Pages

Publié par Edouard boulogne

 

 LA PRETENDUE ELECTION PRESIDENTIELLE.

 

L'élection présidentielle française n'est qu'une mascarade d'élections et, dans le monde entier, tous les observateurs le savent. La course au parrainage le montre ces jours-ci parmi bien d’autres aspects.

 

Auparavant, il suffisait de cent signatures ; le seuil a été monté à 500. Il était clair aux yeux de tous que c’était une merveilleuse combinaison pour exclure soit les nouveaux, soit les candidats qui ne plaisaient pas au pouvoir du moment, car la difficulté est vraiment immense pour les nouveaux candidats. Non seulement le nombre pose un problème en soi, mais il est assorti de conditions qui augmentent la difficulté comme l’exigence d’avoir des parrains dans un  nombre minimum de départements.

 

Un autre obstacle apparaît. Dans la « République Fromagère », régime officieux de la France d’aujourd’hui, l’argent public pris par la force aux contribuables sert pour une large part à acheter la conscience des maires et autres élus.  De ce fait les grands partis, qui sont au pouvoir depuis longtemps,  ont un réseau qu’ils peuvent manipuler à leur gré ; il en résulte des menaces diverses sur les maires qui donneraient leur parrainage à ceux que l’on veut exclure avec aussi des récompenses pour les « bons » maires, récompenses allant, suivant l’usage, jusqu’à la distribution de décorations. Inversement, ces trafics permettent aux grands partis de faire donner facilement des parrains à tel candidat qui ne les intéresse pas mais qui gênera l’un de leurs opposants. C’est l’objet de toutes les réflexions dans cette période de quelques jours qui nous sépare de la date fatidique de dépôt des signatures !

 

En plus, les petits candidats et, même, les moyens candidats, terrifiés à l'idée de ne pas obtenir les signatures, consacrent énormément d'argent et de temps à la recherche de ces signatures et, ceci, au détriment de leur propre campagne : c’est une sorte de boulet qu’ils ont à traîner. 

 

Ce problème des parrainages est en corrélation avec l'insupportable prétention des hommes de l'État, ceux que je dénomme les « Hifis »,  de faire croire qu'ils sont seuls dépositaires de la morale et du bien public, alors que c'est très souvent tout le contraire. Si l'on voulait vraiment des parrains honorables, il suffirait de demander tout simplement à chaque candidat potentiel de recueillir la signature de, par exemple, 1000 citoyens quelconques en possession de leur carte électorale.

 

Le scandale des parrainages n'est que le haut de l'iceberg. Voici bien d'autres facteurs qui font de cette élection, comme des autres, une vraie mascarade.

 

D'abord le financement. Les journaux exposent en détail comment les gros candidats, c’est-à-dire les candidats acceptés par le système disposent de financements publics  hors de proportion avec ceux des autres candidats. Les candidats moyens ont eux aussi un pactole bien que moindre.

 

Pour les petits et nouveaux candidats, c’est la galère ; ils  sont obligés parfois de dépenser tout leur modeste capital ou d'engager par hypothèque ce modeste capital pour pouvoir se lancer dans la compétition. Or, n'oublions pas que le financement gigantesque dont bénéficient les candidats « officiels » reposent sur de l'argent public c'est-à-dire de l'argent volé aux citoyens : on vole donc de l'argent à ces citoyens pour les conduire  à voter pour ceux dont ils  ne voudraient peut-être pas et dont ils ne se gênent pas souvent pour montrer  qu'ils les méprisent dans leur ensemble.

 

Au coeur du problème du financement il faut aussi ajouter le détournement des biens publics pour la campagne des candidats « officiels ». Cela ne se limite pas à l'usage des moyens de transport et d’autres abondamment mis en lumière par la presse. Malgré les chiffres importants, nous allons voir que là n’est pas l’essentiel.

 

Le principal se trouve dans l’usage du temps dérobé à l’Etat.

 

Les candidats « officiels » sont largement salariés et enrichis au-delà du possible par leurs rémunérations et la folie des avantages indirects, que leur donnent sous la contrainte les contribuables. Or ils abandonnent carrément pendant des mois leur fonction, soit de ministre soit de présidents de région, pour consacrer ce temps à leur campagne électorale. Ce détournement de fonds publics s'étend non seulement à la personne du candidat mais à des centaines de personnes qui les aident dans leur campagne et qui aussi vivent sur les fonds publics,  abandonnant leurs fonctions pour se dévouer à la campagne du patron, ceci bien évidemment dans l'espoir d'avoir ensuite un morceau de choix dans le vaste butin de la République Fromagère. Ce détournement du temps se multiplie encore par l’utilisation  des volumineux budgets que les mêmes  manipulent à leur gré. Les sommes sont si considérables qu’il est impossible de les évaluer.

 

Si ce détournement du temps n’est  guère évoqué, celui du  temps de parole l’est souvent maintenant. Malgré toutes les réglementations diverses et compliquées, il est clair que le temps de parole des candidats officiels est sans limite par rapport au temps de parole des autres candidats qui quelquefois n'ont qu'une seule minute  pour s'exprimer !!!

 

Il y a encore très certainement d'autres rails pourris sous  le train de la défunte démocratie française mais nous croyons qu'ici nous avons cité l'essentiel.

 

C’est l’une des explications parmi d’autres du désastre français, qui se traduit en particulier par l’immobilité dans le désastre.

 

Michel de PONCINS


______________________________________________________________________________________________

 


Commenter cet article

goutteceleste 13/03/2007

Cette réflexion est très intéressante. Il est certain que ce problème de signature est scandaleux, notamment pour les candidats qui ont déjà fait leurs preuves. Il faudrait faire cela que pour les nouveaux quandidats où ceux qui n'ont pas atteind les 5% aux élèctions précédentes. De toute façon il faut revoir cela. Si Mr LePen n'a pas ses signatures, il va vraiment y avoir un problème démocratique!!! et le pire c'est que dans les médias, les gens trouveront cela normal et même bien. C'est une dictature: on nous oblige à voter pour certaine personne politiquement correct.....

Raymond Joyeux 19/03/2007

J\\\'ai beaucoup apprécié cet article de Michel de Poncins (que je ne connais pas) sur les signatures mais aussi sur l\\\'utilisation des fonds et des moyens publics utilisés sans vergogne par les politiques particulièrement au moment des élections. Si c\\\'était moi qui l\\\'avais écrit à propos de ce qui se passe dans ma petite commune, on n\\\'aurait pas manqué de me taxer de mesquinerie et de parti-pris. Il faudrait que ce monsieur vienne faire un tour dans nos communes pour constater comment les élus en place ne se gênent pas pour fausser le jeu démocratique avec le plus souvent l\\\'aval et le soutien des autorités de tutelle... Devant la confiscation manifeste à leur profit des moyens publics, financiers et matériels, les \\\"petits\\\" candidats n\\\'ont évidemment aucune chance et ce sont, comme toujours, les électeurs qui sont leurrés.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog