Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

L'autonomie des antilles-Guyanne en question.


( Un ouvrage, à lire semble-t-il au vu de son sommaire détaillé, aux éditions l'harmattan ). 


 

  

5-7 rue de l’Ecole Polytechnique
75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr

( Vient de paraître )

_____________________________________________________________________

 

 

 

L’autonomie des Antilles-Guyane en question

 

Le choix de la République française ou l’autonomie

 des roitelets

 

Charles RANO

 

Tome 1

28  euros  290 Pages  ISBN : 978-2-296-10170-8

 

 

 

 

Cyclone, tremblements de terre... En ce début du XXIe siècle, la nature antillaise nous a donné de sérieux avertissements. En ces temps difficiles, alors que notre microsociété insulaire stagne et marine dans un jus de plus en plus amer, alors que chômage et drogues détruisent beaucoup de vies, alors que la situation sociale est explosive, des responsables politiques, aux affaires depuis des décennies, et des « intellectuels » ont décidé que le remède à tous nos maux serait l'autonomie, ou mieux, l'indépendance. Ils disent que rien ne changera, que nous continuerons à bénéficier de toutes les aides de la France et de l'Europe. Or, aucun territoire autonome français n'a jamais bénéficié des acquis sociaux liés au droit commun. Ce livre d'un simple citoyen, indigné par les promesses vides et irréalistes, veut éclairer les esprits.

C'est un modeste exposé de faits concrets, destiné à contrebalancer le discours autonomiste et la propagande indépendantiste qui ont, ici, le monopole médiatique.

 

  

L’auteur

 

  Charles RANO est né en 1944, à Saint-Esprit, un bourg rural du sud de la Martinique, dans une famille modestement aisée, où tout le monde a toujours travaillé. Il a vécu à Nice où il s'est marié. Revenu en Martinique en 1973, il a été employé au CHU de Fort-de-France. Il a toujours œuvré dans le syndicalisme et le milieu associatif. Citoyen engagé, il n'hésite jamais à réagir en disant la vérité, preuves à l'appui.

 

TABLE DES MATIERES TOME 1

Préface

Avertissement de l’auteur

Introduction

 

I- QUAND LA REPUBLIQUE DISCRIMINE L’OUTRE-MER DANS SES PRINCIPES D’EGALITE

Une discrimination bien établie par le droit de l’outre-mer

Les articles 72-73, des articles constitutionnels à géométrie variable pour les DOM

Quelles sont les conséquences de la révision constitutionnelle pour les DOM ?

L’article 72-4 et ses méfaits

La consultation, quelle fourberie !

Une perversité poussée à son paroxysme

Un article 73 à deux jambages et à double interprétation

Le pouvoir normatif

 

II- VOUS AVEZ DIT AUTONOMIE

Un débat politique de dupes… : les conséquences peuvent être dramatiques

Pourtant, les nouvelles donnes leur sont défavorables

Les conséquences peuvent être catastrophiques

Aller vers l’autonomie, pour obtenir le pouvoir, sans garanties pour la population

La Réunion et la Guadeloupe font d’autres choix

Vouloir être autonomes, mais à quel prix ?

Devenir autonomes

S’attendre à des réactions populaires évidentes

Aller vers l’autonomie sans une économie développée… : une catastrophe !

La crainte de dire la vérité

Les élus ne sont jamais responsables, c’est toujours la faute des autres

Quelle est la situation politique actuelle ?

La Croisade institutionnelle

N’ayons pas peur du poids des mots

Une assemblée autonome, c’est un changement radical

L’autonomie, est-ce la solution ?

Être dans la France

La vie quotidienne martiniquaise changera

Voici des arguments pour la population martiniquaise

Comparons la situation des DOM à celle des COM

La Polynésie française

La Nouvelle-Calédonie

Un consensus éphémère, mais dommageable pour la Martinique

La loi de finances 2004 : les collectivités d’outre-mer à statut particulier et la Nouvelle-Calédonie

Les autres régions autonomes ou COM (collectivités d’outre-mer)

Wallis-et-Futuna

Mayotte

Saint-Pierre-et-Miquelon

Saint-Martin

Saint-Barthélemy

L’évolution statutaire devrait entraîner des conséquences positives au niveau des ressources…

L’évolution statutaire entraînera également des pertes de recettes

 

III- LA FRANCE MET LES FRANÇAIS D’OUTRE-MER SUR LE FIL DU RASOIR

La France n’attend plus rien de l’outre-mer, mis à part la Guyane

Aux Domiens, pour services rendus…

De l’équilibrisme institutionnel

Un rejet de l’outre-mer, à peine voilé

Les juristes se sont fondés sur une jurisprudence de la Constitution

La jurisprudence de 1946 : un piège tendu depuis plus de soixante ans

Et ce fameux principe modifiant la Constitution, le 28 mars 2003

L’outre-mer français d’après les juristes

Le gouvernement de Lionel Jospin s’appuie sur le préambule de la Constitution de 1946, repris par celle de 1958 et la révision de 2003

Mais qui sont ces juristes si déterminés à nous faire quitter le droit commun ?

Un conflit récurrent avec la République

Une situation conflictuelle

À la recherche d’une uniformité des collectivités d’outre-mer

La Martinique, 13 décembre 2006

Des situations de quiproquo qui déstabilisent ces populations domiennes

L’autonomie à la française

L’état de droit doit être respecté

Les DFA ont été trahis

 

IV- LES DFA DANS L’AUTONOMIE, UNE ABERRATION ELITISTE

La grosse arnaque des élites

Une arnaque au bénéfice des nantis

De la démagogie intellectuelle

Les Antilles-Guyane ont trois choix

Le premier choix : celui dans lequel les DOM vivent actuellement

Le deuxième choix : l’autonomie dans la nation française

Le troisième choix : sortir de la nation française, sortir du droit commun

Trois chefs de partis, trois autonomies distinctes

Un demi-siècle d’obsessionnelle revendication d’autonomie et d’indépendance

La population martiniquaise harcelée en permanence

Malgré tout, l’histoire ne s’efface pas, mais ne se réécrit pas non plus

Des autonomistes et indépendantistes sans opposants et sans débat contradictoire, ou si peu

Des opposants complaisants

Les DOM-TOM sont-ils voués à accéder à la souveraineté nationale ?

Les socialistes « décolonisent » les Antilles françaises

 

V- LE SORT INSTITUTIONNEL DE LA MARTINIQUE SEMBLE AU MOINS HYPOTHEQUE

L’avenir des Antilles hypothéqué par des élus avides de pouvoir

La nécessaire prise de conscience des risques potentiels

Les risques peuvent être réels

Le rejet d’évolution statutaire du 7 décembre 2003 n’a pas été un choix politique

Condamnés à quitter le droit commun de la République

Les Antilles-Guyane au gré du temps

L’ex-ministre de l’Outre-Mer, Brigitte Girardin, se fonde sur la quatrième République

L’entente parfaite entre le ministre de l’Outre-Mer, les indépendantistes et les autonomistes

Pour Brigitte Girardin, les DOM doivent sortir du droit commun

Brigitte Girardin a installé une épée de Damoclès sur la tête des Antillo-Guyanais

Les DOM ne sont pas au bout de leurs surprises

Brigitte Girardin et la République démantèlent l’outre-mer

Une porte constitutionnelle favorable aux dérives institutionnelles

Les amabilités épineuses offertes par Brigitte Girardin

La décentralisation ne protège en rien les Antilles-Guyane

La thèse des élus locaux antillo-guyanais

Je ne peux m’empêcher de faire un constat

L’État, l’autonomie et les élus locaux des Antilles-Guyane

Une constitution désormais en accord avec les nationalistes

Sources

Remerciements

________________________________________________________________________________

 

Vous pouvez commander cet ouvrage directement à votre libraire habituel
ou sur notre site internet :
http://editions-harmattan.fr ou en renvoyant par courrier postal le bon de commande suivant :

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BON DE COMMANDE
A retourner à L’HARMATTAN, 7 rue de l’École Polytechnique 75005 Paris

Veuillez me faire parvenir ............ exemplaire(s) du livre :

 

L’autonomie des Antilles-Guyane en question

 

au prix unitaire de 28 €
Frais de port à ajouter (pour 1 exemplaire) : France : 3 €;
+0,80 euros par ouvrage

NOM :………………………………………………………………………………………………………

ADRESSE…………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………………

Ci-joint un chèque de ............ €.                  

Pour l’étranger, vos règlements sont à effectuer:

- en  euros sur chèques domiciliés sur banque française

- par virement en euros sur notre CCP Paris ( IBAN : FR 40 3004 1000 0123 6254 4N02 083 / BIC : PSSTFRPPPAR )

- par carte bancaire (Visa uniquement)  N° ...................................................... date d’expiration ...../...../...../

le numéro CVx2 (les 3 derniers chiffres se trouvant au dos de votre carte, à gauche de votre signature) :         

 

  

Vous pouvez aussi commander cet ouvrage directement à votre libraire habituel
ou sur notre site internet :
http://editions-harmattan.fr

 

_____________________________________________________________________________

       

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article