Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Sulfureux chlordécone.  




Eric E.G. NOGARD

Courriel : eric.nogard@orange.fr

                                                        Fort-de-France, le 23 Septembre 2009

 

Sulfureux Chlordécone, Ou, Gare à la Mine !...

===

Il ne manquait plus que ça, en un pareil moment.

Le Chlordécone est de retour… plus sulfureux que jamais… gare donc à la mine.

Gare donc à la mine car,  si elle venait à péter, elle ferait du dégât, beaucoup de dégât.

Et comme allant de soi, nul n’en serait responsable, nul n’en serait coupable.

En ce Pays où pourtant l’on connait bien l’adage « gouverner c’est prévoir ».

 

Bref, il s’agit du Chlordécone, et du mal qu’il a fait… beaucoup de mal.

Nos terres empoisonnées, nos fruits et légumes inconsommables, c’est avéré.

Et pour être prosaïque en restant dans le vrai, nos Couilles stérilisées, quoi de pire.

Comme si la coupe n’était pas pleine, le Jardin d’Adémar « notre Poséidon » s’en trouve frappé.

La chose est révélée tandis que fourbit ses armes le collectif du Cinq Février…

 

Révélation préoccupante autant qu’irresponsable vu le choix du moment.

Alors, sur le métier, remettons notre ouvrage… Février était une fièvre spontanée,

Octobre se prépare… cette fièvre se prémédite… Comment la prévenir…

Sans omettre bien sûr les congratulations qu’il faut à nos enquêteurs sanitaires

Pour leur découverte dans nos vases marines, pour leur imagination dans leurs déclarations.

 

Cela va sans dire, les armes sont pointées, les cibles sont connues en plein Collimateur.

« Fire » et ce sera le carnage, l’apocalypse, l’explosion de toutes les rancœurs.

Ce n’est pas moi, ni une question de peau, il s’agit bien d’un crime qu’il fallait expier.

Tout le monde sera bon, tout le monde sera gentil une fois passé le cataclysme.

Mais, s’il s’agit de crime, de quel crime s’agit-il, et qui en est le coupable.

 

Le Crime consiste-t-il en l’épandage du Chlordécone ou à ses méfaits imprévus.

Le Crime comme ses méfaits sont bien caractérisés, qui ne peut en parler de façon magistrale.

Car nous sommes en pays de savants maîtres à choisir le bout de leur lorgnette.

Mais qui a profité du crime et qui sont les Criminels, selon quelle instruction.

Pourquoi le Chlordécone et pour quelles raisons, pourquoi fuir ces questions.

 

Sulfureux Chlordécone, Mine prête à péter, vraie nitro-glycérine.

C’est bon, dirait DAGOBERT, quelle péte la mine, si elle veut péter.

Mais des questions se posent qu’on n’ose se poser, elles troubleraient la FÊTE.

Quelle banane aurions-nous eu sans pesticide, à part le Chlordécone, de quoi disposions-nous.

Le Chlordécone, n’est-ce pas aussi de la pleine responsabilité de toutes nos Autorités.

 

Nous avons connu des moteurs auto bousillés par certaines essences. Etait-ce la faute des pompistes.

Nous avons connu des bébés bousillés par certaines molécules : était-ce la faute des toubibs.

Pour peu qu’on le veuille, rien de plus facile à trouver que d’autres exemples.

Mais faut-il qu’on le veuille. Connaître la vérité… Vouloir Sa vérité…

Nous voulons que le Béké soit Coupable, c’est ça notre vérité… mais pas la vérité, DANGER.

                                                                                                                                      … / …

Retenons de tout ceci juste le peu qui suit :

La Science, c’est connu, nous comble de bienfaits,

Mais il arrive parfois que nous n’en ayions pas toute la maîtrise.

Dès lors, faut-il y renoncer, faut-il en prendre le risque, en assumer les effets pervers.

Ou faut-il à l’aveuglette clouer au pilori ceux dont nous voulons la ruine.

 

Eric E.G. NOGARD



Eric E.G. NOGARD,

24 rue Osman Nadeau, Voie 3 Ravine-Vilaine,

97200 Fort-de-France (MARTINIQUE)

Tél. / Fax. / Répondeur :  0596 798102;  Port : 0696 856708;

E-mail : eric.nogard@orange.fr


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article