Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard boulogne

La mort de Camille Darsières .


En Martinique, mort, hier, de Camille Darsières, importante personnalité politique de l’île sœur, membre du Parti Populaire Martiniquais d’Aimé Césaire dont il fut un supporter ardent, il était député de la Martinique.

Interrogée ce matin sur RCI Lucette Michaux-Chevry parle d’un homme de convictions. Ce mot de « conviction » revient à 5 reprises dans la bouche de notre chère sénatrice (qui s’y connaît ! ! !) en 2 minutes d’interview.

Bon ! Mais Hitler aussi, était un homme de convictions ! Et Staline ! Et Landru !  La conviction, chère Lucette ne suffit pas à faire la valeur d’un homme. Le plus important est l’objet de sa conviction.
Après tout, vous aussi vous êtes une femme de convictions, mais successives, pas nécessairement cohérentes entre elles. Et il y a longtemps que je ne vote plus pour vous !

Pour en revenir à Camille Darsières, il y a trente ans il avait convié les européens qui y vivaient, à dégager, à quitter l ‘île dans les meilleurs délais. C’était l’époque où, en Guadeloupe, le député Ernest Moutoussamy, alors communiste (ses convictions ont depuis lors évolué !), déplorait le vote des « allogènes » dans la commune de Saint-François. Et où maître Félix Rodes (grand ami de Camille Darsières) invitait les Guadeloupéens à ne pas voter pour des gens qui n’auraient pas la couleur de leur peau ! Toutes déclarations qu’il vaut mieux ne pas tenir si l’on n’est pas noir ou métis ! Car l’incrimination ne tarderait pas. Telle est la logique du monde du politiquement correct, et de « l’antiracisme ».

Mais ces dernières années monsieur Darsières avait muri. Lors du débat au Parlement de la loi sur l’esclavage, « crime contre l’humanité », Il avait manifesté plus que de la réticence. Il s’était notamment élevé contre le thème (à la mode) des « réparations », ne voulant pas que dans une loi le concernant, et concernant son histoire, on puisse croire que ce qui le motivait pouvait être une indemnisation financière. 
Et puis M. Darsières, politiquement, ferraillait souvent contre le Président du conseil Régional de la Martinique.

Comme on le voit, il n’avait pas que des défauts, et sur la question de son admission en Paradis, rien n’est tranché, rien n’est joué. Avec un bon avocat tous les espoirs demeurent permis !

Dieu est Grand !

Edouard BOULOGNE.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article