Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Quand le ciel est bleu-blanc-rouge.




Comme ils étaient superbes, dimanche, les jets de la Patrouille de France ! Dans la splendeur de cette matinée ensoleillée, ces pilotes de l’Armée de l’air française ont risqué leurs vies pour nous offrir un fabuleux et très rare spectacle. Déchirant le ciel de toute la puissance de leurs réacteurs, réalisant d’impeccables figures aériennes d’une synchronisation et d’une précision stupéfiantes, dessinant d’extraordinaires arabesques matérialisées par des traînées de fumée bleu-blanc-rouge, ces huit avions ont su, soudainement, nous inspirer une certaine fierté.




La fierté de faire partie d’une des grandes nations du monde, l’une de celles capables de concevoir et de construire ces avions modernes et sophistiqués que sont ces Alpha-Jet qui nous ont éblouis ; capables aussi de former et de perfectionner des pilotes parmi les plus habiles de la planète, à l’égal des Top-Gun américains. Les jets de la Patrouille de France  nous ont rappelé l’évidence que nous n’étions pas une île perdue de la Caraïbe, mais que nous étions partie intégrante d’un grand pays occidental. Ils nous ont rappelé qu’outre l’Afrique, l’une des racines-mères de notre pays-Martinique est bien la France, et cette certitude était aussi aveuglante que le soleil de ce dimanche matin.


Et la foule ne s’y est pas trompée, qui a accordé aux huit chevaliers du ciel, une fois redescendus sur notre petite terre, un hommage aussi inattendu qu’exceptionnel, fait de la chaleur et de l’enthousiasme dont nous, Martiniquais, sommes capables lorsque l’on sait nous mobiliser pour nous faire partager de grandes émotions. Les milliers de spectateurs massés sur la Savane, sur le Bord de mer, sur toutes les hauteurs de Fort-de-France, n’avaient jamais autant vibré que depuis le jour où le général de Gaulle s’était adressé à eux, ou depuis la poignante manifestation consacrée à la disparition d’Aimé Césaire.


Quand les avions de la Patrouille de France sont retournés se poser, laissant se dissiper lentement dans notre ciel quelques écharpes bleu-blanc-rouge, je me suis mis à penser que lorsque ces jets se produisent à l’étranger, ils représentent bien sûr la France, mais ils emportent aussi dans leur sillage tricolore un peu de notre Martinique. Dimanche, nos racines avaient des ailes françaises.


Roger de JAHAM

05/10/2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mireille mathieu 06/10/2009 01:54


MOI,J'AI FAIT UN REVE:CELUI QUE LA PATROUILLE DE FRANCE VIENNE UN JOUR AUX ANTILLES POUR NOUS DECRIRE UN BEL ARC EN CIEL.NOUS POURRIONS FAIRE LE VOEUX :"QUE LA PAIX
SOIT SUR LE MONDE POUR LES 100.000 ANS QUI VIENNENT"


Michel Vassilieff 05/10/2009 19:04


Une simple précision à propos de l'article de Roger de Jaham "Quand le ciel est bleu-blanc-rouge": 

Notre pays est certes l'un des grands constructeurs aéronautiques, comme le souligne à juste titre l'auteur de cet article mais l'Alpha-Jet résulte d'une conception mixte franco-allemande: Dassaut
aviation, d'une part, et Dornier, d'autre part.