Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Procès Clearstream : Le cri de la gargouille.




( L'article qui suit est un article de polémique. La polémique est un art, sauf quand elle vise au dessous de la ceinture, auquel cas, elle relève du règlement de compte plus ou moins sordide. En Guadeloupe, me semble-t-il, - par manque d'humour?- on les confond trop souvent. A tort. Les grands polémistes, au style parfois féroce, après s'être attaqués sauvagement se retrouvent volontiers, à l'abri des regards indiscrets, autour d'un verre, voire d'un bon repas, pour échanger leurs impressions sur leur dernière passe d'arme. " Pas mal la métaphore, me concernant dans votre péroraison? Bravo! " Oui mais votre réponse!! Mordious! "Rires partagés! Ainsi faisaient les grands bretteurs du monde de la politique, ou des lettres, au temps où une moraline, aussi creuse qu'hypocrite n'avait pas stérilisé des débats désormais aussi mornes qu'inutiles. Ainsi faisaient ces grands imprécateurs,  Péguy et Jaurès, ou Fernand Laudet; Jaurès et Maurras; Bernanos et Maurras, toujours Maurras, le grand Maurras; Pierre Boutang et Maurice Clavel!
La polémique est donc un art, et, notamment un art de la caricature. La caricature n'est pas une photographie. Elle isole, souligne les traits, fait voir ce que l'habitude, les préjugés, le conformisme, l'esprit de parti, gomment, effacent, atténuent. Elle souligne ce qu'on n'aurait pas vu autrement. Et puis elle fait rire, ou sourire. Le rire, ce propre de l'homme, cette hénaurme thérapeutique, comme disait ce grand facétieux -entre autres facettes, parmi tant d'autres, d'un génie trop oublié - le grand Rabelais. Le Scrutateur, ouvre donc ses colonnes au jeune facétieux Antoine de Panou, aux dents plus qu'aiguisées, mais au sourire d'enfant, sur un sujet qui défraye la chronique. E.Boulogne).



CLEARSTREAM : Dominique de Villepin veut assigner son cher adversaire "pour atteinte à la présomption d'innocence"

Le président Nicolas Sarkozy a au moins provoqué l'intérêt des avocats de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, principale personnalité poursuivie dans le procès Clearstream, en parlant mercredi 23 septembre de "coupables" à propos des prévenus de cette affaire. "Au bout de deux ans d'enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel", a-t-il affirmé, ce qui fut relayé par TF1 et France 2.

Béni des dieux, le Villepin !  Son arrogance klaxonnante, son panache déplacé, et sa performance d'Hercule de foire presque occultés par... l'impatience de son ennemi.

À l'ouverture de ce procès, les téléspectateurs ont eu droit au cri de la gargouille à travers une déclaration hors de propos, et un lamentable numéro de victime expiatoire offerte en cadeau d'anniversaire à la République (dont, curieusement, pas un seul père fondateur n'a jamais été honoré). Que retenir de ce spectacle, sinon qu'on aurait pu dire : Mariole cherche à saillir Marianne (pour lui faire un enfant bien sûr) comme ça, devant tout le monde et même devant sa femme et ses enfants, comme si instruit par la presse espagnole du spectacle indécent que donnent les rues les plus chaudes de Madrid quand le sang afflue aux extrémités des Ibères débridés, il avait voulu  jouer "la chaleur communicative des prétoires". Pourtant, il n'était même pas encore entré... en prétoire. Il s'échauffait seulement. L'indécence, là, s'accouplait d'autant plus au sordide que la pantalonnade avait lieu à quelques mètres, paraît-il, de la salle du procès de Moscou où fut diligenté l'assassinat de Marie-Antoinette. Enfin, au-delà du romantisme de pacotille de ce cri de gargouille, le grotesque se manifestait jusque dans la promesse de sortir "blanchi" de cette affaire alors que le teint basané de l'Onaryc montre l'impossibilité de la chose, à moins que l'esprit de Michaël Jackson ne vienne à son secours dans les délibérations, comme apparemment il l'a assisté dans sa mise en scène, non pas du moon-walk, mais du marcher-sur-la-tête. 

Puis Sarkozy a réveillé la partie, car on s'ennuyait déjà. Est-ce que Jean-Louis Debré et ses acolytes vont trouver dans cette assignation quelque occasion de jouer à leur façon un petit tour à ce Président dont il n'ont jamais digéré les arrêtes qu'ils ont dû avaler sous la contrainte ?

Sur le fond, on nage en eaux troubles, et pourtant, en droit (théorique), Villepin serait fondé dans son action. Car, quoi ? Sarkozy, parti ou partie civil ?

La qualité de partie civile du Président dans cette affaire devrait, si la Justice était autre chose qu'un poisson d'avril qui dure toute l'année, rendre recevable sa plainte (celle-là au moins) en créant les conditions d'une exception au principe d'irresponsabilité. Or, comme ce sont des propos irresponsables, le Conseil Constitutionnel serait peut-être précisément fondé à cadenasser l'irresponsabilité présidentielle.

Sans compter qu'en matière de présomption d'innocence, Sarkozy, du reste - bien qu'avocat (toujours en théorie) est un récidiviste de la chose : souvenez-vous de l'assassinat d'Érignac. Alors, d'ici à ce qu'il y ait une jurisprudence Sarkozy... Celui-ci, finalement, est certainement plus proche parent du docteur Knock que de Monsieur Diafoirus (quelles que soient les synergies entre eux).

Ah ! Villepin ! pourquoi un homme aussi cultivé a-t-il aussi sottement cherché à voler les tours de Notre-Dame ! Était-ce pour donner lieu à un tel spectacle, un happening, qui, en définitive, ne fait (ou ne devrait faire) rire personne.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

La politique,
un sérail
de magouilleurs.
Et toi
électeur
la pauvre victime .
Croire toujours
icelui qui tuerait
père et mère
pour réussir
et enfin ,devenir
l'ami des trafiquants
et consorts riches,
d'argent sale caché
des paradis fiscaux.
Oui,Toi l' imbécile
rabatteur
tu l'auras pas volé.
Suffrage encore
ces infâmes graines
d'édiles criminels.
Et que germent
mille échafauds
à l'affût de tes libertés



Les Saintes le 13 septembre 2009 Ψ


Répondre
C


Mon point de vue : selon le principe que nul ne peut être déclaré coupable tant qu’il n’a
pas été jugé, il n’en est pas moins vrai que chacun a la droit de se défendre lorsqu’il a été gravement diffamé, et d’en demander réparation. (À noter que si Sarkozy était de gauche ma position
serait la même)


 


Procès-Clearstream-politique-UMP-Sarkozy Ou une affaire de famille politique qui tourne au dérisoire.


Pour Nicolas Sarkozy il est parfaitement légal qu’il défende son honneur et
cela, qu’il soit Président ou simple citoyen, je ne vois pas en quoi il viole la constitution puisqu’il est une des victimes, ayant été gravement diffamé
dans cette affaire d’autant plus que même la Déclaration
des Droits de l’Homme et du Citoyen lui donne ce droit. (Déclaration de 1789 et 1793) ainsi que la
Déclaration Universelle des droits de l’Homme) dont la DEDH est une convention de sauvegarde.


 


Pour les députés Villepinistes la question se pose de savoir pourquoi avoir
rejoint le clan Sarkozyste ? Je suppose qu’ils n’avaient pas d’autre choix, c’était cela ou courir le risque de l’élimination et la perte d’une certaine aisance financière que leur apporte
la fonction de Député (salaire plus diverses indemnités qui s’ajoutent à leur fonction, Nicolas Sarkozy ne fait que rapporter les propos des juges et ne
divulgue aucuns noms  


« Au bout de deux ans d'enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un
tribunal correctionnel »


 


L'égalité, premier droit
naturel de l'Homme


L'égalité est le mot d'ordre de la Déclaration de 1793. Ainsi dès l'article
3, il est prévu que "Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi". Ce qui est repris par la Déclaration
Universelle des Droits de l’Homme (ONU)


A l’inverse la déclaration de 1795 supprime ce droit d’égalité et ajoute des devoirs.
  


La Déclaration des droits et devoirs de l’homme et du citoyen de
1795


 


Je ne vois pas très bien ce que viennent faire les Socialistes dans cette affaire ? A
moins que cela ne soit une affaire de récupération du sieur De Villepin ? Martine Aubry, aurait-elle l’intention de la récupérer enfin d’en faire un candidat pour la Présidentielle de
2012 ? Ce qui serait bien en réalité la preuve d’un manque de candidat crédible. (Un homme de droite comme candidat à la présidentielle de 2012, chiche !)   


 



Répondre
R

pour rester dans le notre dame de paris de victor hugo qui est le plus sympathique ? Villepin clône de phebus ou son adversaire qu'on pourrait surnommer sarkosimodo ?
tout cela n'est, bien entendu, que caricature


Répondre