Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Notre avenir sera-t-il démocratique? 




(Philipp, éditorialiste  justement très lu de la blogosphère, adresse au Scrutateur, cet article très dense, que nous sommes heureux de publier. EB  ).
    22/09/2009
 


""Notre Avenir sera-t-il Démocratique ?

La Démocratie est une théorie politique née à Athènes en Grèce vers le Vème siècle avant JC.
Son nom vient de Dêmos (le peuple) et Krâtos (le pouvoir). Elle illustre la volonté de voir le Peuple exercer sa souveraineté.
La ville d’Athènes a le mérite d’avoir cherché à développer cette nouvelle forme de pouvoir mais elle n’a pas réussi à la préserver. En effet voulant donner la parole à chaque Citoyen, (habitant de la Cité), elle s’est vite aperçue que pendant que l’on débattait sans fin sur l’Agora (la Place publique siège du pouvoir populaire) le monde continuait de tourner et plus rien ne se faisait à Athènes. Spartes son ennemie de toujours en a profité mais aussi les Macédoniens et plus tard les Romains. En faisant l’expérience courageuse d’un nouveau système politique dans un monde dominé par des oligarchies puissantes, Athènes s’est finalement fragilisée et y a perdu son âme, sa puissance et son empire.
La Démocratie est une bien belle idée mais il faut l’encadrer et la surveiller pour qu’elle fonctionne.
Platon, philosophe et analyste de cette nouvelle organisation de la Cité écrivait : « La Démocratie est de loin le meilleur système politique possible à condition d’y tendre toujours sans jamais y parvenir jamais ». Conscient des limites et dangers de ce nouveau schéma politique il n’en était pas un fervent défenseur.
C’est qu’en réalité l’Homme n’est pas naturellement fait pour la Démocratie. Sa conception un peu sauvage de l’univers (dictée par les Lois de la Nature) l’entraine le plus souvent vers des systèmes qui correspondent à son fonctionnement primitif. Et la nature véritable de l’Homme c’est le pouvoir personnel, la relation Dominant Dominé, le pouvoir du plus fort, du plus malin et de son groupe, en bref : l’Oligarchie ou la Dictature. La meute et son système de pouvoir sans pitié correspondent assez bien aux pulsions naturelles de l’Homme.
La notion même de Démocratie fait appel à une réflexion et un engagement collectifs. Pour qu’elle fonctionne, il faut impérativement une volonté consciente et aboutie de chacun à participer à l’avancement de la Cité (base symbolique de l’exercice et du pouvoir démocratique). Pour que la Démocratie perdure et soit forte, il faut que chaque Citoyen soit conscient du rôle qu’il peut et doit y jouer. La Démocratie offre des avantages collectifs et un respect profond de chaque Citoyen à condition que chaque Citoyen accepte de s’y intégrer et d’y jouer un rôle responsable et constructif.
Au XXème siècle cette belle théorie du pouvoir populaire a revu le jour après deux millénaires d’oligarchies royales ou impériales. Elle fait suite, qu’on le veuille ou non, à de profonds mouvement de luttes sociales qui au siècle précédent ont enfin permis au Peuple de se faire respecter (difficilement …) et entendre.
La France dans son lent cheminement politique peut à juste titre prétendre et être fière d’avoir fait partie des pays fondateurs d’un système Républicain Démocratique.
C’est bien pourquoi elle devrait y être un peu plus attentive et faire en sorte de le préserver beaucoup plus.
Aujourd’hui nos Démocraties occidentales sont en danger car elles sont trop laxistes avec leurs principes fondateurs, leurs valeurs de bases et leurs propres citoyens.
Nous sommes depuis des siècles bercés par une culture Judéo-chrétienne qui lentement mais surement a façonné des comportements individualistes qui vont avoir du mal à résister à la pression de plus en plus forte d’autres systèmes de pensées basés sur la force du groupe qui sont en train de nous envahir et peut-être à terme risquent de nous anéantir.
L’Occident s’est construit sur l’individualisme exacerbé, le Moi omniprésent et dominant. L’arrivée d’une société confortable, riche et de consommation abusive n’a fait qu’intensifier ces comportements. Puisque le Moi n’est plus en situation de survie, qu’importe l’Autre dont le Moi n’a plus besoin et qu’Il peut donc totalement mépriser voire écraser.
Nous vivons en ce moment en Occident des évolutions de sociétés extrêmement déliquescentes et nous allons le payer très cher.
Nous le constatons tous les jours. Incivilités de plus en nombreuses et graves, comportements irresponsables, violences irréfléchies et sans limite, attitudes perverses à tous les niveaux sont autant de symboles d’une société dans laquelle beaucoup ne voient que le moyen de satisfaire leur égo immature et leur seul intérêt au détriment des règles de vie et de l’intérêt collectifs.
Et le pire est que cela se produit à toutes les échelles de la société. Les médias très opportunistes mais peu réfléchis se font l’écho de « responsables » politiques aux comportements et propos inadmissibles pour des personnes censées donner l’exemple.
Les récents mauvais débats autours des propos ou des gestes de certains de nos ministres illustrent parfaitement la profonde médiocrité du discours politique actuel entièrement basé sur une communication du type Show-biz du plus bas niveau alors que l’on attend une réflexion à la hauteur des enjeux contemporains.
Nos sociétés occidentales sont en train de perdre leurs valeurs et se laissent dévorer toutes crues par des influences extérieures qui n’ont, elles, absolument rien de Démocratiques.
Par exemple (entre autres …) et sans qu’il soit là question de Religion ou d’esprit religieux, la perméabilité de nos sociétés aux discours et infiltrations extrémistes islamistes nous fragilise terriblement en nous faisant perdre un bien très cher que nous avons mis des siècles à conquérir en Occident: la liberté d’expression. (Et que dire du combat des femmes pour le respect et l’égalité …).
Aujourd’hui certains islamistes intégristes imposent sur le sol français des systèmes de pensée et d’oppression en totale contradiction avec nos valeurs républicaines tout simplement parce que, malheureusement pour l’Islam et ses adeptes, de dangereux tyrans oppriment et réduisent au silence l’ensemble de ses fidèles et que la France les laisse faire sans broncher. Les islamistes intégristes sont en train de noyauter et de pourrir de l’intérieur nos valeurs républicaines parce que notre République leur offre naïvement un champ d’investigations et de libertés d’actions qu’eux-mêmes ne respectent pas dans leur propre univers.
C’est toujours l’éternel débat ! La démocratie doit-elle laisser les évidents tyrans s’exprimer chez Elle, des lors qu’Elle sait très bien qu’ils ne rêvent que de la détruire ?
Doit-on ouvrir nos antennes de télévisions publiques au Front National, au NPA (ou au LKP …) sachant que ces partis politiques sont de fervents adeptes du contrôle des médias et de puissants ennemis de toutes les libertés individuelles ? N’est-il pas suicidaire de donner la parole à ceux qui affichent clairement la volonté de nous écraser demain ?
Voila l’un des dangers de nos Républiques Démocratiques, elles sont trop molles et finalement elles se perdent elles-mêmes dans des postures qui les fragilisent dangereusement. A force de vouloir envers et contre tout respecter à l’excès les droits individuels, on pervertit l’ensemble du système en donnant le moyen aux citoyens les moins respectueux les armes pour dévorer et détruire le système de l’intérieur.
La Démocratie a besoin de citoyens responsables, éduqués, matures, respectueux de règles collectives, capables de s’intégrer et de comprendre que s’ils veulent bénéficier des avantages du système, ils lui doivent le respect et sont dans l’obligation d’y participer positivement.
Or en ce moment c’est tout le contraire qui se produit.
Une partie de la population, déboussolée, mal éduquée, sans culture ni respect de l’Autre, abrutie par des médias irresponsables, un matérialisme imbécile et sans avenir, ne voit plus aucun intérêt à s’intégrer dans un système collectif puisqu’il est si facile d’en profiter comme des parasites sans y participer d’aucune manière positive.
C’est sans doute cela qui explique nos problèmes de sociétés actuels. Certains veulent le beurre d’une République Démocratique mais ne veulent surtout pas y avoir un comportement responsable et constructif et personne ne les recadre ni ne corrige leurs erreurs de jugements ou de comportements.
Nous entretenons à grand frais des parasites qui nous dévorent de l’intérieur et nos discours de plus en plus abscons et décalés n’y apportent aucune solution.
Par exemple les problèmes inquiétants que nous rencontrons avec une partie de notre jeunesse ne viennent-ils pas de discours « ramollis » et sans vigueur. Les idées post-soixante huitardes qui voulaient faire de la « Société » la totale responsable des problèmes individuels n’ont fait que déresponsabiliser certains individus qui ne sont plus aujourd’hui capables de prendre leur existence en main.
Les dérives dans lesquelles certains sont en train de se perdre et qui posent tant de soucis ne se résoudront certainement pas avec de beaux discours mais avec des actes forts et volontaires. Pour ce qui est des jeunes qu’on le veuille ou non, il va falloir revenir vite à un encadrement rigoureux, dirigiste et drastique. Il faut être très naïf pour croire que l’on va s’en tirer par des actions « sociales» et gentillettes qui ont déjà démontrés leur totale inefficacité.
Et voila finalement le nœud du problème. Nous défendons intellectuellement la Démocratie mais sommes-nous si sûr qu’Elle soit réellement en mesure de trouver les solutions à nos problèmes actuels ?
Nos démocraties sont entourées de dictatures aux dents longues et aux scrupules minimalistes, elles sont minées de l’intérieur par des comportements de moins en moins citoyens et responsables, elles sont fragilisées par leurs propres discours et les valeurs libertaires et de protection de l’individu qu’elles défendent les mettent en fin de compte en danger.
Nous devons donc rapidement prendre conscience de l’impérative obligation dans laquelle nous nous trouvons de modifier certains de nos comportements collectifs et arrêter de nous bercer d’illusions naïves.
Trop de liberté mal comprise tue les libertés collectives. Nous ne pourrons pas faire l’économie d’un recadrage musclé de nos Démocraties pour les sauver car en ce moment elles sont au bord de l’implosion par excès de laxisme et de corruption de leurs valeurs originelles.
Aujourd’hui la belle théorie qui veut que la liberté des Uns s’arrête où commence celle des Autres est totalement abandonnée au profit d’un individualisme exacerbé, irresponsable, sauvage, pervers et finalement collectivement destructeur.
Les citoyens qui souhaitent encore vivre dans des sociétés respectueuses des intérêts de chacun doivent bien comprendre que le combat contre la déliquescence sociale commence par le respect des lois de la collectivité. Ces lois ne sont pas toujours justes et elles sont sans cesse perfectibles certes mais elles sont impératives si l’on ne veut pas retomber dans le chaos et laisser le champ libre à quelques dictatures toujours aux aguets.
Il faut bien se rappeler que les dictatures prétendent avoir des solutions à tous les problèmes. Des lors qu’elles ne demandent l’avis de personne et qu’elles imposent tout de façons toujours violentes, elles arrivent souvent à leurs fins. Les tentations totalitaristes sont souvent aguicheuses et semblent proposer des solutions qui parfois conviennent à beaucoup de ceux qui sont lassés des dérives des Démocraties trop laxistes et molles.
Démocratie ne veut absolument pas dire absence de pouvoir fort. La notion du pouvoir populaire doit être comprise dans la nécessité de respecter le bien du Peuple. Doivent donc être bannies toutes les dérives qui en contredisent l’exercice légitime.
Attention ! A force de ne pas se préoccuper des vraies valeurs Démocratiques Républicaines et d’en refuser les principes fondateurs nous risquons fort de nous retrouver très rapidement confrontés à un retour des pouvoirs oligarchiques ou dictatoriaux qui nous imposeront par la force les règles que nous n’avons pas voulu accepter par mollesse ou individualisme imbécile.
Le dilemme qui se pose à nous est donc kafkaïen mais urgent.
Une Démocratie qui se durcit et impose des règles précises à ses Citoyens est-elle toujours une réelle Démocratie ?
Une Démocratie qui sombre dans le laxisme pervers et ne protège plus ses Citoyens est-elle toujours une Démocratie ?
Laquelle de ces deux versions préfèrent les Citoyens d’aujourd’hui ?
Pouvons-nous être sûrs que l’idée Démocratique qui nous mobilise tant sera capable de trouver des solutions à tous les problèmes de société cruciaux qui se posent en ce moment ?
Quelle forme devra prendre le Pouvoir capable de respecter nos aspirations Démocratiques et les impératives décisions (souvent impopulaires) à prendre pour changer beaucoup de comportements ?
Est-il si évident que la réponse à toutes les dérives qui nous préoccupent tant aujourd’hui soit réellement Démocratique ?
A nous de démontrer que la réponse est OUI mais il va falloir se secouer sérieusement parce que pour le moment cela n’est pas tellement évident et c’est le moins que l’on puisse dire

Philipp.
 
© 2009 over-blog.com. Tous droits réservés
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CH.FFRENCH 26/09/2009 22:30



Pourquoi pas une démocratie qui impose des lois à ses citoyens ? Je voterai pour!
Halte au laxisme et à l'envahissement!



Antoine Garrouste 24/09/2009 16:42








renaud dourges 24/09/2009 00:38


n'est-ce pas clémenceau qui a dit que "la démocratie est le pire des systèmes à l'exception de tous les autres" même sans partager son opinion la formule est remarquable puisqu'elle a traversé les
ans


toto1701 24/09/2009 00:33


J'encourage chacun a se connecter sur agora vox, il y a un article porté par philippe.Curieux, je me suis aperçu que les commentaires venaient de pseudos inscrits le meme jour que phillip soit 1
mois et 5 jours; seraitce son fan-club?... Par ailleurs j'ai observé la meme adresse ip avec deux pseudos differents... Alors,Phillip ,un club de reflexion?


Antoine de Panou 23/09/2009 13:17


Merci, Philipp, de nous rappeler les règles élémentaires du bon sens qui est la logique la plus parfaite qui puisse se trouver dans la nature, puisqu'elle est "hors système". Tous les grands
thuriféraires de la démocratie postulent que le citoyen doit être vertueux. Or aujourd'hui, n'importe quel "vagabond" (dans la terminologie créole) "posture" qu'il est vertueux, soutenu en cela par
des dizaines (en attendant qu'elles soient des millions) d'associations prétendument citoyennes qui ne sont rien d'autre qu'une forme de flibuste moderne. La vertu est donc décrétée en dehors de
toute référence autre que numérique (c'est-à-dire que c'est la capacité de nuisance en cas de contrariété qui en est le mètre-étalon). Deuxièmement, la démocratie d'aujourd'hui est un sport
oratoire réservé à quelques cyniques qui, étant à la fois arbitres et joueurs, trichent sans vergogne : le prétendu état de droit n'est qu'une plaisanterie, et il faut aujourd'hui être ou un naïf
ou ou un initié, ou une canaille qui n'a rien à perdre pour pouvoir dire : je fais confiance à la justice de mon pays. Tout ça pour dire qu'à force de cultiver l'apesanteur dans le discours et dans
le droit, on est parvenu à une telle dissociation entre le droit et la morale, que les moeurs - autrement dit l'état général des choses, mettons leur tenue - dégénèrent, ou pour p^rendre un exemple
historique reconnu sont entrés en décadence. C'est pourquoi, et nous en termineront là, la notion de bien commun, qui est le socle de la démocratie, est devenu le n'importe quoi commun, commun
devant être pris ici au sens de "le plus répandu". Et, en jouant sur les mots, tout est un peu répandu, aujourd'hui, un peu comme le lait de Pérette, dans une certaine fable.
 


toto de bahia 23/09/2009 02:30


Je deteste la démocratie telle qu'elle fonctionne aujourd'hui.Je suis a me demander s'il ne faudrait pas substituer aux  fonctions électives des fonctions "conscriptives" un peu a la
maniere d'un service citoyen obligatoire de 5ans fractionnables sur toute la periode de vie active.a effectuer dans une collectivités locales, dans les assemblées(assemblée nationale et
senat).Et  reserver  le vote aux seules fonctions Executives de l'Etat, 1er ministre, ministre, president(élus par les assemblees locales et nationales avec  droit de
destitution) pour deux mandats maximun!


Mathieu Belfond 23/09/2009 02:05


Encore un texte remarquable effectivement qui porte à réfléchir sur nos sociétés.
bravo à cet auteur qui depuis plusieurs mois fait ici un grand travail.
d'accord avec lui pour ce qui est de nos sociétés en danger face à aux comportements de plus en plus irresponsables de certains et en Guadeloupe nous sommes bien placés en ce moment.