Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard boulogne

Elections présidentielles : la racialisation s’invite : DANGER !


Le sondage du Cran !

Il est beaucoup question, aujourd’hui d’un sondage d’opinion réalisé par la SOFRES pour le compte du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France; en photo son président).

Selon ce sondage il y aurait en France aujourd’hui 1865000 personnes en France (en âge de voter précise Patrick Lozès président du Cran. Les moins de 18 ans ne sont donc pas pris en compte) , soit 3,8 % de la population totale. Le sondage aurait porté  sur 13059 personnes.
Plus d’une de ces personnes sur deux (56%) se dit, selon M. Lozès ; victime d’une discrimination raciale.
Ces discrimanations seraient de nature très divers : Insultes, (24%), attitudes dédaigneuses, méprisantes ou irrespectueuses (37%), difficultés lors de l’achat ou de la location d’un logement (24%), contrôle d’identité ou de police (23%), difficultés dans les relations avec les services publics (22%), refus d’embauche (18%).

Le racisme, de qui que ce soit qu’il émane, est un mal. En France, il est même un délit (on aimerait qu’il en fut ainsi partout dans le monde, et par exemple en Afrique, ou dans le monde arabe).
J’adhère pleinement à sa condamnation. Encore faut-il que les faits qualifiés ainsi relève réellement du racisme.

Le directeur général adjoint de la Sofrès, M. Brice Teinturier souligne « que l’étude était fondée sur la perception subjective de ceux qui se déclarent Noirs ».

Cette précision n’est pas négligeable. Elle rappelle qu’un sentiment d’être brimé, n’est pas nécessairement conforme à la réalité, pas nécessairement « objectif ».
Un paranoïaque (malade mental atteint de la folie de la persécution) voit partout autour de lui les « preuves », selon lui irrécusables, du complot universel qui serait ourdi contre lui, et qui n’a pourtant aucun fondement réel, objectif.

Il n’est nullement nécessaire d’être un malade mental pour avoir une vision déformée de la réalité. Chacun d’entre nous peut être affecté de ce syndrome qui substitue l’imaginaire au réel.
J’ai traité de ce sujet dans un article récent du Scrutateur, sous le titre : Avez-vous la fièvre scarlatine ? (jeudi 11 janvier 2007 ; on voudra bien s’y reporter).

Il y a du racisme en France, (et pas seulement du fait des blancs, même si c’est de celui-ci, et quasi uniquement qu’il est question dans les médias). Des insultes, sont proférées (à caractère racial), des discriminations à l’embauche au logement, etc. Certes. Conformément à la loi ces délits doivent être poursuivis.

Mais faut-il prendre à la lettre le « vécu », le « ressenti », de tous ceux qui s’en plaignent. La question n’est pas négligeable.

Vous aviez rendez-vous pour une discussion préalable à l’embauche. Votre candidature n’est pas retenue. Est-ce parce que vous êtes Noir, ou parce que vous êtes mal vêtu, impoli, arrogant, que vos prétentions apparaissent peu compatibles avec l’emploi proposé, avec l’esprit de l’entreprise considérée.
Se prétendre victime de racisme en l’occurrence n’est pas toujours honnête. Des Blancs aussi sont récusés pour les mêmes motifs. Ils ne pourront pas se réclamer de la loi Gayssot.

Un contrôle de police est effectué. Vous êtes traité avec sévérité  manque de « respect ». Est-ce parce que vous êtes Noir, ou parce que manifestement la voiture pue « l’herbe », que vos paroles manquent de civilité (cela arrive aussi ! !). De jeunes Blancs aussi subissent le même traitement. Ils ne figureront pas le lendemain dans les statistiques des victimes de ce  racisme, dénoncé par le Cran, ou SOS-Racisme, (et justement quand il s’agit réellement de racisme). Car il semble qu’en France actuellement il n’existerait qu’un seul racisme, celui des blancs contre les Noirs, ou les maghrébins.

Cette situation est déjà dangereuse, et risque de devenir catastrophique pour la vie sociale, si la raison et le bon sens n’interviennent pas pour annihiler, très vite, une tentative de grande envergure de manipulation politicienne des hommes de ce pays à des fins politiques qui ne s’avouent pas, qui n’en sont pas moins réelles.

Car à force de s’entendre dire qu’ils sont des victimes, qu’ils vivent dans un pays raciste et odieux qui les méprise, les Noirs de France, même quand il n’en sera rien finiront par voir ce qui n’est pas, une signification raciste à toute algarade qui ne serait rien d’autre que ce qu’elle est si elle avait lieu entre gens de même couleur.

Et puis, les blancs en général (non plus une toute petite minorité) qui restent encore tout de même les plus nombreux (plus de 90% quand même) pourraient un jour s’énerver, manifester, par réaction, de réels sentiments de rejet, passer à des gestes de violence. Est-ce cela que l’on veut ? Peut-être bien chez les extrémistes racistes Noirs

Dénoncer ce racisme Noir n’est pas politiquement correct. Cela vous fait passer pour « raciste ».
Eh bien moi je le dénonce. Je dis qu’il y a des choses qu’on ne veut pas voir et qui sont pourtant révélatrice.
Imaginons par exemple la création en France d’un CRAB : Conseil représentatif des associations blanches de France ! !

Quel concert de glapissements, chers amis ! Quels dénonciation de la résurgence d’un nazisme raciste !

Ou bien citons M. Patrick Lozès président du Cran. Le communiqué de l’AFP, de ce 31 janvier concernant notre affaire déclare : « récusant les termes de « discrimination positive » et de « quotas » pour lutter contre les discriminations, M.Patrick Lozès a néanmoins déclaré que « si l’on veut que cesse la surreprésentation des hommes blancs en costume cravates (…) il faut bien fixer des objectifs » citant notamment 8% de députés et de membres du gouvernement Noirs ».

M.Lozès n’aiment pas les hommes politiques en costume-cravate ». Les voudraient-ils en bagghis, et chaussures de foot Nike ?
Et puis, si la population Noire de France s’élève à 3,8% pourquoi revendiquer 8% de ministres. Ca fait pas un peu quota, çà !

En tout cas, si tout est affaire de pourcentages, il faut donner raison à Georges Frèche sur la surreprésentation des Noirs en équipe de France de foot. Force est de constater que ce que l’on reproche à M. Frèche, de façon justifiée, voir notre article en archives du Scrutateur sur l’affaire Frèche) passe comme lettre à la poste quand c’est M. Patrick Lozès qui le dit.
Selon que vous serez puissant ou raisonnable, les jugements de presse vous rendront, eeuuhh………. blancs ou noirs ! (enfin on voit ce que je veux dire !).

Edouard Boulogne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article