Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

roselyne_bachelot_afp.jpg  ( Je m'excuse, lecteurs, de vous offrir cette image de cauchemar. Mais enfin, il faut regarder la réalité en face ). 






Y a-t-il encore une droite en France? Oui. Mais elle est dans le peuple, et non dans ses prétendus représentants.

Je ne veux pas dire que tous les parlementaires UMP sont pourris, gagnés à l'esprit d'abandon contre lequel lutta toute sa vie le général de Gaulle, et par peur des oukases de la gauche qui donne le ton en dépit de ses échecs de plus en plus patents. Mais ceux qui demeurent sains devront très vite maintenant se décider à sauter le pas. Rompre avec l'UMP, fonder le parti d'une Droite Forte, s'entendre avec des partis intéressants comme le PCD ( Parti chrétien démocrate, entre autres ), pour proposer une alternative au peuple de France. Je n'ai pas parlé du Front National. Non que je l'exclus de la compétition pour le pouvoir. C'est même le contraire, pour moi, et depuis de nombreuses années.

Mais le parti que préside Marine Le Pen malgré le ton nouveau adopté par ce remarquable leader, n'est pas encore mûr pour le pouvoir, et n'a aucune chance de pouvoir gouverner seul. Il ne s'est pas encore totalement libéré de certaines tares héritées de l'époque de Jean-Marie Le Pen. Il doit aussi cesser de s'ériger en détenteur unique du patriotisme français.

Quoiqu'il en soit, son évolution est positive et devrait permettre à terme la collaboration avec d'autres parties de la droite à condition que celle-ci s'émancipe de ses dirigeants actuels si bien représentés par une Nathalie Kosciusko Morizet, une Roselyne Bachelot, ou encore ceux ( et il y en a d'autres ) qu'énumère l'article ci-dessous du dernier numéro de Valeurs Actuelles.

LS.






Les dégonflés de la droite

 

http://valeursactuelles.com/d%C3%A9gonfl%C3%A9s-droite#.UsXsMeM3pBi.twitter

 

Déserteurs.Ils se soumettent aux diktats de la gauche, redoutent ses oukases et subissent sa “doxa”. Revue de détail de ces nouveaux adeptes du politiquement correct.

S’il fallait trouver une incarnation de cette droite honteuse, le symbole Roselyne Bachelot suffirait amplement. Pionnière en la matière, l’exministre de Sarkozy, qui n’aura jamais cessé, en trois décennies de carrière politique, de prendre des positions à rebours de son camp et de ses électeurs, assume aujourd’hui sa soumission à la doxa. Si elle jure qu’elle n’a « pas changé de bord », Bachelot n’y va pas de main morte : sitôt Hollande installé à l’Élysée, elle rejoint sans attendre, en tant qu’experte, la commission Jospin pour la rénovation de la vie politique, puis, en tant que chroniqueuse, l’émission culte du politiquement correct, le Grand 8, avec Laurence Ferrari, avant d’intégrer, début 2013, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes lancé par Najat Vallaud- Belkacem…

Non contente d’avoir défilé pour le “mariage pour tous”, elle a même posé en “couple gay fictif” avec la journaliste Audrey Pulvar sur un calendrier militant pour le mariage homo ! Voilà pour la politique. Car la consensuelle “Roselyne” se paye aussi le luxe de jouer dans un épisode de série télévisée ou encore de dévoiler son salaire (250 000 euros par an), sacrifiant une fois de plus sa dignité à l’air du temps…

Dans le sillage de Bachelot, certains, à droite, ont cédé au catéchisme de la gauche par crainte de subir une condamnation médiatique. Qu’il s’agisse de Franck Riester ou de Benoist Apparu, parmi les parlementaires de droite à avoir voté le “mariage pour tous”, de Luc Chatel qui a introduit la théorie du genre dans les programmes scolaires, de François Baroin qui, après avoir proposé, en 2005, de limiter le droit du sol « dans certaines collectivités d’outre-mer » comme Mayotte, sermonne aujourd’hui son ami François Fillon, au motif que proposer cette mesure suscite une levée de boucliers des antiracistes… tous ont, à un moment, courbé l’échine devant les diktats du politiquement correct. Sans oublier Bruno Le Maire, qui n’a pas attendu deux heures de polémique pour se dire « choqué » par la retraite du patron de PSA, Philippe Varin…

Que penser de ces “déserteurs” de la droite ? Alors qu’on lui demandait quelle serait sa réaction s’il devait passer 24 heures dans la peau de Roselyne Bachelot, l’ancienne plume de Sarkozy, Henri Guaino, avait eu une réponse sans nuances : « Je me suiciderais ! »

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CH.FFRENCH 03/01/2014 11:02


Avec qui ???


Pas avec ce grotesque clown qui illustre cet article, avec son sourire bouffi ?


Non plus que la pâlotte NKM ?


Rien ni personne ne laisse supposer qu'il y a une droite en France, aujourd'hui!


Pas la moindre petite "boîte à outils"!!!

castets 03/01/2014 07:13


Bonjour Mr Boulogne,


Pourquoi délayer par passion du clavier !


Pour moi, elle ne renie pas ses origines professionnelles . Elle est la parfaite image de la chimie pure et instable, pilotée par un ordinateur alimenté par une éolienne ! Cette parabole pourrait
hélas être appliquée à de très nombreux Politiques. Le peuple, habitué, lassé, conditionné, ne se méfie plus des combinaisons aléatoires  ; pour sa défense, le Panurgisme est néanmoins
reposant !


Bonne journée Cjj


 

Ch.Etzol 03/01/2014 02:53


Le peuple de droite,c'est ainsi celui qui s'est mobilisé au côté d'autres nations pour obtenir que  les parlementaires européens repoussent à nouveau le rapport estrela proposant à
l'Union Européenne : le financement de l'avortement dans le monde,la recherche sur l'embryon humain, la réduction du droit à l'objection de conscience et l'obligation d'enseigner la
théorie du genre à l'école.  C.E.