Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Manipulation-de-l-opinion.jpg

Si quelque esprit des mille et une nuits, surgissait devant nous, à l'improviste, et nous proposait le choix, pour nous,  de l'immortalité, il ne faudrait pas répondre trop vite.

Certes, nous ne sommes pas pressés de « partir », et l'animateur de l'émission radiophonique que je vous propose d'écouter, en citant Georges Bernanos, croyant illustre s'il en est, a sûrement retenu votre écoute : «  Dites au doux royaume de la terre, que je l'ai aimé, plus que je ne saurais le dire ».

Mais ne plus quitter ce monde, tel qu'il est, ne plus pouvoir le quitter, le suicide lui-même étant devenu impossible...Oh la!

Dans l'ordinaire des choses, ce que je crois pouvoir dire c'est que la plupart d'entre nous souhaiteraient une vie bien plus longue, dès lors que les progrès de la médecine nous assureraient une autonomie, une lucidité et un confort physique plus grands que ceux qui caractérisent le plus souvent le grand âge.

La réalité est évidemment plus complexe. Car la mort, certains la caractérisent comme une tragédie, voire un scandale, demeure en tout cas une épreuve redoutable, et surtout, très souvent ( et il n'y a pas que les vieillards qui sont concernés ) elle s'accompagne de prodomes redoutables, de souffrances, et de déchéances physiques, parfois morales, qui nous fascinent et nous terrifient. Souvent, d'ailleurs, et d'autant plus que nous sommes plus jeunes, et les moins concernés, c'est cette fascination qui engendre notre attitude et notre choix face à la légalisation ( et de ce fait à la banalisation ) de l'euthanasie, au nom d'une pitié alléguée. Une pitié dangereuse.

L'attitude de l'homme varie, face à ce mystère de la mort, selon, les époques et les croyances.

Notre époque, en Occident, où la foi chrétienne est en recul, voit ( à tort ou à raison ) l'option de l'euthanasie d'un œil bienveillant. (

Euthanasie : Usage des procédés qui permettent de hâter ou de provoquer la mort pour délivrer un malade incurable de souffrances extrêmes, ou pour tout motif d'ordre éthique ).

En France, François Hollande, et l'actuelle majorité s'apprêtent à faire évoluer la loi dans ce sens.

Il ne s'agit pas d'un problème secondaire.

D'où l'intérêt d'écouter et de méditer ce débat, sans propagande, ni préchi-précha, intéressant et ouvert que voici

LS

 

http://www.rcf.fr/radio/rcfnational/emission/142256/415665

 

img111.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article