Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard boulogne

(Le numéro 94, Hiver 2006-07, de la revue trimestrielle CATHOLICA, vient de sortir, avec notamment un article d’E.Boulogne, qu’on pourra lire ci-dessous.
Le Scrutateur recommande vivement la lecture de Catholica, intéressante revue de culture générale. (voir le lien internet ci-contre). On peut en demander un numéro spécimen gratuit en écrivant à Catholica, 42 rue Dareau, 75014 Paris).


MAURRAS, le chaos et l’ordre.
(Stéphane Giocanti. Flammarion. Collection Grandes Biographies. 579 pages). La photographie ci-contre est celle de Charles Maurras.



    Malgré l’existence de différentes filières se réclamant de Charles Maurras, ce dernier, en 2006, demeure peu connu et marginalisé dans le débat politique.
Quand par hasard, dans les médias, ou dans un débat politique, il se trouve quelqu’un pour l’évoquer, c’est toujours une caricature sommaire qu’il propose, un repoussoir qu’il agite, Maurras passant alors pour le type même du doctrinaire rigide, qui se serait gravement compromis pendant la guerre avec l’occupant, un « collaborateur » donc, condamné, à la libération, pour « intelligence avec l’ennemi ».
    Cette constance même du politiquement correct contre le maître de Martigues est un bon signe. Il dénote chez les fonctionnaires du conformisme ambiant une inquiétude, le pressentiment que le relatif « coma » maurrassien est parfaitement réversible, que ses analyses, son message, sa doctrine peuvent avoir un avenir, et que cette sentence du maître est toujours vraie : « tout désespoir en politique est une sottise absolue ».
D’autant que, régulièrement au fil des générations il se trouve des disciples, qui, non sans péril pour leur carrière, entretiennent la flamme du souvenir. Ce furent Henri Massis et Michel Mourre, dans les années cinquante, Gérard Leclerc, et Pierre Boutang dans les années 70 et 80, Aujourd’hui Stéphane Giocanti qui publie aux éditions Flammarion un brillant « Maurras, le chaos et l’ordre ».
Biographie, plus qu’étude théorique, l’ouvrage n’en est pas moins riche en analyses sur la pensée de Maurras, et ne se borne pas à la description du périple du chef de l’action française, s’intéressant aussi, longuement, à l’œuvre littéraire, et à l’homme Maurras, personnalité riche et complexe, dissimulant sous la dureté apparente du personnage politique, une réelle fragilité, une tendresse qu’ont su lui rendre, ceux, peut-être trop rares, qui, sous le masque ont percé son secret.
Ainsi découvrons nous un Maurras amoureux, là où trop longtemps, à l’exception de quelques initiés,  on n’avait aperçu qu’un célibataire froidement voué tout entier au combat politique.
P. Boutang (cf . Maurras, la destinée et l’œuvre, La Différence), avait entrouvert des horizons sur ce Maurras inconnu. Stéphane Giocanti, sur ce plan se montre plus disert, avec cependant un tact et une discrétion dont on lui sait gré.
Il sait aussi, tout au long de l’ouvrage nous découvrir le point nodal de la vie de son modèle, et qui justifie le sous-titre  du livre : ce combat du jour et de la nuit, de l’ordre et du chaos qui sous-tend le combat de Maurras depuis la surdité qui le frappe, à l’âge de quatorze ans, et, ruinant tous les projets qu’il avait jusqu’alors nourri, le confronte au problème du mal, à la fragilité des êtres et des choses, à ce monde « qui, écrit-il,  nous apparaît touché, frappé de quelque blessure qui porte atteinte à l’intégralité de sa norme au jeu primitif de sa loi ». 
Giocanti consacre de nombreuses pages au jeune Maurras, au temps où sa pensée se forge, et notamment à Paris, aux efforts titanesques qu’il dût consentir pour sortir de la prison mentale et affective où risquait de l’enfermer sa surdité.
Il insiste sur l’influence de Frédéric Mistral sur le jeune écrivain et critique, et sur le rôle, en retour, décisif de ce dernier avec sa fougue, son talent, son incontestable charisme de leader, pour faire entendre le message du grand félibre au-delà de la Provence. Ainsi se forgea, dès le début, l’un des points majeurs du maurrassisme, la doctrine de la décentralisation nécessaire, à ses yeux,  à la reconstitution d’un corps social sain.
Il nous montre un Maurras, surmontant par un prodigieux effort de volonté et d’intelligence ce si lourd handicap de la surdité pour « un homme de communication », et nouant des relations avec tout ce que la France compte alors d’esprits remarquables dans le monde de la pensée, du journalisme, et de la politique.
Sur la crise survenue en 1926 entre l’Eglise catholique et l’AF, sur les rapports complexes entre Maurras, l’AF, et les prétendants, en particulier Henri VI, Comte de Paris, sur le rôle si important de l’art, en particulier de la poésie dans la vie et l’œuvre de Maurras, Giocanti est quasiment exhaustif, s’appuyant non seulement sur une lecture attentive des textes, mais sur d’innombrables témoignages, et le dépouillement d’archives dont certaines jusqu’alors inexplorées.
Les sixième et septième parties du livre s’attachent à l’étude difficile de l’attitude de Maurras et de son mouvement face à la montée des périls, dans l’avant guerre, et durant la dramatique période de l’occupation.
L’anti germanisme de Maurras n’ était pas une vulgaire xénophobie à l’égard des « boches ». Giocanti n’a pas de peine à établir comme on pouvait le constater dès la parution du Dictionnaire Politique et Critique, dans les années 30, que c’est à une véritable analyse du nazisme et par delà ce dernier du phénomène totalitaire que se livre Maurras pour les récuser radicalement  : « Quand l’autorité de l’Etat est substituée à celle du foyer, à l’autorité domestique, quand elle usurpe sur les autorités qui président naturellement à la vie locale, quand elle envahit les régulateurs autonomes de la vie des métiers et des professions, quand l’Etat tue ou blesse, ou paralyse les fonctions provinciales indispensables à la vie et au bon ordre des pays, quand il se mêle des affaires de la conscience religieuse et qu’il empiète sur l’Eglise, alors ce débordement d’un Etat centralisé et centralisateur nous inspire une horreur véritable : nous ne concevons pas de pire ennemi ».
Le chantre de la déesse France, le défenseur des libertés fondamentales, le philosophe qui, dans l’Antigone de Sophocle, prend parti pour Antigone contre Créon, aurait-il durant l’occupation trahi tous ses engagements, renié l’âme de toute sa vie. Aurait-il collaboré avec l’occupant nazi ?
Stéphane Giocanti n’est évidemment pas le premier à pulvériser de telles assertions Mais il le fait avec une minutie exceptionnelle, un talent et une honnêteté rares.
L’une des forces de son discours est là : dans cette volonté de transparence, de ne rien passer au maître.
Enfin, Maurras fut un homme ! Le considérer comme un dieu infaillible n’est pas le meilleur service qu’on puisse lui rendre devant l’histoire.
Fallait-il poursuivre la publication de l’Action Française après 1940, et plus encore après l’invasion de la zone sud par les Allemands, alors que la censure ne pouvait manifestement laisser passer que les articles qui, même indirectement ne nuisaient pas à l’entreprise guerrière de l’occupant ?
 Maurras ne se rendait-il pas compte que son antisémitisme d’Etat, pour n’être en rien assimilable au racisme nazi, ne pouvait, dans un contexte tragique, que nuire aux juifs, Français ou non, et à l’Action Française elle-même ?
Giocanti insiste sur le manque d’informations où se trouve, à Lyon, l’AF ; sur   l’isolement de Maurras en ces années noires, où ses grands partenaires, Léon Daudet, Jacques Bainville sont morts, où le jeune Boutang est en Afrique du Nord, hors d’état de le conseiller utilement.
Le même Boutang aurait suggéré à Maurras de passer en Algérie pour y publier le journal. Pourquoi Maurras s’y est-il refusé ? Est-il sacrilège d’invoquer l’âge, la crainte que peut éprouver un homme, sourd de surcroît, à rompre avec ses habitudes et à se risquer dans ce qui pouvait lui apparaître comme une aventure risquée ?
Restant à Lyon, Maurras fit ce qu’il put, commit sans doute des erreurs d’analyse, des écarts de plume. Mais rien qui put justifier l’inqualifiable procès qui lui fut fait, et la condamnation qui s’en suivit.


Edouard Boulogne.

Commenter cet article

goutteceleste 06/04/2007 16:04

Très bel article qui à le mérite de donner envie d\\\'en savoir plus. Il montre un Maurras attachant et surtout bien loin de la caricature que les médias ( tous de gauche ) essaient d\\\'en faire: odieux raciste et collabo.... ou en tout cas, le pire des hommes. Hélas, à force d\\\'entendre de petites phrases répandues par des ignorants intellos écoutés de tous. Nous avons tous, insidieusement, une idée négative du personnage... alors que nous ne savons rien de lui. A part ce que certains, subversifs et malhonnêtes (révolutionnaires!) ont réussi à nous faire croire!!!  Vous sentez certainement une pointe d\\\'agacement! Car ainsi va la pensée (ma pensée!), souvent fainéante et creuse, qui vogue au gré des "on dit" et qui nous donne l\\\'illusion d\\\'être "savant". Allons à la source du savoir, lisons, et peut-être pourrons nous être fier de défendre ces hommes du passé, qui mérites d\\\'être connus, même si c\\\'est face aux vociférations de incultes savants.