Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard boulogne

Route du rhum : la victoire de Claude Thellier.

Oui, c’est bien Lionel Lemonchois, qui a remporté l’édition 2006 de la route du rhum. Victoire remarquable d’un grand champion qui a pulvérisé le record de la traversée.

Mais la performance de Claude Thellier, 8ème, arrivé hier soir à la Darse de Pointe-à-Pitre, n’en est pas moins estimable, et hautement significative, et mérite sur un autre plan d’être considérée comme une victoire.

D’abord intrinsèquement. Claude bat lui aussi le record, vieux de huit ans, jusqu’ici détenu par Laurent Brougnon.

Mais surtout par la valeur morale, l’impact sportif incontestable sur le plan régional, de sa performance.

Claude est né en Guadeloupe, de parents métropolitains. On sait que certaines minorités politiques lui contestaient une véritable représentativité de la communauté régionale. Parce qu’il ne serait pas un Guadeloupéen « de souche ».

Or, le spectacle de l’accueil qui lui a été réservé a été particulièrement enthousiasmant. Pas seulement pour lui, mais pour toute la Guadeloupe. Les acclamations, l’expression des visages ne trompaient pas. C’est bien un Guadeloupéen qui a été reçu par ses compatriotes.

Thellier l’a bien mérité. Par la vie quotidienne qu’il mène, dans ses activités professionnelles, dans ses activités sportives,  par son sérieux, son honnêteté, son amour non feint pour « ce caillou » sur lequel nous vivons et où la seule politique qui vaille, par delà les inévitables et légitimes confrontations inhérentes à toute vie sociale en pays démocratique, est la recherche de l’entente et de l’esprit d’équipe pour faire face victorieusement aux défis de la vie moderne.

Si les « blans Fwans » s’identifient aux personnages de leur vie publique que sont un Thierry Henri, un Lilian Thuram, Un Gaël Monfils, désormais, on le sent, on le voit, on l’éprouve, tous les « negs Gwaloups », les « blans créoles », les « zindiens » et « milats en nou », se reconnaissent en un Claude Thellier, Français bien sûr, comme nous tous, mais aussi, Guadeloupéen bien que d’extraction plus récente que d’autres.

Contemplant hier soir cette arrivée triomphale, je me disais que la Guadeloupe va bien mieux qu’il y a quelques années. Que certains zombis de mauvais augures sont en train d’être exorcisés (mais il ne faut pas suspendre l’exorcisme en cours), que notre belle région insulaire est pleine de potentialités remarquables, de promesses enthousiasmantes.

J’ai bien connu Claude Thellier, qui a été mon élève en classe terminale, au lycée de Massabielle, tout à la fin des années 1970. Adolescent il était déjà ce garçon rayonnant de force tranquille, de cette solidité physique et morale qu’il a su conserver.

C’est pourquoi, je lui hurle de toutes mes forces, avec la quasi totalité de ses compatriotes guadeloupéens un grand « woulo, bwavo » !

Edouard BOULOGNE.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article