Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Echanges : Nogard-Delépine.  





Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr







> Message du 05/10/09 18:02
> De : "Eric NOGARD"
> A : "DE LEPINE"
> Copie à :
> Objet : Re: Les Articles 73 et 74 selon un Universitaire, Ou, Pourquoi pas aussi le 72.
>
>

Eric E.G. NOGARD

                                               Fort-de-France, le 05 Octobre 2009

 

                                               à

 

                                               Monsieur A. E. DELEPINE

 

Objet : Votre Courriel du 05 Octobre 2009 – Pourquoi faites-vous un Procès à Césaire…  l’Article 72.

 

Monsieur DELEPINE,

 

Il n’est pas indispensable qu’on soit juriste pour participer utilement à un débat sur la question du Statut de la Martinique.

 

L’Esprit des EGOM est ce me semble, la parfaite illustration « A Priori » de votre propos.

Mais qui, à part vous, l’a bien compris dans notre Société : une poignée !

Qui l’a jamais compris malgré tant de désaveux infligés à nos idoles : pas grand monde.

 

 

De votre propre aveu, selon votre aveu spontané, vous êtes à la fois,

Césairiste et PPM depuis un quart de siècle, et, Indépendantiste, vous avez Voté NON en 2003.

 

L’idée ne nous est jamais venue (et ne saurait nous venir) de vous en faire Grief.

De même, est-ce faire un Procès à Césaire que de n’être ni Césairiste, ni PPM, ni Séparatiste.

Ou Que nous ne comprenions pas qu’on l’idolâtre nonobstant ses mystifications et ses incohérences.

 

 

Est-ce lui faire un Procès que de chercher à le connaître sous ses nombreux avatars.

Petit nègre bachelier, foulant en conquérant le sol de l’Hexagone… Fierté, Espérances, Ambitions.

 

Retour au Pays Natal, avec l’aigreur, la hargne et le mépris qu’enfantent l’Echec, la frustration.

A-t-il obtenu « Normal-Sup » ? A-t-on ses confidences intimes sur ses relations avec les Surréalistes,

Sur son accueil à Louis le Grand par SENGHOR, fils de Vendeur d’Esclaves au pays des Blancs…

 

 

Est-ce lui faire un Procès que de chercher à Comprendre ses nombreux revirements.

Certes, on peut parler d’évolution, le propre de la nature humaine, dans sa dynamique foncière.

 

En revanche, il est des aspects où la Psychologie et la Psychanalyse peuvent nous être secourables

Un Césaire qui prétend « et les chiens se taisaient », lesquels ? – Qui plaide la Départementalisation.

Qui aussitôt la renie après avoir renié le Communisme. Qui prêche l’Indépendance et parle de moratoire.

 

 

Est-ce lui faire un Procès que de l’entendre dire tour à tour, selon le vent :

Monsieur le Ministre que nous apportez-vous et, Nègres, ne soyons pas des mendiants arrogants.

 

Aimé CESAIRE, ce Nègre Fondamental aux mille et une facettes, l’avez-vous bien connu.

Les visites obligées au CESAIRE le GRAND POETE, n’était-ce pas de subtils « Césame ouvre-toi ».

La Négritude de ce Nègre Fondamental était-elle innocente chez un homme de son « Génie ».

 

 

Venons-en enfin à l’article 72, pour qui n’est pas juriste et ne prétend pas le devenir.

La Loi précise « Au besoin, le sens d’une expression doit se trouver dans son contexte ».

 

Ainsi, le sens à donner à notre « 72, Martinique Province Française » est net et clair :

Une Martinique Département comme la Gironde, la Moselle ou le Var, tout simplement.

Ainsi, plus de Ministère de l’Outremer qui soit notre Censeur, notre Rétenteur, notre Camisole de Force.

 

 

Vous remerciant de votre lettre certainement méditée longuement, en tout cas sans reproche,

Puisse notre réponse spontanée voire trop condensée, satisfaire à votre attente et vous assurer de notre respect.

 

Eric E.G. NOGARD



> Eric E.G. NOGARD,

> 24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

> 97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

> Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

> E-mail : eric.nogard@orange.fr







> Message du 05/10/09 02:22
> De : "DE LEPINE"
> A : "Eric E.G. NOGARD Newsletter"
> Copie à :
> Objet : Re: Les Articles 73 et 74 selon un Universitaire, Ou, Pourquoi pas aussi le 72.
>
>

           Bonsoir monsieur Nogard,
>             
>             Je ne suis pas juriste.Je ne l’ai jamais été. Je ne rêve pas de le devenir à mon âge. Je ne pense pas que ce soit indispensable pour participer utilement à un débat sur la question du statut de la Martinique.
>
>             Je suis en revanche césairiste. En tout cas, je crois l’être et ne demande à personne l’autorisation de m’exprimer en tant que tel... Sans AOC. Mais je suis aussi PPM depuis un peu plus d’un quart de siècle et il m’est arrivé d’être en désaccord avec les positions de mon parti, y compris avec Césaire qui n’a jamais considéré le PPM comme un Parti de la Pensée Unique. J’ai appelé à voter NON en décembre 2003.
>
>             Quoique l’on ne connaisse pas encore la ou les questions qui pourraient être posées par le Président de la République, il est probable que j’appellerai à voter NON si, comme il est probable, le chef de l’État demande aux Martiniquais s’ils approuvent les recommandations des deux derniers congrès de nos élus généraux et régionaux. J’ai commis sur le sujet, qui ne se limite à un choix entre le 73 et le 74,  un livre, Sur la question dite du Statut de la Martinique, que vous devriez pouvoir trouver dans toutes les bonnes libraires de ce pays, ou éventuellement à mon domicile.
>
>         Je ne comprends pas le procès que vous faites à Césaire. J’ai été indépendantiste. J’y ai cru assez fortement pour abandonner le PC et créer en 1971, un groupe indépendantiste, le Groupe Révolution Socialiste que j’ai abandonné à la fin des années 1970 pour des raisons qui n’avaient rien à voir  avec Césaire. Césaire  n’a jamais contesté à aucun indépendantiste le droit de l’être.
>
>         Mais c’est lui ou, plus exactement c’est la fréquentation de ses écrits et de son parti qui m’a convaincu d’y renoncer. Si vous connaissez un texte de Césaire revendiquant l’indépendance de la Martinique, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me le faire tenir. Je peux en revanche vous envoyer, par mail éventuellement, quelques textes importants dans lesquels il s’exprime clairement sur cette question.
>


>

       S’agissant de votre référence l’article 72 de la constitution française, puis-je me permettre de vous signaler que c’est  celui-là même que monsieur le Président du Conseil Général invoque... pour justifier le choix du 74 : je le cite
>


>

        “Je vous lis l'article 72 dans son 1er alinéa : « Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les collectivités à statut particulier (çà c'est pour la Corse) et les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74. »
>
          
Vous voyez que le texte, dans lequel la République française définit la conception qu'elle a de son organisation institutionnelle, place, à coté des départements, des régions, etc., « les collectivités régies par l'article 74 ». C'est dire que, contrairement à ce que certains se complaisent à dire, les collectivités régies par l'article 74 n'ont aucune espèce de vocation à accéder à l'indépendance. Cela n'est ni prévu ni possible dans le cadre de l'article 74... à moins que les gens se lancent dans la lutte armée. Mais, constitutionnellement, cela n'est pas possible dans le cadre du Titre XII et de l'article 74. (Discours des Anses d’Arlets  29.08.09)
>
>         Le nouveau Lise, jadis partisan de “la reconnaissance de   la personnalité collective du peuple martiniquais” (Césaire, 1980) comme fondement de notre droit à l’initiative historique et à la responsabilité c’est-à-dire à ce que nous, PPM, appelons l’autonomie,  ne veut pas aller au delà du premier alinéa de l’article 72 du titre XII de la constitution française.
>
>             Il s’en tient au premier alinéa de l’article 72 et ignore le premier alinéa de l’article 72-3 du même article  : “
La République reconnaît, au sein du peuple français, les populations d'outre-mer, dans un idéal commun de liberté, d'égalité et de fraternité”.
>
>             
Aucun PPM ni à plus forte raison aucun césairiste ne peut accepter cette caractérisation des peuples des outre-mers, comme on dit aujourd’hui pour atténuer le caractère obsolète, dérisoire, lamentable et indigne de la grande République française, plus réactionnaire en la circonstance que la monarchie espagnole qui, elle, reconnaît l’existence et l’égalité de ses peuples en même temps que l’indivisibilité de la monarchie.
>             
>             Le PPM quant à lui refuse de considérer que la reconnaissance du droit à la différence engendre la différence des droits. Là est peut-être la vraie différence entre nous. Est-elle insurmontable ? Je ne le crois pas.
>


> De : "Eric E.G. NOGARD Newsletter"
> Répondre à :
> Date : Sun, 4 Oct 2009 14:16:27 -0400
> À :
> Objet : Les Articles 73 et 74 selon un Universitaire, Ou, Pourquoi pas aussi le 72.
>
>  
>
>
   Eric E.G. NOGARD
>

  • Le Caïdon était une monnaie de nécessité librement convertible...
    >


>

  • Dans un Pays comme le nôtre, discernement ou pas, a-t-on vraiment le choix hors de l’Isoloir.
    >


>

  • Les Prestations Sociales sont indissociables du tout, dont les 40% tant méprisés peut-être par les Bénéficiaires.
    >


>

  • Si l’argent est là, pourquoi mendier des subventions au moindre grain de pluie.
    >


>

  • Quelle connaissance avez-vous du nombre de Sommités Martiniquaises en Service dans l’Hexagone.
    >

Même sans notre Népotisme, pensez-vous qu’il y ait ici de la place pour eux tous ?
> Leur départ pour le Continent ne nous apparaît pas comme un exil… ils sont Français.
>  
>

  • Un mendiant arrogant peut être accueillant… juste à lui montrer l’imbécillité de son arrogance.
    >


>

  • Les produits consommés sont de moins en moins Français, preuve que, pas de mur de Berlin ici.
    >


>

  • Pour avoir trempé dans « l’arrogance pour faire illusion », ne souhaitez-vous pas pour la même raison plus de Pouvoir pour faire illusion. Mais qui aura garde de s’en laisser abuser.
    >


>

  • L’image de soi n’abuse personne… pas plus que le Génie qu’on s’attribue.
    >


>

  • Votre 74 semble plutôt abstrait et théorique, en tout cas il ne repose sur aucun chiffre… MIRAGE.
    >


> En conséquence, permettez-nous de vous suggérer respectueusement le 72.
> Il est de meilleur ALOI, les SAINTOIS, nos Voisins, l’ont bien compris.
>  
> Eric E.G. NOGARD
>  
>

> Liens Suggérés :
>
·        http://www.lescrutateur.com/
> ·        ( http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/reflexions )
>  
>
>

---------------------------------------------------------------------------------------
> Orange vous informe que cet e-mail a été contrôlé par l'anti-virus mail.
> Aucun virus connu à ce jour par nos services n'a été détecté.
>
>


>

pour répondre ou pour s'inscrire à cette Newlsletter , cliquer ici
>
>
Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 Janvier 1978, vous disposez d'un droit d'acces et de rectification des données vous concernant.
>

>                                                                                                                                       Pour ne plus recevoir cette newsletter se désinscrire , cliquer ici

>
>
>

>
       Courriel : eric.nogard@orange.fr
>
    Article 72

>
Martinique Province Française
>

> Fort-de-France, le 04 Octobre 2009
>  
>
Les Articles 73 et 74 selon un Universitaire,
> Ou,
> Pourquoi pas aussi le 72.
> ===
>

> L’interview-débat France-Antilles Martinique du 1er Octobre 2009 nous tombe sous les yeux.
> Elle est consacrée à Gerry LETANG, Anthropologue, Maître de Conférence, Université de Martinique.
> LETANG propose de limiter le Débat Institutionnel aux Articles 73 et 74 de la Constitution.
> Sa Préférence va à l’Article 74, c’est son affaire, et ses critiques pleuvent à mitraille.
> Un intellectuel est un intellectuel… au Bonnet d’Ane de tâcher d’y voir clair en ce qu’il dit.
>  
> Voir clair en ce qu’il dit, dégurgitant inexorablement du CESAIRE ce VADE-MECUM inéluctable.
> Donnons pour commencer dans le CESAIRE demeuré flou à travers Gerry LETANG.
> Dans le Césaire d’avant le « Moratoire », nous limitant au CESAIRE de 1946 jusqu’à ce « moratoire ».
> En 1946, Césaire est Député Communiste et encore assez Français pour demander la Départementalisation.
> La Population Martiniquaise unanime applaudit à sa Légitimation dans la Citoyenneté Française.
>  
> Et Césaire qui devient Progressiste, suite à son divorce avec Maurice THOREZ, Boss du Parti Communiste.
> Un Progressiste qui réclame avec hargne et arrogance, à une France en Guerre depuis 1939 !…
> Et De-GAULLE qui dit aux Insatisfaits : « Que ceux qui veulent l’Indépendance la demandent… »
> La Guinée prend la balle au bond, le Sénégal lui emboîte le pas et SENGHOR devient Chef d’Etat.
> C’est le Sur Electro-Choc pour notre Fils d’Esclave au vu de son condisciple, Fils de Vendeur d’Esclaves.
>  
> Dès lors, voilà CESAIRE avec sa Paranoïa Indépendantiste, il veut rattraper SENGHOR.
> Un CESAIRE cher au Cœur des Peaux Noires, il est leur Nègre Fondamental, leur DIEU.
> Une Indépendance que la Raison Martiniquaise rejette sans ambages et c’est le cinglant désaveu.
> Mais CESAIRE est assez Mystificateur pour travestir le camouflet en « moratoire… »
>  
> Quand on commence à camoufler, ce n’est pas pour s’arrêter en bon chemin.
> Camouflée la Hargne, Camouflée l’Arrogance, Camouflée la soif d’Indépendance.
> C’est l’après « moratoire ». On garde les avantages acquis, on demande des SOUS et du Pouvoir.
> L’idée de l’Autonomie a le branle et, qui dit à chaque visite «  Mr le Ministre, que nous apportez-vous ? »
> Mais chat échaudé craint l’eau froide côté Hexagone et le parquet du Martiniquais n’est plus de terre battue.
>  
> Depuis la proclamation de De-GAULLE, c’est dans ce Merry-go-round que nous sommes engagés.
> Néanmoins CESAIRE avec sa Négritude a su à souhait ABRUTIR nos intellectuels devenus idolâtres.
> Par la Consultation sur l’Article 73, le Peuple a encore désavoué nos apprentis sorciers.
> Nouveau Camouflet cette fois Camouflé en prétendu STATU-QUO…
> Nos intellectuels semblent avoir la tête dure, tant de fois recalés, ils s’entêtent ces mulets.
>  
>
A titre subsidiaire :
>

>



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article