Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard boulogne

Par Allah !


(I) Caricatures du Prophète.


Deux journaux danois ayant publié des caricatures du prophète Mahomet sont l’objet de graves menaces d’excités musulmans. C’est devenu une affaire d’Etat, les gouvernements de la majorité des pays musulmans exigeant des excuses du gouvernement Danois et des sanctions à l’égard des dessinateurs caricaturistes, lesquels sont par ailleurs menacés dans leurs vie . Selon des dépêches d’agences de graves manifestations ont déjà eu lieu à Copenhague, où l’on craint des affrontements de rue entre Danois de souches et immigrés musulmans.
Une certaine tension semble aussi commencer de se manifester dans d’autres pays européens, dont la France où des journalistes, (notamment dans France Soir), se sont solidarisés avec leurs confrères du nord.
Ce serait la liberté d’expression qui serait menacée. S’il en est bien ainsi, il faut rester très ferme face aux récriminations du monde musulman, et penser aussi que les personnes qui en France, et ailleurs en Europe, mettent en garde contre une immigration massive et incontrôlée, sont peut-être plus réfléchies et prévoyantes que « racistes » et « xénophobes » comme le prétendent les tenants du politiquement correct.

(II) Liberté d’expression ? Oui. Mais jusqu’où ?

Je suis personnellement croyant, et catholique. Je comprends qu’on soit agnostique, ou athée. J’admet la critique. Philosophe, j’irai jusqu’à dire que la critique, des dogmes et des religions, est utile à une meilleure compréhension des écritures (quand il s’agit de religions révélées), de la foi, et à une purification des comportements.
Les caricatures de membres du clergé, même du pape, me paraissent licites, dès lors qu’elle ne sont pas gratuites (je veux dire non justifiées par un souci tel que de souligner la contradiction entre, par exemple, le discours d’un religieux et son comportement habituel), et vulgaires.
Il semble que les musulmans qui veulent vivre en Europe devront accepter cette façon de voir qui ne m’est pas personnelle, mais traduit un certain consensus sur ce sujet, dans notre civilisation, obtenu, non sans mal, au cours des siècles.
Cela dit, il faut bien reconnaître que  dans nos société occidentales actuelles, la liberté d’expression et l’invocation à la laïcité, servent souvent d’alibi à des déballages intempestifs d’anticléricalisme vulgaire et infantile, totalement irrespectueux des croyances religieuses, même les plus nobles, et les plus élaborées.
Il y a une vingtaine d’années, je me souviens d’une chronique tenue sur une importante station de radio, en Guadeloupe, où la Vierge Marie avait été traitée de « benête » qui s’était fait « engrosser par un vieux cochon de juif » (St-Joseph !). Parlant de la  scène du calvaire, on présentait Sainte Marie-Madeleine comme une « pute », etc, etc.
Je ne suis pas particulièrement fanatique ni excité, mais j’avais trouvé ce langage, qui tendait alors à devenir habituel, totalement irrespectueux à l’égard des croyants catholiques Guadeloupéens . J’avais lancé une pétition pour demander l’interdiction de tels propos. En moins d’une semaine elle recueillit plus de 4400 signatures, et ne fut pas sans résultats. Car il faut garder le sens des limites et du bon goût.
L’Islam fait peur. Plus d’un se demande si la violence, en lui, est accidentelle, occasionnelle, (comme elle a pu l’être dans le  christianisme), ou si elle lui est consubstantielle.
Ne prétendons pas résoudre, ici, en quelques lignes,  ce problème important et difficile. Mais ses excès ne doivent pas fournir aux fanatiques du laïcisme matérialiste  militant européen, le prétexte, au nom de la liberté d’expression,  pour fouler aux pieds les valeurs spirituelles les plus sacrées et les plus chères aux cœurs des croyants.
Au nom de la tolérance, on va jusqu’à demander aux chrétiens d’accepter des représentations licencieuses et pornographiques des écritures.
Les musulmans, par delà leurs excès, qu’il faut contenir, et condamner, nous rappellent que, toutefois, tout n’est pas permis !

Edouard BOULOGNE.   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article