Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Fort-de-France, le 27 Février 2011

 

APARTHEID ? Parlons-en.

 Ph3-Ecole-Perrinon-1900.jpg ( 1900 : Cours de récréation de l'école Perrinon, à Fort de France. A l'extrême gauche sur la photo, la maison où vécut E.Nogard dans son enfance).

 

 

 

 

Apartheid ? Vous avez dit Apartheid ? Apartheid en Martinique ?

Parlons-en un brin. Et d’abord, mettons les choses au point, n’est-il pas juste, en effet, que nous sachions de quoi nous voulons bien parler.

 

Est-ce de l’Apartheid, ce néologisme Sud Africain relatif à la Ségrégation Raciale, tant décriée à juste titre et, dit-on, aujourd’hui abolie.

 

Est-ce de ce régime de l’Inde, qui veut qu’aujourd’hui encore l’ « intouchable », l’indien de condition inférieure, soit banni du reste de la Population.

 

Est-ce de cet Ancien Régime Nord-Américain qui refusait aux noirs les lieux fréquentés par les Blancs. Est-ce de ce mouvement d’humeur de Hitler à l’égard de Jess OWENS, le Prestigieux Sprinter Olympique des U.S.A.

 

Est-ce de… Est-ce de… Est-ce de… car quand on y pense, quel Humain ou quel groupe Humain n’a été le Paria de tel Individu ou de tel Groupe.

Le Catholique en Irlande, l’Arabe là, le Juif ailleurs, l’Acadien autre part !..

Que le Martiniquais ait subi l’Apartheid, c’est douteux. Qu’il n’en fasse pas une névrose.

 

Et qu’il se dise que l’Apartheid en Martinique fut l’eau de rose de l’Apartheid s’il fut jamais chez nous. Car à notre connaissance, il ne prit jamais pied sur notre Territoire.

 

Gandhi le Mahatma, le jeune et fringant Avocat Maître GANDHI, fut Confronté à l’Apartheid Africain, peut-être pas pire que l’Apartheid Indien.

 

Mandéla l’Avocat, le Métis Nelson MANDELA en connu les Geôles pour l’avoir combattu. Et ils sont parvenus à le faire abolir, et les voilà prêts à ne plus en parler, comme d’une vilaine histoire qui ne vaut pas la peine qu’on y pense.

 

 

Ph2-Classe-Eric--1960.jpg ( 1960: 2ème rang, 2ème àpartir de la droite, notre ami Eric Nogard ).

 

D’ailleurs, Mandéla n’a-t-il pas été porté au Sommet du South African State.

 

Quant à l’Apartheid Américain, à quoi bon en parler, les Noirs Américains eux-mêmes ayant fait passer cette histoire sous la plante de leurs pieds, tellement ils ont mieux à faire que d’y penser seulement.

 

Quoi que pourtant, cette plaie de l’Humanité y était hier encore aigüe, ouverte, rémanente, mon père l’ayant touchée du doigt… au Refuge des Cajuns pourchassés dans leur chère Acadie, comme dans le Missouri, à St-Louis Berceau de Joséphine BAKER.

 

C’était à Bâton Rouge, Etat de la Louisiane, en route pour New-Orléans.

Il s’assit dans un bus comme il l’eût fait en Martinique, tout simplement, quand l’assistant du Conducteur vint à lui et lui dit :

 

« Ce Secteur est réservé aux Noirs, Sir. Prenez place de ce côté. »

 

En bon Métis qu’il est, mon Père obtempéra et grand bien lui en prit.

Ne vit-il pas encore pour voir tant de Noirs à des Postes Elevés et tant de Métis à des Postes-Clés… Collin POWERS, Barack OBAMA !..

 

 

Ne parlons pas de la France, elle eût le vrai Béguin pour les Martiniquais et Gaston MONNERVILLE, un Nom bien Martiniquais, en fut 22 ans durant, de 1947 à 1968, le Président du Sénat, deuxième Poste de la République Française puisque c’est le Président du Sénat qui en cas de vacance du Pouvoir assure l’Intérim du Président de la République avant la tenue de nouvelles élections. Comme par exemple Alain POHER suite au décès de Georges POMPIDOU en 1974.

 

 

Et, pour savoir le peu que nous savons sur l’Apartheid, nous pouvons témoigner que nous n’avons pas constaté ce phénomène en Martinique, peut-être somme nous de parti-pris, voire aveugle, pour avoir mis nos yeux au fond de notre poche, avec notre mouchoir par-dessus.

 

En revanche, qu’il y ait chez-nous des gens qui s’emprisonnent dans leur sectarisme en voulant en imposer à ceux qui ne voient pas les choses de la même façon qu’eux, c’est autre chose.

 

Cette autre chose n’est pas de l’Apartheid, n’est pas spécifique de la Martinique, Georges BRASSENS l’a chantée dans son :

 

« Les Gens n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux ».

 

Zarathoustra l’a dénoncée dans la mentalité des « bêtes à cornes » , tout juste pour nous suggérer de nous dépouiller de notre syndrome du ghetto comme du Complexe de la Vie de Troupeau Retardataire.

 

Arrêtons de nous calfeutrer dans nos idées godillot de Céphalopodes.

 

A voir ces couvre-chefs, au sortir de l’école,

Du casque Colonial…, au Cannotier U.S.

Du plus blanc au plus noir… des bien ou mal vêtus

Et parler d’Apartheid, est-ce ça le créole.

 

Faisons l’effort de lever le nez de notre bol de Café, de notre Négritude.

Ainsi verrons-nous les Autres (comme les choses) à en rester bouche bée.

 

Eric E.G. NOGARD

 

Pièces jointes :

 

1.     Cour de Récréation Ecole Perrinon, Fort-de-France, Martinique, Année 1900, la Maison où vécut Eric E.G. NOGARD, à l’extrême gauche sur la photo.

 

2.     60 ans après, Eric E.G. NOGARD, 2éme rang, 2éme à partir de la droite.

 

3.     Lien conduisant à une biographie de Gaston MONNERVILLE : http://www.charles-tocanier.fr/blog/mentors/monnerville.htm

 



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur : 0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article