Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Arnaud_Gouillon_small.jpg

 

Arnaud Gouillon, est péremptoire, il manque de nuances par moments? Peut-être. Mais il est jeune, l'expérience lui apprandra à moduler certains de ses jugements.

Mais Arnaud Gouillon exprime ce que des Français de plus en plus nombreux (et parmi eux nombre de personnes colorées )  ressentent, et commencent à exprimer.

En écoutant ce discours je pensais au livre dont Le Scrutateur recommandait récemment la lecture : Le camp des saints de Jean Raspail, qu'il faut lire absolument, et qui aussi, dans les limites du genre romanesque ( mais avec aussi ses avantages ) nous lance un avertissement solennel, avant qu'il soit trop tard.

Ecoutons M. Gouillon, avec esprit critique, mais sans hostilité a priori.

LS.

 

 

http://bloc-identitaire-lyon.over-blog.com/article-arnaud-gouillon-sur-france-o-64613428.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric Coriolan 05/05/2011 14:50



Bonjour M. Boulogne,


Heureux, sans a priori, de vous savoir sensible aux thèmes de l'identité et du localisme. Comment déclineriez-vous alors les propos de ce jeune Gouillon à notre Guadeloupe ?!


Le monde bouge ! Gardons espoir !



Edouard Boulogne 05/05/2011 15:30



Le Scrutateur est sensible au thème de l'identité et du localisme. Voir à ce sujet les articles que nous avons publiés, en archives, et dans la catégorie "Idntité", justement.


Avant du publier la prestation du jeune Gouillon, je me suis posé la même questio que vous.


Si ce jeune homme, qui a évidemment des choses à apprendre ( on apprend d'ailleurs toute sa vie sauf si on a l'esprit pétrifié ou encalminé ), et je pense que peut-être nousFrançais des
antilles nous avons sûrement la possibilité de l'enrichir intellectuellement, si ce jeune homme, donc me disait je ne veux pas, en France, de nègres, ou de coolies ( comme nous disions, en
Guadeloupe, ily a encore 50 ans, de nos compatriotes plus récents d'origine indienne) je lui répondrais " mon petit, il faut distinguer. Nombres de nègres ou d'indiens des antilles ou de la
>Réunion, sont Français de vieille souche ( on ne parle pas ici de couleur de peau, ou de texture descheveux, mais d'histoire, de culture, de tout ce qui caractérise l'essentiel d'une nation
structurée) . Nombre d'entre eux ont donné leur vie à la France dans les guerres qui ont engagé l'existence même de notre nation. Nombre d'entre eux, non seulement ont fait leur la culture
française ( sans aliéner leurs particularités régionales propres, de même que les Alsaciens, Bretons, Corses, etc).


Le refus de les recevoir comme étant des nègres serait alors assimilable à du racisme, ce racisme qui est incompatibles avec l'essence de la Nation française. Et alors je rejetterais M.
Gouillon dans les ténèbres de l'obscurentisme!!!


Mais Gouillon évoque, m'a-t-il semblé, ces gens venu de l'Afrique subsaharienne d'aujourd'hui, fortement marquée par l'islam et le tribalisme, désireux de France, mais pour les avantages
sociaux qu'elle procure, en parfaite indifférence, par ailleurs,  pour l'histoire et la culture française, ou encore ces immigrés de partout, turcs, algériens, etc qui non seulement sont
indifférents à la France, maisencore s'y constituent ( avec la complicité de certains idéologues français de l'extrême gauche, mais aussi d'un certain patronat mondialisé, qui ne pense plus en
terme de nation, mais en fonction de profits, plusfacilement réalisables avec une main d'ouvre àbon marché, sans se soucier de l'avenir) en minorités agissantes, peu soucieuses de s'assimiler au
pays d'accueil, servant aussi de tête de pont à des groupes idéologiques à forte composante islamiste.


C'est ce qu'a dénoncé le jeune Gouillon, si je ne m'abuse, et que j'approuve.


En terminant je ne saurais trop vous remercier pour la façon engageante avec laquelle vous m'avez, en quelque sorte, incité à préciser ma pensée.


Oui, votre petit mot amical conduit à penser que "le monde bouge, et qu'il faut garder espoir.


E.Boulogne