Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

( Article cité par Le Salon Beige ).

 

Pie XII avait prévu de renoncer

Les circonstances étaient différentes, mais cela montre que la renonciation n'est pas vraiment une nouveauté, même si elle reste exceptionnelle :

P"Pie XII avait eu vent d’un plan d’Hitler — dont la détestation du christianisme était de notoriété publique — visant à arrêter et enlever le pape. Or, cette situation — qui restait hypothétique — avait eu un précédent, un siècle et demi plus tôt.
Le 15 février 1798, le pape Pie VI est déposé et fait prisonnier par… la République française, qui a envahi Rome. Il meurt le 29 août 1799, à Valence, toujours prisonnier. Durant sa captivité, le pape est resté pape, même prisonnier. Il est donc impossible de procéder à un conclave pour élire son successeur. Et contrairement à Benoît XVI, Pie VI ne peut même pas renoncer à son ministère, puisque cette renonciation, pour être valide, doit être faite en pleine liberté, sans aucune contrainte… Or, Pie VI est prisonnier. L’Église n’a donc d’autre choix que d’attendre sa mort ou sa libération.
C’est cette situation dramatique que Pie XII a voulu éviter. Sa stratégie fut donc de laisser une lettre de renonciation dans les mains d’un laïc au Vatican, et de prévoir le déplacement du Saint-Siège au Portugal, d’où les cardinaux auraient pu élire en paix le nouveau pape. Le pape a expliqué : « Si je suis enlevé, c’est Eugenio Pacelli qui sera prisonnier, et non Pie XII. » Le pape avait raison. Hitler avait bien un plan, dont l’exécution était prévue pour 1943. C’est le général allemand Karl Wolff qui mit fin à cette idée."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article