XVI Amor et caritas? Et des autres? et de l'histoire de l'Eglise, et des philosophes chrétiens?
Je sais cela demande du temps, des efforts.
Vous n'en avez peut-être rien à cirer.
OK! Mais alors il faut éviter d'en parler, surtout sur ce ton...péremptoire.
Sans rancune monsieur,
E.Boulogne


Raymond Tikitak 02/02/2010 12:57


C'est Saint Jean qui le dit : "La vérité vous rendra libres" (Jean, 8, 31-42). Voilà une chronique qui est tout à l'honneur de Bernard-Henri Lévy. Une chronique qui montre la lâcheté, et par-dessus
la lâcheté, la nullité méprisable - la faute professionnelle inexcusable - de soi-disant journalistes qui passent leur temps à propager des erreurs, et, bien au-delà des montages délibérément
falsificateurs dont la finalité est d'asservir la mémoire au mensonge. La Vatican, combien de divisions ? La question posée par Staline est toujours d'actualité. Car comme l'a fait avant lui Éric
Zemmour, "BHL" n'a fait que mettre en avant ce que TOUT LE MONDE SAIT (ou pourrait savoir sans se donner trop de mal, à condition de chercher dans la direction de la vérité et non dans celle du
mensonge)...
Le pire, c'est lorsque quelques prêtres dévoyés comme il en existe tant - il eût mieux valu que ceux-là ne fussent jamais ordonnés - relaient le discours menteur et démolisseur (car c'est la foi
chrétienne qui est visée par les agents du Prince du mensonge) amplifié par des gueux pour exciter des sots, ce qui marche toujours. Ils peuvent être reconnaissants à M.M. Zemmour et Lévy de leur
donner une petite chance de se remettre sur le chemin de la... Vérité (qui est aussi le chemin et la vie qu'ils prétendent avoir choisi de servir).

Si la vérité rend libre, la témérité du jugement - autrement dit l'assurance dans l'ignorance - est cause de déshonneur, mais qu'importe aux menteurs, puisque ces derniers ignorent que l'honneur
est indissociable de la vérité.